Le management en hôtellerie – Zoom sur le « Ne pas déranger »

I) Définition du « ne pas déranger »

Le « ne pas déranger » ou « do not disturb » est une étiquette ou une pancarte mise à la disposition des clients d'hôtel pour leur assurer une totale intimité. Il sert donc à interdire l'accès à la chambre, à toute personne tierce, même si celle-ci fait partie du personnel hôtelier. Si elle est considérée comme le complice des nuits de noces pour certains, cette pancarte ne joue pas que ce rôle.

Avec le « ne pas déranger » accroché à une porte de chambre d'hôtel, le client peut passer ses moments de détente et de repos en toute quiétude, si la direction de l'hôtel a préalablement pris les mesures sécuritaires adéquates. C'est d'ailleurs l'un des points importants sur lesquels la plupart des clients d'hôtels mettent l'accent avant d'opérer leur choix.

II) Les bonnes pratiques liées au « ne pas déranger »

Être agent de nettoyage, membre de l'administration ou de la direction de l'hôtel ne confère pas le droit de s'introduire dans les chambres de l'hôtel sans prendre certaines précautions. Tout agent d'hôtel, avant d'entrer dans une chambre doit s'assurer qu'elle n'est pas occupée. Si la pancarte « ne pas déranger » est présente sur la porte, il doit comprendre que le client souhaite garder son intimité et doit prendre certaines dispositions en cas d'urgence.

S'il s'agit, par exemple d'une intervention de l'équipe de nettoyage, en présence de l'étiquette, il serait judicieux de glisser une note sous la porte pour informer le client et prendre son avis ou son autorisation. Il est également possible d'appeler directement le client à une certaine heure pour prendre son avis. 

L'hôtel doit également prendre les mesures qu'il faut pour relever les numéros de chambres restées en « ne pas déranger » à longueur de journée et s'enquérir de la situation des clients qui y sont. S'ils ne donnent aucune nouvelle d’eux, l'hôtel a la responsabilité de vérifier s'ils ne sont pas en danger. 

Ainsi, avec l'aide des agents de sécurité, un employé commis à cette tâche pourra pénétrer les chambres en question pour procéder à cette vérification. C'est une action qui relève bien évidemment de la loi et plus précisément du Code civil en son article 2237223-7 qui stipule même que l'hôtel pourrait payer jusqu’à 3000030 000 € d'amende en cas de manquement.