La zone de chalandise

icône de pdf

I) Définition

La zone de chalandise désigne la zone d'attraction commerciale d'un point de vente. Ce rayon d'influence délimite le secteur géographique de provenance des clients existants. Plusieurs facteurs entrent en compte pour déterminer une zone de chalandise : 

  • Les caractéristiques de la population établie dans la zone en question ;

  • L'environnement concurrentiel ;

  • Les caractéristiques de l'enseigne, notamment le secteur d'activité ;

  • Etc. 

II) Zones isométriques et zones isochrones

Les zones de chalandise isométriques sont constituées en tenant essentiellement compte de la distance métrique. Les zones isochrones, quant à elles, sont réalisées sur la base du temps de trajet nécessaire pour se rendre au point de vente. 

En d'autres termes, une zone isométrique illustre la zone géographique dans un rayon de 55 km du point de vente. D'autre part, une zone isochrone représente la zone géographique à l'intérieur de laquelle les clients peuvent accéder au point de vente en moins de 1515 minutes en voiture. 

III) Zones primaires, secondaires et tertiaires

Au-delà de la catégorisation en zones isométriques et isochrones, les zones de chalandise sont également segmentées en fonction de leur niveau d'attractivité. Trois zones concentriques sont alors répertoriées dans les standards : 

  • La zone primaire : zone présentant une attractivité élevée. L'enseigne y trouve la majorité de sa clientèle ;

  • La zone secondaire : zone présentant une attractivité moyenne et nécessitant un plan de communication spécifique pour gagner des parts de marché ;

  • Zone tertiaire : zone présentant une faible attractivité. Attirer une partie de la population captable y reste toutefois possible avec une stratégie de communication solide. 

Le potentiel des zones au-delà de ces segmentations est très faible, voire nul.  

IV) L'intérêt de la zone de chalandise pour une agence bancaire

Créer une zone de chalandise dans les règles de l'art, c'est garantir que l'implantation d'agences corresponde à une sectorisation optimale des équipes. Et une présence optimale sur le territoire développe efficacement la proximité client. Un calcul rigoureux des zones de chalandise des agences bancaires permet d'identifier plusieurs points essentiels :

  • Les zones non encore couvertes et compatibles au développement du réseau d'agences ;

  • Les zones de sous-performances où il faut adopter une stratégie plus adaptée avec la possibilité de fermer une ou plusieurs agences. 

  • Les zones de cannibalisation où plusieurs agences de la banque se font concurrence entre elles. Un plan de différenciation des agences s’impose, par exemple.