Simulation 2 : l'épreuve orale

icône de pdf

241d05a1-267d-4644-81fc-35679e0eb16d

L'exposé du candidat

Mesdames/Monsieur, bonjour. Je m’appelle Marc Dubeil. J’exerce le métier de chargé d’accueil au service « Éducation et jeunesse » d’un département qui compte plus de 3 000 agents territoriaux pour une population d’environ 800 000 habitants.

Suite à l’obtention du baccalauréat Sciences et technologies de la gestion (bac STG ex-STMG), j’ai intégré en 2008 la fonction publique territoriale grâce au service des missions temporaires du centre de gestion de la fonction publique territoriale. Mes missions de remplacement m’ont permis de me doter d’une expérience de terrain variée en raison des divers postes occupés.
J’ai en effet travaillé successivement dans une commune rurale, une ville moyenne et une communauté d’agglomération. Chargé d’accueil dans ces différentes structures, mes missions principales consistaient en l’accueil physique et téléphonique des administrés. Je renseignais les publics et, en fonction de leur demande, les orientais vers le service compétent. 

Le développement des nouvelles technologies et la mise en place de l’e-administration suscitent des difficultés pour de nombreux administrés. Je devais bien les accompagner dans leurs démarches et surtout faire preuve d’une grande disponibilité afin de ne pas risquer des tensions avec les usagers du service public.

Convaincu de l’intérêt de travailler dans la fonction publique territoriale, la réussite au concours d’adjoint administratif en 2010 m’a permis d’obtenir un poste de chargé d’accueil au service « Éducation et jeunesse » d’un département. Je suis toujours à ce poste et je travaille au sein d’une équipe composée de sept agents et sous la responsabilité d’un chef de service.

Ce service est très dynamique et mes missions d’accueil exigent, outre les compétences de base en matière d’accueil, de maîtriser les spécificités du service « Éduca- tion et jeunesse » du département. En effet, le conseil départemental a institué deux dispositifs particuliers. Le premier concerne les bourses départementales. Il s’agit d’un soutien aux jeunes pour leur permettre de poursuivre une formation initiale dans l’enseignement supérieur ; ainsi, une aide forfaitaire de 150 euros est donnée, quelle que soit la bourse nationale dont ils bénéficient.

La seconde nouveauté est le dispositif « Tick-et-déj » qui est une aide particulière pour les collégiens dont les parents ont des difficultés pour le paiement des frais de demi-pension. L’information donnée doit être rigoureuse car les administrés sont tenus de respecter des dates précises.

Durant les six derniers mois, j’ai suivi deux formations organisées par le Centre national de la fonction publique territoriale. La première était relative à l’accueil du public en situation de handicap. Outre ses apports théoriques, cette formation m’a permis de mieux me situer en tant que professionnel face aux personnes en situation de handicap. Changer positivement son regard, accepter et respecter les différences ont été des apports très enrichissants.

La seconde formation concernait la gestion des situations d’accueil difficile. Nous avons bénéficié de techniques afin de gérer de façon constructive certaines situations conflictuelles, de développer la maîtrise de soi et de limiter le stress professionnel. Cette formation correspond à une réalité car parfois les administrés sont particulièrement exigeants et peu patients.
Pour l’avenir, mon projet professionnel reste dans le secteur enfance-jeunesse-éducation. 

Il s’oriente vers la prise en charge de missions plus soutenues avec davantage de responsabilités et de suivi à l’égard des administrés. J’entends participer active- ment à la mise en œuvre des politiques publiques départementales dans ce secteur. Le métier de coordinateur enfance-jeunesse-éducation correspond tout à fait à ce projet professionnel qui devient accessible avec le grade de rédacteur territorial. Je connais cet environnement professionnel et les perspectives d’emplois dans ce secteur sont intéressantes.

Je vous remercie.

L'avis du jury

L’exposé, réalisé de manière posée, dure entre 4 et 5 minutes. Le temps de 5 minutes n’est pas totalement utilisé. Dès lors qu’il reste dans la fourchette de 4 à 5 minutes, le jury valide en principe. Cependant, en n’utilisant pas pleinement les 5 minutes, vous donnez au jury un temps de questionnement plus important, pensez-y.

L’exposé est convaincant. Le candidat développe une démarche cohérente dans son parcours professionnel, une dynamique d’évolution. Il manifeste l’envie de progresser à double titre : le passage de concours de la fonction publique territoriale et le suivi de stages qu’il évoque avec intérêt et utilité professionnelle. Le candidat illustre son travail actuel au travers de dispositifs concrets. Il propose un projet professionnel approprié et réaliste.

Les questions possibles

Les questions susceptibles d’être posées par le jury peuvent ouvrir sur différentes thématiques, par exemple :

  • « Vous dîtes connaître l’environnement professionnel enfance-jeunesse-éducation. Avez-vous conscience de sa complexité actuelle ? 
  • « Vous travaillez donc actuellement au sein d’un département. Quel est, selon vous, l’avenir des départements ? 
  • « Vous n’avez pas parlé d’expérience en matière d’encadrement. C’est pourtant une fonction possible d’un rédacteur territorial. Selon vous, qu’est-ce qu’un bon chef de service ? »
  • « De quel budget dispose le service "Éducation et jeunesse" dans lequel vous travaillez ? »
  • « Vous avez parlé de l’e-administration. À votre avis, quels sont ses avantages et inconvénients ? »
  • «Dans quels types de structure pourriez-vous exercer le métier de coordinateur enfance-jeunesse-éducation ? »
  • «Combien de grades comporte le cadre d’emplois des rédacteurs territoriaux? »

Important : cet exposé ne vaut que pour notre candidat, Monsieur Marc Dubeil. Ne cherchez surtout pas à produire un « copier-coller ». La sincérité est gage de réussite et le jury perçoit très clairement la sincérité de vos propos.