Méthode de l'épreuve

icône de pdf

Lire les rapports de jurys

Les rapports de jurys des années précédentes permettent de connaître le ressenti du jury. Cela ouvre des pistes, notamment pour éviter des erreurs qui seraient rédhibitoires. Ils sont disponibles sur les sites internet des centres de gestion.

Pour le concours d’attaché, les jurys relèvent :

  • un manque de préparation ;
  • des connaissances de l’environnement territorial lacunaires ;
  • une motivation difficile à percevoir ;
  • une conduite de projet peu connue ;
  • peu de recul pour les mises en situation et des difficultés à argumenter ;
  • peu de culture managériale ;
  • des candidats trop centrés sur leur pratique professionnelle.

Faire le point sur ses savoir-faire et ses savoir-être

Afin de mieux comprendre la posture à adopter, celle du cadre supérieur, consultez le répertoire des métiers qui présente les emplois de catégorie A. Ce document liste les aptitudes techniques, managériales et relationnelles à acquérir. Une compétence est l’addition de connaissances, savoir-faire et savoir-être. La liste proposée correspond aux attentes des recruteurs ; elle n’est cependant pas exhaustive.

Le répertoire des métiers rédigé et actualisé par le Centre national de la fonction publique territoriale (CNFPT) vous permet de mettre en valeur votre positionnement de futur attaché. Il est aussi utile de consulter le référentiel des métiers dits transversaux, qui existe sous forme de fiches (www.cnfpt.fr/evoluer/lemploi-fpt/repertoire-metiers).

Les savoir-faire métier : des aptitudes liées aux domaines de compétences

Exemple

Pour un poste de cadre chargé de l’élaboration et du pilotage des politiques publiques :

conduire un projet de la phase diagnostic à la phase évaluation ;

représenter la collectivité, négocier avec des partenaires ;

maîtriser l’environnement administratif, institutionnel et politique ;

connaître la réglementation publique, nationale et communautaire ;

posséder des techniques de rédaction de textes juridiques ;

piloter la mise en œuvre d’une ou de plusieurs politiques transversales.

Les savoir-être : la capacité à manager une équipe et/ou un projet

Définition du management supérieur
L’encadrement supérieur comprend les niveaux de direction, en relation directe avec les élus et les instances de décision administratives, et participant à l’évaluation des politiques publiques.

Les activités du management supérieur concourent à la définition et à la mise en œuvre des orientations stratégiques de la collectivité et des modes de gestion, dans une finalité de service public.

Elles visent à superviser, arbitrer, organiser les moyens et ressources, à piloter et à adapter le projet d’organisation de la collectivité en déclinant les objectifs par directions et services.

Le jury détermine les aptitudes du candidat à l’encadrement ainsi que son intérêt pour les techniques et outils utilisés en la matière. Il recourt à des questions et/ou à des mises en situation pouvant concerner notamment les thèmes suivants :

  • le recrutement ;
  • l’évaluation ;
  • la conduite d’entretien, la communication, la capacité à rendre compte ;
  • la gestion de conflit ;
  • la capacité à motiver, proposer, conduire ou déléguer ;
  • la capacité d’organisation ;
  • la conduite de projet, le pilotage d’opération, la conduite du changement ;
  • la connaissance du statut en matière de gestion des ressources humaines.

Préparer l’exposé du parcours professionnel

Rappel : 10 minutes pour le concours d’attaché interne et 3e voie, 5 minutes pour l’examen professionnel d’attaché principal. La gestion du temps fait partie du barème. Le jury interrompt le candidat s’il dépasse le temps imparti et il pénalise une durée trop courte.

Un exposé au contenu précis

Il s’agit de valoriser, dans votre parcours passé et présent, l’ensemble des compétences acquises et les expériences professionnelles qui vous permettent d’être déjà attaché.Choisissez des moments forts de votre carrière, pour orienter le jury vers des sujets que vous connaissez. Vous devez terminer l’exposé par votre projet professionnel, ce qui vous a motivé à passer le concours ou l’examen professionnel.

Attention

Tout ce que vous dites peut se retourner contre vous ! Ne citez pas des compétences trop lointaines, vous serez interrogé sur l’actualité du sujet, à vous de prévoir ce temps d’actualisation dans vos périodes de révision.

L’exposé doit être structuré : il comporte une courte présentation de votre poste et de la nature de la collectivité d’appartenance, une introduction avec une annonce de plan, un développement en deux ou trois parties, une conclusion.

Attention

Ne révélez pas le nom de la collectivité, seulement sa nature et le nombre d’habitants. Par exemple, si vous travaillez au sein de la région Grand Est, citez une région de plus de 5 millions d’habitants. La règle de l’anonymat s’applique aussi à l’oral.

Il est primordial de faire une démonstration, il ne s’agit pas de faire état de l’intégralité de votre CV. Un CV sert à ne pas oublier des temps forts de sa carrière, pensez à le retrouver. Cela doit être dynamique et précis.

Exemple

Ne dites pas : « Je manage environ 10 personnes » mais « J’ai la responsabilité managériale de 10 agents, dont 4 catégorie A et 6 catégorie B. »

Pensez, en cas de carrière longue, à élaguer. En effet, vos compétences se sont répétées et affinées au cours de votre carrière. Ne les citez pas plusieurs fois. L’idéal est de présenter les 10 dernières années, avec quelques zooms sur le passé plus lointain. À vous de choisir ce qui traduit le mieux vos compétences, en lien avec le futur métier de cadre supérieur.

Utilisez ensuite la grille suivante, après avoir récupéré les fiches de poste ainsi que les comptes rendus des entretiens professionnels annuels. Cette grille permet d’organiser, par compétences acquises, l’exposé :

d5fa6b9e-4ea8-479a-8a8c-3abb5d3b276b

Un exposé faisant état de compétences acquises

Vous construisez votre exposé à partir de la colonne compétences acquises.

Exemple

« J’ai acquis une expertise en termes de gestion des procédures de la commande publique, grâce à un poste de responsable juridique dans un département, poste que j’occupe depuis 6 ans. »

Paroles de jury
Les candidats oublient souvent de présenter des compétences en lien avec le métier de cadre supérieur. Ils abordent plutôt une liste de missions, sans mise en perspective. Ils ne se projettent pas assez dans le grade d’attaché.

Pour le concours d’attaché en externe, les 20 minutes commencent par des questions du jury sur votre formation initiale et votre parcours professionnel. Il n’y a pas d’exposé préalable.

Préparez cependant, sur le modèle des attachés en interne, les points forts de votre parcours, pour ne pas être pris au dépourvu. Le jury va vous demander, en effet, de vous présenter avant de poser des questions. Insistez sur votre poste et vos compétences, évitez les listes de missions.

Un exposé présentant des acquis de l’expérience professionnelle, en lien avec le grade d’attaché

Posez-vous les questions suivantes, après avoir identifié les capacités et les compétences acquises :

  • Quels ont été les points faibles et les points forts de ma carrière ?
  • Quels sont les niveaux de collectivité dans lesquels j’ai travaillé ? Quelles différences en termes d’expérience ?
  • Quels sont les apports de mes périodes professionnelles dans le secteur privé ? Quelles compétences y ai-je acquises ?
  • Quels sont mes diplômes, ma formation initiale ?
  • Ai-je eu des périodes de management direct ou de management de projet ou les deux ?
  • Pourquoi ai-je choisi la fonction publique territoriale ? Quelle différence avec le secteur privé ?
  • Quelles formations ai-je suivies ?
  • Quelle est ma motivation à être cadre supérieur ?
  • Quel niveau de responsabilité est-ce que je souhaite obtenir ?
  • Quels sont les apports de mes périodes de management ?
  • Comment ai-je géré les conflits dans mon service ?
  • Quelles innovations ai-je apportées ou contribué à mettre en place ?
  • Ai-je participé à des groupes de travail, animé des comités de pilotage ?
  • Comment est-ce que je caractérise le partenariat que j’ai avec les élus locaux ? Quel partage des rôles ?
  • Quel est mon parcours en termes de mobilité professionnelle ?
  • Quel est mon projet professionnel, à court, moyen et long termes, après avoir réussi le concours ou l’examen ?

Ces réponses vont enrichir votre exposé ; il faut cependant toujours veiller à respecter le temps imparti.

Conseil
Valorisez votre parcours professionnel : ne cherchez pas à décrire toute votre carrière. Sélectionnez les expériences utiles pour un poste de catégorie A. Si vous faites état d’expériences dans le privé, vous aurez des questions sur ce passage privé/public, sur les différences public/privé, sur votre motivation à rejoindre le secteur public. Le jury connaît la situation du marché de l’emploi. L’essentiel est de motiver votre réponse et de préciser les compétences transférées.

Un exposé conclu par un projet professionnel

La conclusion de l’exposé vise à démontrer que votre motivation est réelle et crédible. Il s’agit de présenter votre projet professionnel à court, moyen et long termes. Se projeter dans la fonction de directeur général de service, directeur adjoint, chef de pôle à moyen terme est une perspective réaliste.

37a6321b-3384-461b-ad53-888b3bbfc7ed

Anticiper les questions du jury

La seconde partie de l’entretien est une liste de questions. Pour le concours externe, dès le début de l’entretien, une série de questions vise à vérifier vos connaissances et aptitudes.

Trois thématiques sont prévues, dans un ordre décidé souverainement par le jury :

  • les questions liées au parcours professionnel ;
  • les questions et cas pratiques sur le management direct ;
  • la culture territoriale générale, sous forme de questions ou de mini cas pratiques.

Les questions posées ne recèlent pas de pistes de réponses. À vous de définir les mots-clés utilisés, à contextualiser et à problématiser. Il faut prendre de la hauteur : ce sont les enjeux qui sont essentiels.

353989f6-d0a1-4dbf-ab33-2050947c3e3e

Il existe deux catégories de questions :

  • des questions techniques et managériales. Par exemple : la commande publique, les modalités de recrutement, la gestion prévisionnelle des effectifs, des emplois et des compétences, l’ouverture des données publiques ;
  • des questions qui visent à vérifier les connaissances sur l’actualité territoriale. C’est le cadre supérieur qui donne un avis argumenté et objectif. Par exemple : que pensez-vous de la baisse des dotations de l’État, de la suppression de la clause générale de compétences des départements et des régions, de la fusion des intercommunalités, du nombre d’élus locaux, du nombre d’agents publics ?