L’accord des participes passés

icône de pdf

Lors du concours, la question des accords revient quasi systématiquement. Révisez bien les règles et entraînez-vous.

Les règles générales

Le participe passé employé avec l’auxiliaire être s’accorde en genre et en nombre avec le sujet du verbe. Il faut poser la question : qui est-ce qui ? ou qu’est-ce qui ?

Exemple
Ma sœur est partie (qui est-ce qui est parti ? ma sœur).

Le participe passé employé avec l’auxiliaire avoir s’accorde en genre et en nombre avec le complément d’objet direct (COD) si celui-ci est placé avant. Si le COD est placé après ou s’il n’existe pas, le participe passé conjugué avec avoir reste invariable. Le COD est la réponse à la question qui ? ou quoi ? à poser après le participe passé.

Méthode
Si la règle vous paraît compliquée, souvenez-vous que l’on n’accorde jamais avec le sujet mais avec le mot sur lequel porte le participe ; s’il est placé avant, vous devez accorder.
Les fleurs que j’ai cueillies (j’ai cueilli quoi ? les fleurs, placé avant, donc accord).
J’ai cueilli des fleurs (j’ai cueilli quoi ? les fleurs, placé après, donc pas d’accord).
Nous avons mangé au restaurant (pas de COD).

Le participe passé sans auxiliaire (à valeur d’adjectif) s’accorde en genre et en nombre avec le nom ou le pronom auquel il se rapporte.

Exemple
Charmés par le spectacle, ils ont applaudi avec joie (« ils » sont charmés).

Les cas particuliers

Les cas particuliers sont très nombreux. Les accords sont des questions qui reviennent systématiquement lors du concours et semblent parfois être un casse-tête. Il faut donc retenir les règles !

Le participe passé des verbes impersonnels ou utilisés de manière impersonnelle est invariable.

Exemple
Le vent qu’il y a eu. Les moyens qu’il a fallu.

Le participe passé suivi d’un infinitif s’accorde avec le COD placé devant si celui-ci fait l’action exprimée par le verbe à l’infinitif.

Exemples
​Les enfants que j’ai entendus chanter (ce sont les enfants qui chantent, donc « entendus » s’accorde).
Les chansons que j’ai entendu chanter (les chansons ne chantent pas, donc « entendu » ne s’accorde pas).

Le participe passé « fait » suivi d’un infinitif reste invariable.

Exemple
Les décors qu’il a fait fabriquer.

Le participe passé précédé de « en » ne s’accorde pas.

Exemple
Des films, j’en ai vu beaucoup.

Le participe passé précédé d’un collectif s’accorde, selon le sens, tantôt avec le nom collectif, tantôt avec son complément.

Exemple
La douzaine d’oiseaux que j’ai vus... La multitude de ballons que j’ai vue...

Le participe passé ayant pour COD le pronom « l’ » varie ou reste inva- riable selon ce que représente « l’ ».

Exemples
C’est plus compliqué que je ne l’avais pensé (« l’ » est COD et représente la totalité de la proposition « c’est plus compliqué », on ne peut donc pas accorder).
Cathie est ici. Je l’ai vue (« l’ » est COD et représente Cathie, donc accord).

Les participes passés attendu, compris, non-compris, y compris, entendu, excepté, ôté, ouï, passé, supposé, vu, ci-joint, ci-inclus sont invariables quand ils sont placés devant le nom.

Exemples
Non-compris les indemnités... Vu les difficultés... Ci-joint la lettre...

Les participes passés coûté, valu, pesé, marché, couru, vécu, dormi, régné, duré, passé... sont invariables avec un complément circonstanciel de mesure ou de quantité. Ce complément circonstanciel ne répond pas aux questions quoi ? ou qui ? mais à la question combien ?

Exemples
Les deux heures qu’il a passé (il a passé combien d’heures ? et non il a passé quoi ?).
Les 50 euros que cette chemise a coûté (elle a coûté combien ? et non elle a coûté quoi ?).

Les participes dit, dû, su, voulu, cru, pu, pensé, permis, prévu... restent invariables lorsque l’objet direct est un infinitif (ou une proposition) sous-entendu. Il faut bien réfléchir au sens de la phrase.

Exemples
Il lui a donné toute la confiance qu’il a pu (sous-entendu... donner). 
Ce n’est pas l’amie qu’il avait cru (sous-entendu... qu’elle était).

Mais il faut faire l’accord dans la phrase : Il a dit des choses que nous n’avons pas crues (nous n’avons pas cru quoi ? des choses).

Le participe passé des verbes pronominaux

Les verbes pronominaux se construisent avec l’auxiliaire être, donc, en principe, ils s’accordent avec le sujet. Mais lorsque l’on considère que l’auxiliaire être est mis pour avoir, on applique la règle du participe passé employé avec avoir.

Le verbe pronominal a un complément d’objet direct (COD)

Le participe passé s’accorde avec le COD s’il est placé avant. Le COD peut être le pronom réfléchi (me, te, se, nous, vous, se) ou un autre élément de la phrase.

Méthode
Quand vous rencontrez un verbe pronominal, remplacez être par avoir et cherchez le COD en posant la question qui ? ou quoi ?
– Elle s’est préparée pour sortir (elle a préparé qui ? « s’ » mis pour elle- même, COD placé avant, donc accord).
– Elle s’est préparé une robe pour sortir (elle a préparé quoi ? une robe, COD placé après, donc pas d’accord).
– La robe qu’elle s’est préparée pour sortir est trop petite (elle a préparé quoi ? la robe, COD placé devant, donc accord).

Le verbe pronominal a un complément d’objet indirect (COI)

Le complément d’objet indirect répond aux questions à qui ? à quoi ? de qui ? de quoi ?

Certains verbes demandent un COI comme parler (à quelqu’un), succéder (à quelqu’un, à quelque chose)... Utilisés à la forme pronominale, ils ne peuvent pas s’accorder.

Exemples
Ils se sont souri (sourire à quelqu’un, ils se sont souri l’un à l’autre).
Ils se sont succédé (succéder à quelqu’un).
Ils se sont plu (plaire à quelqu’un, ils se sont plu l’un à l’autre).

Le verbe pronominal n’a pas de complément d’objet

Si le pronom réfléchi n’est ni un COD, ni un COI, il faut appliquer la règle du participe passé employé avec être et accorder avec le sujet.

Exemples
Ils se sont aperçus de leur erreur. Elles se sont échappées. Elle s’est trompée. Elle s’est jouée de lui.

Exceptions : les participes passés de se rire, se plaire (au sens de se trouver bien), se déplaire (au sens de ne pas se trouver bien), se complaire, se rendre compte restent invariables.

Exemples
Ils se sont ri de lui. Elle s’était plu dans ce beau village. Ils se sont complu dans l’ignorance. Elle s’est rendu compte de son erreur.

Les verbes essentiellement pronominaux

Certains verbes sont dits essentiellement pronominaux, car ils ne s’utilisent qu’à la forme pronominale : s’enfuir, se repentir, s’évanouir, s’absenter... Les participes passés s’accordent avec le sujet.

Exemple​
Elles se sont évanouies.

Exception : s’arroger qui est toujours pronominal ne s’accorde pas avec le sujet, mais avec le COD s’il est placé avant.

Exemples
Elle s’est arrogé des droits. Les droits qu’elle s’est arrogés.​