Les dossiers du mois :

Parcoursup 2020

Calendrier, formations, nouveautés, méthodo, conseils !

➜  Toutes les clés

 

Réforme du bac 

Nouvelles matières, nouvelles modalités d'évaluation, actualités 

➜  Tout sur le Bac 2021

 

Rapport de Stage

Méthodologie étape par étape et exemples  :

➜ Voir le dossier

 

 

#RENTREE 2020 : tout savoir sur la rentrée au lycée (protocole sanitaire, calendrier, positionnement)

 

 

 

étudier à l'étranger

 

 

Journées portes ouvertes dans toutes les écoles

 

 

Quand une soirée étudiante déchaîne les fou...

Quand une soirée étudiante déchaîne les foudres des féministes et de l'Unef

Une soirée étudiante, une affiche au goût douteux, un mouvement féministe et le syndicat étudiant Unef, voilà les ingrédients de la polémique toulousaine de la semaine.

Publié le 08 Octobre 2014 à 11h57 | | 0 avis

Quand une soirée étudiante déchaîne les foudres des féministes et de l'Unef

Pour sa soirée d’intégration « American Campus – No limit » inter-universités de Toulouse, l’organisation a choisi de reprendre une couverture du magazine GQ qui faisait poser une Kate Upton en petite tenue et léchant une glace d’une façon pour le moins suggestive.

L’association féministe locale « Osez le féminisme – 31 » a immédiatement réagi face à cette affiche et a averti l’Unef qui a appelé les étudiants à boycotter la soirée. De son côté, l’organisateur de l’événement craint des débordements malgré sa volonté de se défendre de tout sexisme.

Une affiche stéréotypée, une soirée aux activités douteuses

Pour les féministes l’affiche est un stéréotype rappelant franchement les codes de la pornographie mais le problème n’est pas lié uniquement à cette photo déjà très douteuse. Les slogans, les activités proposées par la soirée (projet X show, douche sex, body shooter, strip poker) mais aussi les opérations réductions sont mises en cause, sans parler de la possibilité d’obtenir une table VIP uniquement en fournissant une photographie « hot et délire ». Pour cette dernière opération, une photo est affichée en exemple sur le groupe Facebook de l’événement, il est suggéré aux femmes de bien vouloir se déshabiller et se prendre en photo pour obtenir le droit de s’asseoir à une table.

L’Unef n’a pas hésité à suivre le mouvement féministe dans sa croisade contre cet événement estimant qu’un vrai problème de «marchandisation du corps de la femme» est posé par toute l’opération. Pour la deuxième année consécutive l’événement American Campus est incriminé pour des raisons identiques, pourtant les organisateurs se défendent en invoquant leur surveillance de la consommation d’alcool et des excès et estiment que : « Il n’y a pas de sexisme dans tout ça, mais simplement des entités qui veulent créer le buzz autour de nos évènements très médiatisés ».

Pendant que les organisateurs de la soirée s’inquiètent en cas d’opération de sit-in pour assurer la sécurité de tout le monde, l’Unef annonce vouloir lancer un projet national de campagne pour l’égalité hommes-femmes dans le milieu étudiant.