Les Dossiers du Mois :

Parcoursup 2018

Toutes les clés pour réussir Parcoursup !

➜ Voir le dossier

 

Rapport de Stage

Réussir son rappport de Stage :

➜ Voir le dossier

 

Comment survivre en prépa ?

Toutes les clés pour réussir sa CPGE !

➜ Voir le dossier

 

A découvrir : Le métier de Consultant en Transformation Digitale

 

 

Réussir et obtenir son code de la route sur Codedelaroute.fr

 

 

étudier à l'étranger

 

Journées portes ouvertes dans toutes les écoles

Interview exclusive à la rencontre d'un étudi...

Interview exclusive à la rencontre d'un étudiant peu ordinaire !

Joseph Parisot, est un étudiant de la grande école de commerce ESSEC Business School qui s’est engagé dans un tour du monde avec pour mission de développer et créer des partenariats de missions humanitaires et faciliter ainsi l’engagement des jeunes.

Publié le 01 Avril 2015 à 15h16 | | 0 avis

Interview exclusive à la rencontre d'un étudiant peu ordinaire !

Bonjour Joseph, peux-tu te présenter en quelques mots ?

Salut je suis picard, 22 ans, diplômé en commerce, famille nombreuse, j'aime la raclette. Plus sérieusement : au cours de mes études à l'étranger je me suis découvert un instinct de baroudeur j'y ai pris goût et je souhaitais pousser la chanson plus loin en réalisant un voyage intérieur fort, en plus de vivre une aventure extra. Le vrai voyage me semble être celui où on se livre à l'inconnu, en tant que personne ou en tant qu'avenir.

Quel est ton projet et comment est-il venu à ton esprit ?

Il y a 3 ans je voulais faire un mois d'humanitaire à l'étranger et on me demandait tout le temps de payer très cher pour donner de mon temps libre. Il n'y a que moi que ça choque ?

Le problème c'est que beaucoup de petites ONG avaient besoin d'une aide comme la mienne mais qu'elles ne communiquent pas en français ou sur le web. Donc j'ai décidé de faciliter l'engagement humanitaire des jeunes et allant rencontrer physiquement ces associations très différentes et en les mettant en contact avec les étudiants qui veulent les aider.

Je construis un pont entre deux mondes dont le fossé se creuse, d'où le nom de l'association (The Bridge Year).

Où en es-tu dans ton voyage en ce moment ?

Au Népal, à Kathmandu, dans une chambre miteuse. J’adore !

Quelles sont les difficultés majeures que tu as pu rencontrer au cours de ton voyage pour l'instant ?

La plus grande fut de me convaincre de partir ! Au quotidien c'est d'être ouvert à tous types d'expériences et de rencontres, tout en restant conscient des risques encourus. Il faut trouver l'équilibre.

Quels sont les pays que tu as visité jusqu'à présent et quels sont ceux qu’il te reste à visiter ?

Argentine, Brésil, Paraguay, Bolivie, Pérou, Equateur, Colombie, weekend end à Los Angeles , Nouvelle Zélande, Singapour pour le nouvel an, Malaisie, Thaïlande, Cambodge, Laos, Vietnam, Népal.

A venir Inde, Iran, Israël, Ethiopie, et après je verrai. Retour dans 5 mois !

Quelle expérience reste pour toi la plus marquante ?

Pas facile à dire ! Mais je crois l'ascension du Mont Huayna Potosi en Bolivie à 6088m. Au cours de l'ascension quand j'ai dépassé les 5000m je me suis mis à saigner du nez et vomir. Je me suis rendu compte de la force de l'altitude, de la nature, j'étais entouré par un paysage magistral. Ce fut un échec, j'ai dû redescendre, pire journée de ma vie, j'avais de l'eau dans les poumons. je ne pouvais plus bien respirer à cause du manque d'oxygène.

Comment vois-tu ton avenir après toutes ces expériences, est-ce que ce voyage a modifié ta vision du monde ?

Le voyage actuel a clairement modifié ma conception du monde.Un voyage humanitaire ouvre les yeux sur les réalités invisibles aux touristes. J'ai l'impression de m'être fait vacciner contre l'individualisme ! Moi qui n'avais rien fait de social avant ça...

Du coup je compte poursuivre les actions de The Bridge Year en développant l'impact social en bossant avec des « incubateurs ». Ce sont des professionels donnant des cours et accompagnant les créations d'entreprise. J'ai postulé aujourd'hui au Master spé Centrale-Essec entrepreneurs.

The Bridge Year devrait permettre à une centaine de jeunes de s'engager rien que dans les ONG que je rencontre cette année.

As-tu des conseils à donner à ceux qui voudraient se lancer dans un tour du monde ou en humanitaire ?

C'est dur de se lancer dans ce genre d'expérience parce que c'est l'inconnu ! Et c'est justement ce qui nous pousse à vivre un tel voyage. Je n'ai pas rencontré un seul voyageur ou bénévole qui m'ait dit "je regrette".

Il faut se convaincre soi-même avant tout.  Voyager vous enrichira dans tous les cas ! C’est quand on ne s'y attend pas qu'on vit des expériences géniales !

Et pour tous ceux qui veulent partir en mission huma : The Bridge Year c'est la solution facile, sérieuse et gratuite pour vous lancer dans une grande aventure humaine !

Donne ton avis !
Ta note :
Rédige ton avis