Les Dossiers du Mois :

Parcoursup 2018

Toutes les clés pour réussir Parcoursup !

➜ Voir le dossier

 

Rapport de Stage

Réussir son rappport de Stage :

➜ Voir le dossier

 

Comment survivre en prépa ?

Toutes les clés pour réussir sa CPGE !

➜ Voir le dossier

 

A découvrir : Le métier de Consultant en Transformation Digitale

 

 

Réussir et obtenir son code de la route sur Codedelaroute.fr

 

 

étudier à l'étranger

 

Journées portes ouvertes dans toutes les écoles

Un étudiant sur 3 ne porte jamais de préservatif

Un étudiant sur 3 ne porte jamais de préservatif

La SMEREP a commandité un sondage à Harris Interactive pour savoir quels étaient les rapports des étudiants aux préservatifs à l'occasion de la journée mondiale contre le Sida. 

01 Décembre 2014 à 10h25 | | 1 avis

Un étudiant sur 3 ne porte jamais de préservatif

La SMEREP est une mutuelle étudiante, elle gère la sécurité sociale étudiante et se manifeste au travers d’actions de prévention. Le sondage a été diffusé en ligne à 500 étudiants partout en France et a 700 étudiants vivant particulièrement de la région Ile de France.

Une hausse de 3% de l'absence d'utilisation du préservatif

Aujourd’hui, journée mondiale contre le sida, on apprend qu’un étudiant sur 3 ne porte jamais de préservatif ! Des résultats alarmants, en hausse de 3% depuis l’an dernier. Seuls 41% des étudiants confirment utiliser cette protection contre les MST à chaque rapport sexuel.

1 étudiant sur 3 déclare également ne pas se faire dépister en cas de changement de partenaire. Les étudiants d’Île-de-France sont plus nombreux (40%) à être susceptibles de se faire dépister à chaque changement de partenaire, ils sont seulement 33% en France entière.

Mais… pour quelles raisons ?

  • Pour 60% : les deux personnes ont déjà fait un test de dépistage
  • 50% : Ils utilisent un autre moyen de contraception
  • 20% : Le préservatif diminue le plaisir

Le préservatif est trop vu comme un moyen contraceptif, et non comme une protection contre les maladies sexuellement transmissibles et comme 60% des jeunes étudiantes prennent la pilule, ils pensent que cela suffit. De plus, 42% des jeunes n'osent pas parler du Sida avec leur partenaire sexuel.

Les étudiants ne seraient pas assez informés sur les risques du sida malgré toutes les campagnes de préventions. Le sida est à leurs yeux rare, donc banalisé. Pierre Faivre, chargé de la prévention à la Smerep constate que « les jeunes ont appris très tôt à mettre un préservatif, à en avoir un. Mais dans la vie de tous les jours, dans le quotidien, c'est différent. Le préservatif et la question du sida, c'est lointain pour eux. Ça concerne les autres, jamais soi-même ».

« La 'Génération Sida', qui a débuté sa vie sexuelle dans les années noires de la maladie (entre 1981 et 1995), a bénéficié plus longtemps que les jeunes d'aujourd'hui de campagnes de prévention et d'une visibilité de l'épidémie plus importante », remarque  Yaëlle Amsellem-Mainguy, chargée d'études et de recherche à l'Injep, l'Institut national de la jeunesse et de l'éducation populaire.

Renaud Bouthier, directeur de l’association Avenir Santé confirme que « c'est devenu un phénomène sociétal installé. Il y a moins ce rapport d'urgence vis-à-vis de la maladie »

Si 70% des sondés affirment mettre un préservatif lors de leurs rapports sexuels, « ils le font surtout au début lorsqu’ils ne connaissent pas la personne ». «  Les étudiants n’ont que le côté technique et informatif de la chose. Mais la vraie question c’est qu’est-ce qu’on fait après les rapports ? », insite Pierre Faivre.

Les avis sur cet article
Pom Rouge

20 / 20

NO, NO NON, déconnez-PAS !!!!
Par

Pom Rouge

- le 02 Décembre 14h26
Donne ton avis !
Ta note :
Rédige ton avis