Les Dossiers du Mois :

Rapport de Stage

Réussir son rapport de Stage :

➜ Voir le dossier

 

APB 2017

Réussir la procédure APB 2017 :

➜ Voir le dossier

 

Étudier à l'étranger

Comment partir étudier à l'étranger ?

➜ Voir le dossier

 

Comment survivre en prépa ?

Toutes les clés pour réussir sa CPGE !

➜ Voir le dossier

 

 

Réussir et obtenir son code de la route sur Codedelaroute.fr

 

 

étudier à l'étranger

 

Journées portes ouvertes dans toutes les écoles

Les gestes qui sauvent : les connaître c'est r...

Les gestes qui sauvent : les connaître c'est risquer de sauver une vie un jour

INFOGRAPHIE – Du 23 mars au 5 avril, la Fédération française de cardiologie organise les parcours du cœur scolaires, un événement qui a pour objectif de faire prendre conscience au jeune des risques des maladies cardiovasculaires.

24 Mars 2015 à 10h17 | | 1 avis

Les gestes qui sauvent : les connaître c'est risquer de sauver une vie un jour

Connaître les gestes c’est sauver une vie un jour

Connaître et savoir réaliser les gestes de premiers secours et les gestes qui sauvent permet de pouvoir sauver plus de vie lorsqu’une personne est prise d’un arrêt cardiaque. Pendant deux semaines, du 23 mars au 5 avril, la fédération française de cardiologie organise les parcours du coeurs scolaires. L’objectif étant de rappeler que les maladies cardiovasculaires interviennent en fonction de notre mode de vie, du tabagisme de l’alimentation déséquilibrée. Pendant ces deux semaines les jeunes découvriront de nombreuses activités et notamment des activités qui leur permettront d’agir si un jour ils sont témoins d’un arrêt cardiaque.

« L’ABC des gestes qui sauvent », un des ateliers proposé aux jeunes à pour objectif de sensibiliser les jeunes au secourisme. Parce que « seuls 40% des témoins d’un arrêt cardiaque agissent », il est important de rappeler ses gestes et de « vaincre la peur de faire quelque chose d’inadéquat ».

Trois gestes qui sauvent une vie

Trois gestes doivent être réalisés pour augmenter les chances de survie des victimes.

 

  1. Le premier geste surement le plus simple consiste à appeler les secours, le Samu en priorité qui pourra prodiguer de meilleur soin que les pompiers, même si les pompiers sont plus rapides avec une intervention en 10 minutes en moyenne contre 20 pour le Samu. Lorsque vous serez au téléphone avec les secours décrivez leur aussi précisément que possible les causes de votre appel, la victime est elle inconsciente ? Respire-t-elle ? Dans 98% des cas les victimes qui s’écroulent brutalement, qui ne répondent pas et qui ne respire plus sont victimes d’un arrêt cardiaque.
  2. Le deuxième geste est de débuter un massage cardiaque. Attention pas n’importe comment, ne soyez pas doux, il faut au contraire être violent pour déprimer le thorax de 5 cm environ pour un massage cardiaque efficace. Garder en tête que le massage sert à oxygéner le corps de la victime pour diminuer les séquelles neurologique causé par un manque d’oxygénation du cerveau et du sang. Il faut donc être énergique et ne pas hésiter à passer le relai si une personne est disponible en attendant soit la venue des secours, soit le DAE.
  3. Le troisième geste est d’utiliser le défibrillateur. Pour cela ayez le reflexe de demander directement à un tiers de vous apporter le DAE le plus proche, une fois qu’on vous l’aura apporté il vous suffira d’écouter la voix qui vous guidera dans vos manipulations. Ces défibrillateurs sont conçus pour être simple d’utilisation. N’arrêtez pas le massage cardiaque pendant que vous placez les électrodes. Ensuite arrêtez le massage le temps que le DAE se mette en route, prenne les pulsations de la victime et agisse.

L'utilisation d'un smartphone peut également se révéller efficace si des doutes percistes sur la réalisation des trois gestes. Plusieurs applications sont conçues pour justement aider à sauver des vies, certaines vous indique même la position du DAE le plus proche.

Les avis sur cet article
CAPSU

20 / 20

C'est la même chose pour les "5 gestes" qui sauvent face à un accident de la route, soit Alerter-Baliser-Ventiler-Comprimer l'hémorragie externe-Sauvegarder" qui réclament une formation pratique de 4 heures, projet de 1967 (c'est bien 1967 il n'y a pas d'erreur) et que les pouvoirs publics de notre pays ainsi que le Parlement pléthorique avec 577 députés et 350 sénateurs n'a pas été fichu de rendre obligatoire pour obtenir un permis de conduire ! Ils ont préféré "laisser-mourir" les blessés en détresse avant l'arrivée des secours ! Pour des précisions, voir la page CAPSU sur le site secourisme.net Didier BURGGRAEVE, Président du CAPSU.
Par

CAPSU

- le 25 Mars 08h24
Donne ton avis !
Ta note :
Rédige ton avis