Les Dossiers du Mois :

Rapport de Stage

Réussir son rapport de Stage :

➜ Voir le dossier

 

APB 2017

Réussir la procédure APB 2017 :

➜ Voir le dossier

 

Étudier à l'étranger

Comment partir étudier à l'étranger ?

➜ Voir le dossier

 

Comment survivre en prépa ?

Toutes les clés pour réussir sa CPGE !

➜ Voir le dossier

 

 

Réussir et obtenir son code de la route sur Codedelaroute.fr

 

 

étudier à l'étranger

 

Journées portes ouvertes dans toutes les écoles

Les études supérieures, mauvaises pour la myopie

Les études supérieures, mauvaises pour la myopie

Faire des études supérieures peut favoriser la myopie. C’est la conclusion d’une étude réalisée par des chercheurs allemands. En cause les révisions et les ordinateurs. Pour enrailler ce phénomène la solution est simple : passer plus de temps à l’extérieur.

31 Octobre 2014 à 17h40 | | 0 avis

Les études supérieures, mauvaises pour la myopie

La myopie est un trouble de la vision qui implique que la personne voit flou ce qui est loin d'elle. Dans les années 1970, seulement 20 % des Français souffraient de myopie, alors qu’aujourd’hui c’est plus de 40 %. Une des raisons pour expliquer cette hausse est à chercher du côté des études. C’est le résultat des recherches réalisées par le Centre Médicale Universitaire de Mayence, en Allemagne. Suivre de longues études favorise le développement de la myopie.

Les gens sans diplôme, en souffre moins

L’étude concernait 4658 volontaires souffrant de myopie et âgés de 35 à 72 ans. Plus de la moitié d’entre eux ont suivi un cursus scolaire long (53%), 23 % se sont arrêtés après le bac, et 23% n’ont aucun diplôme. Si les gens ayant fait de longues études souffrent plus de myopie que les autres, c’est en partie à cause du temps passé sur les fiches de révisions et les écrans. Un jeune passe en moyenne plus de 7h par jour devant un écran.

Il faut passer plus de temps à l'extérieur

Pour lutter contre la myopie, la solution est simple, passer plus de temps à l’extérieur. Une précédente étude réalisée en 2008 par le professeur Kathryn Rose avait déjà mené au même résultat. Elle avait comparé deux groupes d’enfant, un résidant à Singapour et l’autre à Sydney. Le taux de myopie chez ces enfants était respectivement  de 29% et de 3,3%. Un fort écart, qui s’explique par le temps passé dehors : plus de 13h75 pour les petits australiens contre seulement 3h05 pour leurs homologues singapouriens. 

Donne ton avis !
Ta note :
Rédige ton avis