Les Dossiers du Mois :

Rapport de Stage

Réussir son rapport de Stage :

➜ Voir le dossier

 

APB 2017

Réussir la procédure APB 2017 :

➜ Voir le dossier

 

Étudier à l'étranger

Comment partir étudier à l'étranger ?

➜ Voir le dossier

 

Comment survivre en prépa ?

Toutes les clés pour réussir sa CPGE !

➜ Voir le dossier

 

 

Réussir et obtenir son code de la route sur Codedelaroute.fr

 

 

étudier à l'étranger

 

Journées portes ouvertes dans toutes les écoles

Etude Smerep : les étudiants sont de plus en p...

Etude Smerep : les étudiants sont de plus en plus mal dans leur peau

La mutuelle étudiante Smerep a publié ce jeudi une étude sur la santé des étudiants. Et ce n'est pas joyeux ! Si les étudiants sont globalement en bonne santé physique, le mental ne suit pas...

17 Mai 2013 à 11h24 | | 0 avis

Etude Smerep : les étudiants sont de plus en plus mal dans leur peau

Très stressés

88% des étudiants se disent en bonne santé. C'est bien mais ils sont tout de même 5% de moins qu'en 2009 selon une enquête de Harris Interactive. Pourtant ils sont stressés, très stressés. C'est ce que révèle l'étude publiée hier par la mutuelle étudiante Smerep, réalisée auprès de 1200 étudiants français. La morosité ambiante et la crise économique semblent avoir raison des jeunes, alors même qu'ils ne sont pas encore entrés dans la vie active ! Un sentiment de mal être qui gagne progressivement du terrain dans leur esprit. 

Plus précisément, 66% des jeunes interrogés se sentent "régulièrement stressés". Un chiffre qui a plus que doublé depuis 2005. 

Pierre Faivre, vice-président de la Smerep, développe ce résultat : "Il y a des indicateurs que l’on connaît – le tabagisme et l’alcool – qui nous alarment mais qui restent contenus et stables. En revanche, il y a une situation d’usure psychologique qui depuis deux ans, et surtout cette année, remonte très fortement, beaucoup plus qu’avant". 


Des troubles du sommeil aux violences

Conséquence : les jeunes dorment de moins en moins bien. Ils sont 38% à souffrir d'une altération du sommeil. Plus inquiétant :  ils sont 51% à avoir "perdu confiance ou s'être sentis 'sans valeur, bon à rien'", et 49 % à s'être sentis "tristes, déprimés et sans espoir" pendant une période de plus de quinze jours au cours de l'année écoulée. Enfin, 15 % des étudiants ont eu des pensées suicidaires au cours des douze derniers mois.

L'étude révèle aussi que beaucoup d'entre eux se disent victimes de violences. 18% des étudiants déclarent avoir "déjà été victime de violence dans le cadre de [leurs] études", contre 12% en 2011. Ce chiffre a presque triplé en Île de France, passant de 6% en 2011 à 16% en 2013.
Ils sont  surtout victimes de violences verbales (87%) mais subissent aussi des violences psychologiques (40%), physiques (40%) et sexuelles (7%). Ces chiffres sont globalement plus faibles pour les étudiants d'Île de France, sauf pour les violences psychologiques : elles concernent 49% des étudiants franciliens victimes de violence.

Les difficultés financières sont grandissantes et subies par 46% des jeunes. Le budget moyen mensuel est de 538 euros, dont plus de la moitié est assurée par les parents. Se soigner "devient de plus en plus dur" : 15% des étudiants y renoncent. 

 

Crédits photo : © olly - Fotolia.com 

Donne ton avis !
Ta note :
Rédige ton avis