Les Dossiers du Mois :

Rapport de Stage

Réussir son rapport de Stage :

➜ Voir le dossier

 

APB 2017

Réussir la procédure APB 2017 :

➜ Voir le dossier

 

Étudier à l'étranger

Comment partir étudier à l'étranger ?

➜ Voir le dossier

 

Comment survivre en prépa ?

Toutes les clés pour réussir sa CPGE !

➜ Voir le dossier

 

 

Réussir et obtenir son code de la route sur Codedelaroute.fr

 

 

étudier à l'étranger

 

Journées portes ouvertes dans toutes les écoles

Les chiffres scandaleux de la SMEREP sur la san...

Les chiffres scandaleux de la SMEREP sur la santé des étudiants

La mutuelle étudiante SMEREP vient de publier son rapport annuel sur la santé des étudiants. Si certains phénomènes sont connus, certains chiffres choquent.

26 Juin 2014 à 14h09 | | 1 avis

Les chiffres scandaleux de la SMEREP sur la santé des étudiants

1 étudiant sur 10 saute un repas tous les jours

et 4 étudiants sur 10 le font au moins une fois par semaine. Un phénomène qu'ils expliquent par un manque de temps (53%), un manque d'envie (47%) ou de moyens (17%).

9 étudiants sur 10 dorment moins de 8 heures par nuit

et parmi eux, 2 étudiants dorment moins de 6 heures. Un phénomène qui peut s'expliquer par une difficulté à s'endormir qu'un 1 étudiant sur 2 reconnaît avoir au moins une fois par semaine. Les difficultés au réveil sont également nombreuses. Elles concernent 6 étudiants sur 10.

8 étudiants sur 10 sont en bonne santé

et donc 2% des étudiants se déclarent en mauvaise santé pendant que 11% des étudiants parlent d'une santé fragile.

3 étudiants sur 100 n'ont pas confiance en leur médecin traitant

Ils sont cependant 1 sur 2 à avoir totalement confiance dans leur médecin généraliste. Au total, ils sont 9 étudiants sur 10 à faire confiance à leur médecin traitant.

Quand ils sont malades, 3 étudiants sur 4 attendent que "cela se passe" 

et expliquent leur choix par une capacité à gérer la maladie soi-même (38%), par manque de temps (33%) et par manque d'argent (21%). 

1 étudiant sur 3 ne se protège jamais lors d'un rapport sexuel 

tandis qu'1 étudiant sur 3 se protège toujours et qu'1 étudiant sur 3 se protège rarement ou souvent. Quand ils l'utilisent, il s'agit alors de se protéger autant des IST que du SIDA ou d'une grossesse.

6 étudiantes sur 10 prennent la pilule

et 1 étudiante sur 6 a déjà pris une pilule du lendemain au cours des 12 derniers mois. 1 étudiante sur 100 en a même fait usage de 3 à 4 fois au cours de l'année passée.

1 étudiant sur 4 consomme de l'alcool au moins une fois par semaine  

tandis qu'1 étudiant sur 4 n'en consomme jamais et que le reste de la population consomme occasionnellement.  

1 étudiant sur 4 se déclare fumeur

et parmi eux, la moitié fume quotidiennement. A l'inverse, 6 étudiants sur 10 se déclarent non fumeurs pendant qu'un 1 étudiant sur 10 s'avère être un ancien fumeur.

1 étudiant sur 4 a déjà touché au cannabis

Un geste qu'ils expliquent par une volonté de décompresser (62%), d'oublier les problèmes (55%) ou pour être dans l'ambiance, faire comme les autres (51%). 17% s'en servent également pour séduire plus facilement.


Note : les pourcentages dépassent parfois 100 en raison de questions à choix multiples posées dans l'enquête.
Les avis sur cet article
molybdène

20 / 20

Tout ça me paraît assez conforme à ce que j'ai connu il y a 30 ans. Et pas vraiment scandaleux ni monstrueux, au contraire. Un pays dont les étudiants se couchent avec les poules, ne boivent pas d'alcool, ne fument pas, vont chez le médecin à la moindre angine, pratiquent l'abstinence et mangent entrée-plat-dessert 3 fois par jour m'inquiéterait bien davantage. Et nous rapprocherait de certaines doctrines lénifiantes et asservissantes, si vous voyez ce que je veux dire...
Par

molybdène

- le 26 Juin 16h52
Donne ton avis !
Ta note :
Rédige ton avis