Les Dossiers du Mois :

Parcoursup 2018

Toutes les clés pour réussir Parcoursup !

➜ Voir le dossier

 

Rapport de Stage

Réussir son rappport de Stage :

➜ Voir le dossier

 

Comment survivre en prépa ?

Toutes les clés pour réussir sa CPGE !

➜ Voir le dossier

 

A découvrir : Le métier de Consultant en Transformation Digitale

 

 

Réussir et obtenir son code de la route sur Codedelaroute.fr

 

 

étudier à l'étranger

 

Journées portes ouvertes dans toutes les écoles

Charlotte Ducharme explique son éducation posi...

Charlotte Ducharme explique son éducation positive

Charlotte Ducharme, auteure du livre Cool Parents Make Happy Kids (http://www.coolparentsmakehappykids.com/) et fondatrice du blog éponyme nous explique l’éducation positive. A l’aide d’études et de son propre vécu, elle a fondé ce type d’éducation innovante.

Publié le 19 Janvier 2018 à 10h22 | | 0 avis

Charlotte Ducharme explique son éducation positive

Qu’est-ce que l’éducation positive ?

Charlotte Ducharme : J’ai réalisé que les enfants apprennent avant tout en imitant leurs parents. Plus nous crions sur un enfant et nous le rabaissons, plus nous lui apprenons à son tour à rabaisser les autres, à critiquer, à obtenir les choses par la force, etc. Et non pas à bien se tenir à table ou à être gentil. L’objectif est donc de se comporter avec notre enfant à la manière dont nous aimerions qu’il se comporte avec les autres. Il enregistre la manière dont nous nous comportons avec lui, plus que le fond de ce que nous lui disons.

Plus les parents utilisent la force, plus ils créent un manque de confiance ou un mal être chez l’enfant. S’il va mal, il se comporte mal. C’est comme les adultes : plus nous sommes épanouis, plus nous nous comportons bien avec les autres. Plus nous sommes privés de liberté, moins nous sommes bien et motivés à donner le meilleur de nous-mêmes.

➜ À voir aussi : Affirmer ses valeurs avec ses amis

 

Que conseilleriez-vous aux étudiants en conflit avec leurs parents pour que ça se passe bien ?

Les étudiants qui ont encore des parents doivent bien avoir conscience que ceux-ci font ce qu’ils peuvent. S’ils ont reçu une éducation très traditionnelle, ils auront tendance, parfois malgré eux, à reproduire le même schéma avec leurs enfants. Plus nous avons conscience que nos parents font ce qu’ils peuvent, plus nous réaliserons qu’ils ne sont pas parfaits. Ce n'est pas parce qu’ils nous disent que nous sommes nuls qu’ils disent la vérité.

Leur intention est bonne dans la majorité des cas. Un parent en colère peut dire à son enfant qu’il est nul, mais cela ne veut pas dire pour autant qu’il le pense. Il reste avant tout un être humain, et les hommes sont de nature imparfaits. Plus nous croyons en nous, plus nous pouvons arriver à passer outre les images négatives que certains peuvent nous renvoyer de nous-mêmes.

Les adultes n’ont pas forcément conscience de l’émotion que ressent l’enfant. Ainsi, plus l’enfant ou l’étudiant communique positivement avec ses parents, plus leur relation s’améliorera. Par exemple, à la place de dire : « T’es vraiment méchant de pas me laisser sortir ! », il peut être bon d’expliquer : « Je me sens triste parce que j’ai l’impression de ne pas pouvoir sortir. Je ressens de l’injustice. Je ne vais pas faire quelque chose de mal en sortant. »

Nom

 

Comment interprétez-vous le manques de communication ?

Personnellement, ça me fait de la peine quand je vois des personnes mal communiquer entre elles. Les parents n’ont parfois pas conscience de la peine qu’ils font à leurs enfants. Cela fait du bien de se sentir compris et écouté. Plus nous exprimons nos sentiments, en tant que parent ou enfant, plus nos relations ont la chance de pouvoir s’améliorer : il faut montrer nos émotions, voire même, inciter l’autre à se mettre à notre place.

Par exemple, si notre patron nous enferme deux heures dans un bureau en nous disant de faire un dossier qui ne nous intéresse pas, et ce sans explication, nous n’allons pas être motivé. En revanche, s’il explique les raisons de sa demande, nous serons plus motivés : nous serons davantage impliqués. Finalement, il faut communiquer non pas sur ce que l’autre ne fait pas bien, mais sur ses propres ressentis.

Ainsi, si un enfant tape ses camarades de classe à l’école, le parent ne doit pas le conforter dans son attitude violente. Bien au contraire, il doit lui expliquer : « Je ne comprends pas. Tu n’es pas comme ça, alors pourquoi as-tu été violent ? J’ai confiance en toi, je suis sûr que tu peux arriver à mieux te comporter ! » Cela améliorera la communication entre eux. L’enfant aura donc moins de mal à se confier. Au contraire, s’il a du mal à se confier, il est possible qu’il ait peur de la sanction.

➜ Voir le dossier : Santé et Psycho

 

Avez-vous reçu une éducation positive ?

Non, j’ai reçu une éducation traditionnelle. Petite, je réfléchissais déjà à la manière dont j’allais éduquer mes enfants. Aujourd’hui, je ne suis pas parfaite, mais je fais de mon mieux pour les élever positivement. Je suis dans le postulat qu’ils ont un fond bienveillant. C’est ma ligne directrice et j’espère les éduquer au mieux. Enfin, je souhaite cela à toutes les familles.

Donne ton avis !
Ta note :
Rédige ton avis