Les Dossiers du Mois :

Parcoursup 2019

Toutes les clés pour réussir Parcoursup !

➜ Voir le dossier

 

Rapport de Stage

Réussir son rappport de Stage :

➜ Voir le dossier

 

Comment survivre en prépa ?

Toutes les clés pour réussir sa CPGE !

➜ Voir le dossier

 

A découvrir : Le métier de Consultant en Transformation Digitale

 

 

Réussir et obtenir son code de la route sur Codedelaroute.fr

 

 

étudier à l'étranger

 

Journées portes ouvertes dans toutes les écoles

Portrait de Christophe Viton : quand professio...

Portrait de Christophe Viton : quand profession rime avec passion !

Au loin, on en entend certains crier : « Ah, ces directeurs : trop sérieux ! Trop loin de la réalité ! ». Et bien détrompons-les ! Christophe Viton, par exemple, est un homme passionné : il fait toujours de son mieux avec son équipe pour améliorer le quotidien des autres. L’actuel directeur de l’IUT Lyon 1 revient avec beaucoup d’humour sur son parcours.

Publié le 01 Février 2018 à 09h44 | | 0 avis

Portrait de Christophe Viton : quand profession rime avec passion !

Malgré son emploi du temps chargé, il reste accessible : pour lui, mais aussi pour ses étudiants. Assis dans la salle de réunion du bâtiment de direction de l’IUT Lyon 1, un café à la main, Christophe Viton commence : « Il est vrai que je n’ai pas beaucoup de temps pour moi, à côté de mon travail. Même si, parfois j’arrive à aller au stade de Décines. Je suis en effet un grand supporter de l’Olympique Lyonnais ». Et ce, depuis tout petit. Car Lyon, c’est sa ville, celle dans laquelle il est devenu celui qu’il est aujourd’hui : il n’oublie pas ses racines.

Son mot d’ordre : le savoir être, celui du cœur et de l’expérience : « J’essaye toujours de faire comprendre aux étudiants qu’ils doivent et peuvent avoir confiance en eux. » Et pour cela, la règle est stricte : quand un nouveau bachelier intègre l’IUT, il doit se référer au règlement. Il faut qu’il respecte les horaires, « car il a des droits, mais aussi des devoirs ». Cet homme de 49 ans le sait : cela fait partie des engagements qu’il faut respecter dès lors que l’on s’insère dans la vie professionnelle. Autant commencer le plus tôt possible ! Et lui peut se targuer d’avoir une existence bien remplie. Un sourire au bout des lèvres, l’homme aux multiples casquettes détaille comment il est devenu à la fois enseignant, chercheur, et directeur d’IUT.

 

Un grand parcours universitaire : une belle réussite !

Sa vie a commencé simplement : originaire d’Albertville, Christophe Viton entre à l’IUT Lyon 1 après le bac. Il y passe un DEUG, une maîtrise de Sciences et Techniques, puis il obtient un DEA en 1989. Très vite, il se découvre un fort intérêt pour le monde de l’Université. Il décide alors de sauter le pas : il choisit de consacrer une partie de son existence à l’enseignement et à la recherche : « Une thèse nous ouvre plusieurs portes. J’ai choisi celle de l’université ! ». Et cela, il ne le regrette pas.

« Ma thèse portait sur les produits pétroliers. Si je dis Chimie Analytique, cela parle sûrement moins aux gens », ironise-t-il, avant de poursuivre, plus sérieux : « A l’origine, je n’avais pas prévu de devenir enseignant-chercheur ». Et pour cause, à l’époque, il intervient dans des entreprises pour donner des cours à des professionnels en même temps que sa thèse. Ses futurs collègues du département Chimie de l’IUT Lyon 1 l’apprennent. Ils lui proposent de se présenter à un concours pour devenir enseignant chercheur.

La réponse est oui ! Il tente l’examen et le réussit. « Il y avait plus de cent candidatures pour un seul poste ! se souvient-il avec émotion. Je me rappelle du nombre car il m’a toujours semblé assez conséquent », explique-t-il en riant. En fait, pour un tel poste, les aspects enseignement et recherche sont pris en compte. Finalement, Christophe Viton est classé premier au concours. Et au bout d’environ deux ans, lors d’un entretien, un autre chercheur du Laboratoire chargé de développer une équipe, lui demande de l’accompagner dans sa démarche : « Nous avons développé ensemble une double compétence au sein du laboratoire : la physico-chimie au service des polymères naturels ». Il travaille jusqu’en 2012 environ dans cette équipe en plein développement.

C’est à cette époque que Christophe Viton passe un autre concours, peu après avoir validé son Habilitation à Diriger les Recherches, examen obligatoire pour devenir professeur des universités. « C’était mon dernier concours », s’amuse-t-il. Puis il affirme : « J’ai prévenu tout le monde ! Après celui-ci, ça suffit ! ». Aujourd’hui encore, il ne se passe pas une semaine sans que ses travaux ne soient cités dans une publication scientifique.

➜ À voir aussi : Portrait d'Axel Waeckerlé

 

« Ce que je prévois de faire le matin, je n’ai jamais le temps de le faire dans la journée. »

Si à ce moment-là les concours suffisent et la recherche se met en pause, une autre aventure commence. Le nouveau professeur des universités devient directeur de l’IUT Lyon 1 : « Mes journées ne sont jamais les mêmes ». Et pour cause, au travail très tôt le matin, il commence par une réunion, avant d’être « tranquille » un petit moment. Si les journées sont denses, il ne le montre pas. Au contraire, Christophe Viton enchaîne les réunions « pour discuter de l’avenir de l’IUT, ou de l’université Lyon 1 » ou encore avec des alternants dont il est tuteur. Finalement, il reconnaît : « Ce que je prévois de faire le matin, je n’ai jamais le temps de le faire dans la journée ». Car son travail est marqué par des imprévus auxquels il lui faut répondre dans l’immédiat.

Sa carrière continue d’évoluer. L’homme de science est aussi, depuis 2013, Vice-président chargé de la partie Enquêtes et Statistiques de l’association des directeurs d’IUT : « Les cent treize IUT sont organisés en réseau ». Il participe à des réunions stratégiques et politiques, à la publication des notes de synthèses d’enquêtes. « A l’IUT Lyon 1, nous avons toujours estimé devoir s’investir dans le réseau national des IUT »,explique son directeur.

➜ Plus de portraits : Parcours Atypique

 

« Nous sommes face à une vraie problématique : nous ne pouvons pas ‘forcer un jeune’ à arrêter de construire son projet. »

Les tutelles ont une importance capitale dans l’évolution des structures. Dernier changement en vue : Parcoursup ! Cette plateforme destinée aux futurs bacheliers vient d’ouvrir. Selon Christophe Viton, malgré une évolution certaine par rapport à APB, les candidats répondent toujours présents : la trajectoire de l’IUT semble, sur les premières journées, similaires à celle de l’année dernière. Toutefois, une plus grosse évolution est à prévoir : « La proportion de bacheliers titulaires d’un baccalauréat technologique devrait augmenter par rapport aux autres profils », notamment celui des bacheliers généraux. « Les IUT revendiquent un public diversifié : nous travaillons avec le rectorat depuis plusieurs années pour essayer de maintenir au plus près cette diversité », et ce tout en répondant aux consignes de leurs tutelles.

« Jusqu’à présent, beaucoup de jeunes se sont découverts après un DUT ou un BTS. Comme à l’IUT Lyon 1 : au fur-et-à-mesure que les semestres avancent, certains choisissent de poursuivre leurs études par une année simple à l’étranger ou par une Licence Professionnelle, par exemple. » La demande est claire : il y a un besoin de cadres intermédiaires pour répondre aux besoins des entreprises. Aujourd’hui, environ 30 % des étudiants qui se forment à l’IUT ne continuent pas leurs études après un Bac+2 ou un Bac+3. A l’inverse, près de 50 % des jeunes continuent jusqu’à un niveau Bac +5.

« Nous sommes face à une vraie problématique : nous ne pouvons pas ‘forcer un jeune’ à arrêter de construire son projet », souligne Christophe Viton. Tout est mis en œuvre à l’IUT pour que les jeunes s’insèrent dans la vie active rapidement. « Certains avancent que si nous recrutions d’autres profils de jeunes plus 'technologiques' à l’entrée, ceux-ci auraient sans doute moins d’appétence à poursuivre leurs études. » Le directeur de l’IUT Lyon 1 a bien conscience que les étudiants découvrent petit à petit leur vocation, qu’ils se projettent et prennent plaisir à rencontrer des enseignants et des professionnels qui leurs présentent leurs futures carrières. L’IUT Lyon 1 accompagne les jeunes pour qu’ils trouvent rapidement un métier : depuis 2006, par exemple, les parcours de Licence professionnelles en alternance sont développés. « L’alternance, favorise l’insertion professionnelle des diplômés. »

Un gros challenge ? Sûrement ! Une dernière gorgée de café, et il termine : « A l’IUT, nous accueillons tout type de profils. Nous mettons en place des emplois du temps aménagés pour les étudiants sportifs de haut niveau, les personnes en situation de handicap, très bientôt pour les étudiants avec un statut d’artiste de haut niveau, mais aussi pour les adultes en reprise d’études ». Quoiqu’il en soit, Christophe Viton, son équipe et l’ensemble des personnels de l’IUT Lyon 1 ne s’arrêteront pas. Et c’est cela qui forge leur passion. Nous pouvons tous nous en inspirer.