Les Dossiers du Mois :

Parcoursup 2019

Toutes les clés pour réussir Parcoursup !

➜ Voir le dossier

 

Rapport de Stage

Réussir son rappport de Stage :

➜ Voir le dossier

 

Comment survivre en prépa ?

Toutes les clés pour réussir sa CPGE !

➜ Voir le dossier

 

A découvrir : Le métier de Consultant en Transformation Digitale

 

 

Réussir et obtenir son code de la route sur Codedelaroute.fr

 

 

étudier à l'étranger

 

Journées portes ouvertes dans toutes les écoles

Colocation : comment fonctionne le système de ...

Colocation : comment fonctionne le système de garant ?

Aujourd’hui, un garant est demandé par la quasi-totalité des agences immobilières et des propriétaires d’appartements. Quel est son rôle, et tous les colocataires sont-ils obligés d’en avoir un ? digiSchool t’aide à y voir plus clair.

Publié le 10 Avril 2019 à 17h28 | | 0 avis

Colocation : comment fonctionne le système de garant ?

Un garant (on l’appelle aussi « caution »), c’est une personne qui s’engage à payer ton loyer à ta place si tu es dans l’incapacité de le faire. On appelle ça « un cas de défaillance ». Ton garant peut être :

• une personne physique : l’un de tes parents, un autre membre de ta famille, un ami

• une personne morale : ton employeur, si tu en as un, ou ta banque

Demander un garant à un locataire n’est pas obligatoire pour un propriétaire. Cependant, cela devient quasiment systématique. Les propriétaires souhaitent en effet se protéger le mieux possible et parer à toute éventualité… dont un cas de défaillance.

 

De qui le garant est-il responsable ?

Trois cas de figure se présentent le plus souvent. Le premier, c’est bien entendu que chaque membre de la colocation ait son propre garant (on parle ici de « bail individuel »). Un conseil : ait toujours les documents de ton garant dans le dossier que tu donneras à l’agence ou au propriétaire que tu rencontreras.

Autre cas de figure : un garant peut se porter caution pour plusieurs locataires, qu’il s’agisse de plusieurs membres de la colocation ou de son ensemble. On appelle ça un « bail collectif ». En clair, le garant d’un des colocataires s’engage à payer le loyer total de l’appartement en cas de problème.

Le troisième cas de figure, c’est une clause de solidarité. C'est-à-dire que les colocataires sont tous responsables du paiement du loyer. Par exemple, si l’un des colocataires ne peut pas payer son loyer, ce sont les autres qui sont chargés de payer sa part.

➜ À voir aussi : 10 astuces pour vivre en harmonie avec ses colocataires

 

Quels documents doit fournir ton garant ?

Au même titre que toi en tant que locataire, ton garant devra fournir à ton propriétairedes pièces justificatives qui complèteront ton dossier. Les principaux documents demandés sont(la liste n’est pas exhaustive) :

Un justificatif d’identité en cours de validité comportant comportant la photographie et la signature de ton garant : photocopie de la carte d’identité (recto-verso), du permis de conduire ou du passeport

Un justificatif d’activité professionnelle : un contrat de travail pour les salariés, une copie de carte professionnelle pour les professions libérales, un extrait D 1 original du registre des métiers de moins de trois mois pour un artisan, ou un extrait K ou K bis de moins de trois mois pour une entreprise commerciale.

Un justificatif de revenus / ressources : le dernier avis d’imposition (ou de non-imposition), les trois derniers bulletins de salaires ou les deux derniers bilans ou une attestation de ressources pour l'exercice en cours pour les professions non salariées

Un justificatif de domicile : la dernière quittance de loyer, une facture d'eau / de gaz ou d'électricité de moins de trois mois, une attestation d'assurance logement de moins de trois mois, le dernier avis de taxe foncière ou un titre de propriété de la résidence principale si ton garant est propriétaire.

➜ À voir aussi : Nos conseils pour aménager son appartement sans se ruiner