Les Dossiers du Mois :

Parcoursup 2018

Toutes les clés pour réussir Parcoursup !

➜ Voir le dossier

 

Rapport de Stage

Réussir son rappport de Stage :

➜ Voir le dossier

 

Comment survivre en prépa ?

Toutes les clés pour réussir sa CPGE !

➜ Voir le dossier

 

A découvrir : Le métier de Consultant en Transformation Digitale

 

 

Réussir et obtenir son code de la route sur Codedelaroute.fr

 

 

étudier à l'étranger

 

Journées portes ouvertes dans toutes les écoles

Témoignage : allier études et vie active avec...

Témoignage : allier études et vie active avec le Cnam

Publié le 05 Septembre 2012 à 10h22 | | 0 avis

Témoignage : allier études et vie active avec le Cnam

Nicolas a 35 ans. Pleinement installé dans la vie active, il a dû, en 2007, reprendre ses études pour se remettre à niveau après avoir accepté un nouveau poste. Pour cela, il a choisi le Cnam (Conservatoire National des Arts et Métiers). Il nous parle de son expérience. 

Pourquoi avoir choisi le Cnam ?

C’est en septembre 2007 que j’ai débuté le Cnam. A l’époque je venais, au sein de mon entreprise, d’être nommé "chef de projet décisionnel", et j’avais pour autant le sentiment de ne pas disposer de toutes les connaissances nécessaires pour ces nouvelles missions. Tout d’abord il me manquait les compétences techniques, mais également les compétences en gestion de projet. C’est ainsi qu’en parallèle de formations internes à ma société, j’ai décidé d’entamer une formation au Cnam.

Cet évènement a été un peu l’élément déclencheur d’une reprise d’étude, mais depuis longtemps j’avais dans l’esprit de « sécuriser » mon CV en l’agrémentant tout d’abord d’une licence, et éventuellement par la suite d’un master. Le tout sans avoir la possibilité de prendre une ou plusieurs années sabbatiques.

Je n’ai trouvé que le Cnam qui pourrait me permettre de suivre des cours le soir, à un coût raisonnable, et qui plus est en plein cœur de Paris. Le Cnam offre l’avantage de permettre à ses auditeurs (étudiants), de suivre un parcours à la carte, en sélectionnant les unités d’enseignement (UE) dans différents programmes diplômants : certificat de compétence, titre RNCP, licence, master, diplôme d’ingénieur, doctorat…


Comment s’est déroulée votre formation ?

Dans un premier temps, j’ai choisi 2 UE qui étaient présentes à la fois dans la licence et dans le diplôme d’ingénieur, au cas où je voudrais poursuivre. Pour commencer à un rythme raisonnable, je n’avais cours que 2 fois par semaine, avec des rapports à rédiger en groupe. J’ai eu quelques passages à vide au début, surtout quand, à 21h, on se dit qu’on serait mieux à la maison, avec sa femme et ses enfants, et qu’on n’arrive pas à travailler avec son binôme…

Mais après un premier semestre de rodage, et les premières UE en poche, je suis reparti sur un rythme un peu plus soutenu, en privilégiant les cours à distance. Il ne m’était alors plus nécessaire de me rendre au Cnam, tout se passait sur la plateforme d'e-learning. Je n’ai rien changé à ma vie professionnelle ni à ma vie personnelle, je me suis simplement couché plus tard certains soirs, et j’ai beaucoup travaillé dans le train, sur mon trajet quotidien de 2h30. Comme certaines UE ne sont pas ouvertes à la formation à distance, on est parfois obligé de retourner dans les amphis de 18h à 21h30 avec, souvent, un soir pour les cours et un soir pour les TD.

Les examens au Cnam dépendent vraiment des UE mais d’une manière générale, les cours sont autorisés. Et quand c’est le cas c’est souvent signe que l’épreuve sera plus compliquée.

J’ai ensuite opté pour la poursuite vers le diplôme d’ingénieur du Cnam que je devrais obtenir après un stage de 6 mois, la rédaction et la soutenance d’un mémoire.


Comment sont organisés les stages en formation professionnelle continue ?

C’est un peu le point noir de cette formation car rien n’est organisé pour permettre aux étudiants de réaliser ces stages à l’extérieur de son entreprise. La plupart du temps ça ne posera pas de problème surtout quand l’employeur appuie cette démarche de reprise d’étude.

Mais lorsqu’il y est indifférent et qu’il n’est pas possible de trouver un sujet en adéquation avec la formation, vous pouvez vous retrouver avec un tas d’UE validées sans le diplôme associé. Les personnes qui reprennent leurs études sont souvent déjà dans la vie active, avec des enfants à charges, ou des crédits, qui ne leur permettent pas de suivre un stage à proprement parler, c'est-à-dire être payé dans les 600 €. Cela pose un réel problème à mon sens et pour information, le Fongécif (ndlr : Fonds de Gestion des Congés Individuels de Formation) auquel on pense tout de suite, ne finance que les formations hors stage.


Vous avez créé le site cnamien.fr. Parlez-nous de cette initiative.

Il y a un peu plus d’un an, j’avais le sentiment d’être tout seul avec mes problèmes. Face aux difficultés que j’ai pu rencontrer pour avoir des informations sur le fonctionnement du Cnam, le déroulement de certaines UE, le déroulement des stages ou les modes de financements, j’ai décidé d’ouvrir un espace dédié aux étudiants du Cnam, nommé cnamien.fr.

Compte tenu des retours positifs que j’ai pu avoir depuis fév. 2011, je pense pouvoir dire sans prétention que ce site répond à un certain nombre de questions que tout cnamien se pose à un moment. Bien sûr je ne peux expliquer que les UE que j’ai moi-même passées, ou ne raconter que les problèmes que j’ai vécus. La tribune est donc ouverte à tout nouveau contributeur.

 

 

Crédits photo : © Beboy - Fotolia.com

Donne ton avis !
Ta note :
Rédige ton avis