Les Dossiers du Mois :

Rapport de Stage

Réussir son rapport de Stage :

➜ Voir le dossier

 

APB 2017

Réussir la procédure APB 2017 :

➜ Voir le dossier

 

Étudier à l'étranger

Comment partir étudier à l'étranger ?

➜ Voir le dossier

 

Comment survivre en prépa ?

Toutes les clés pour réussir sa CPGE !

➜ Voir le dossier

 

 

Réussir et obtenir son code de la route sur Codedelaroute.fr

 

 

étudier à l'étranger

 

Journées portes ouvertes dans toutes les écoles

Pour protester, des universités ne votent pas ...

Pour protester, des universités ne votent pas leurs budgets

Pour protester contre l'austérité imposée par le gouvernement, plusieurs universités françaises ont décidé de ne pas voter leurs budgets pour l'année 2016.

22 Décembre 2014 à 17h33 | | 0 avis

Pour protester, des universités ne votent pas leurs budgets

Ces universités protestent contre la politique budgétaire du gouvernement

L’université de Bordeaux informait la semaine dernière qu’elle remettait à janvier le vote de son budget pour l’année 2016, après qu’un groupe d’étudiants contestataires s’y soit invité. Si cette université n’a pas eu pas le choix, d’autres ont décidé de l’annuler de manière à protester contre le manque de moyens qui leur est alloué.

Une refus de vote de budget qui s'est déjà produit l'an dernier

A Strasbourg, la décision concernant le montant alloué pour l’année 2016, a aussi été reporté, où certains élus avaient montré leur désaccord avec la politique de l’état en laissant leur place vacante. A Bordeaux et Strasbourg, il faut ajouter l’UVSQ (université de Versailles-Saint-Quentin), Toulouse Jean Jaurès, Toulouse 3 Paul Sabatier sont elles aussi concernées. Une liste qui s’allonge, et qui rappelle la situation qui s’était déjà produite l’an dernier comme par exemple l’université de Grenoble 3 .

Cependant si la situation est déjà connue, elle n’a jamais été d’une telle ampleur. "Cette mobilisation autour des conseils d’administration budgétaires est sans précédent. Le nombre de rassemblements organisés ainsi que la part importante de votes repoussés traduisent la forte contestation que provoque le budget des universités pour l’année 2016" explique un communiqué de  l'UNEF .

Une situation qui risque de bloquer leur fonctionnement

Voulant interpeller l’Etat sur leur situation, elles risquent aussi de fonctionner au ralenti. Une situation qui n’enchante guère les directeurs des établissements concernés. "Prendre notre université en otage n’apportera rien au débat national, mais compromettra encore plus nos conditions d’études et de travail", estime le président de l’université de Strasbourg.

Avec des reports prévus pour le début janvier, la nouvelle année de certaines Universités risque de commencer délicatement.

Donne ton avis !
Ta note :
Rédige ton avis