Les Dossiers du Mois :

Rapport de Stage

Réussir son rapport de Stage :

➜ Voir le dossier

 

APB 2017

Réussir la procédure APB 2017 :

➜ Voir le dossier

 

Étudier à l'étranger

Comment partir étudier à l'étranger ?

➜ Voir le dossier

 

Comment survivre en prépa ?

Toutes les clés pour réussir sa CPGE !

➜ Voir le dossier

 

 

Réussir et obtenir son code de la route sur Codedelaroute.fr

 

 

étudier à l'étranger

 

Journées portes ouvertes dans toutes les écoles

Les universités, gangrenées par les faux étu...

Les universités, gangrenées par les faux étudiants boursiers

C'est un phénomène inquiétant que nous rapporte Le Monde.fr. De plus en plus de jeunes à l'Université seraient des faux étudiants boursiers. Avec pour conséquence une chute pénalisante des taux de reussite dans certaines filières...

29 Mai 2013 à 15h23 | | 0 avis

Les universités, gangrenées par les faux étudiants boursiers

Des faux étudiants agressifs

Les faux étudiants boursiers ont toujours existé, mais ils seraient de plus en plus nombreux, selon un article de lemonde.fr publié lundi. Ces jeunes s'inscrivent en université dans le seul but d'obtenir une bourse sur critères sociaux. Ils suivent seulement certains cours pour signer les feuilles d'émargement et ne réussiront jamais leurs examens. Un phénomène qui aurait de graves conséquences sur la bonne marche de ces établissements. 

La présence de ces étudiants qui ne sont là que pour une bourse et qui n'ont rien à faire en cours joue sur la qualité des conditions de travail des professeurs. Ces derniers regrettent que ces jeunes, non contents de profiter du système, perturbent le déroulement des cours et se montrent même agressifs. "Certains vont jusqu'aux menaces phy­siques pour obte­nir leur feuille d'assiduité semes­trielle", dénonce une ensei­gnante. 


"On s'en tire avec 1 500 euros facile"

Pire, ces faux étudiants font baisser les résultats de leur université puisqu'ils échouent systèmatiquement aux examens. Le problème, c'est que la répartition des moyens dépend entre autres du taux de réussite à l'issue de la 1ère année de licence.

Les filières les plus touchées sont la sociologie et l'administration économique et sociale. Interrogé par Le Monde, le président de l'Université de Perpignan explique que le taux de réussite dans son établissement est de 29% en sociologie et seulement 15% en AES ! 

Comment agir contre ces jeunes qui nuisent aux "vrais" étudiants ? D'un côté, certains d'entre eux ont effectivement besoin d'un bourse car leur véritable formation ne leur permet pas d'en bénéficier. De l'autre, il est bien difficile de lire, sur le site du Monde.fr, "on a la bourse, on travaille de partout au noir, on s'en tire avec 1 500 euros facile !" pendant que d'autres étudiants sans ressources doivent prendre un petit job en plus de leurs études pour subvenir à leurs besoins...

 

Crédits photo : © Gennadiy Poznyakov - Fotolia.com

Donne ton avis !
Ta note :
Rédige ton avis