aide les jeunes à réussir leurs examens et leur orientation

 

Les Dossiers du Mois :

Rapport de Stage

Réussir son rapport de Stage :

➜ Voir le dossier

 

APB 2017

Réussir la procédure APB 2017 :

➜ Voir le dossier

 

Étudier à l'étranger

Comment partir étudier à l'étranger ?

➜ Voir le dossier

 

Comment survivre en prépa ?

Toutes les clés pour réussir sa CPGE !

➜ Voir le dossier

 

 

Réussir et obtenir son code de la route sur Codedelaroute.fr

 

 

étudier à l'étranger

 

Journées portes ouvertes dans toutes les écoles

Un médecin pris en otage par un détenu

Un médecin pris en otage par un détenu

 

08 Avril 2010 à 14h45 | | 0 avis

Un médecin pris en otage par un détenu

 

Mercredi, un détenu considéré comme particulièrement dangereux, a pris un médecin en otage à la prison de la Santé à Paris. Auparavant, il avait déjà pris deux membres (des surveillants pénitentiaires) en 2006 et 2009. La Brigade de recherche et d'intervention a pu le neutraliser.

 

 

Un peu avant midi, un détenu se rend à l'infirmerie de la prison de la Santé de Paris, pour voir son psychiatre. Il le prend alors en otage, voulant attirer l'attention sur son souhait de changer d'établissement pénitentiaire pour se rapprocher de sa compagne. La directrice de l'établissement et le chef de détention ont essayé de le raisonner mais sans succès. Le détenu, sans arme à feu, maintenait en respect le psychiatre avec une arme de fabrication artisanale.

 

Le détenu est sous le coup de plusieurs condamnations

 

La Brigade de recherche et d'intervention (BRI) est aussitôt intervenue. Sur place, une cellule de crise a été activée à la direction de l'administration pénitentiaire (DAP). Inscrit au fichier des "détenus particulièrement signalés" (DPS) considérés comme personnes présentant des risques, il était détenu en quartier de sécurité. L'individu de 26 ans est sous le coup de plusieurs condamnations pour plusieurs viols, violences, meurtre de son compagnon de cellule et prise d'otage.

 

En effet, sa prise d'otage n'était pas son premier coup d'essai. En 2006, il avait séquestré pendant deux heures un autre psychiatre à la prison de Nancy pour dénoncer ses conditions de détention. Deux ans plus tard, il récidive à la centrale de Clairvaux (Aube) avec un surveillant. Il l'avait libéré au bout de cinq heures et s'était rendu, au terme de négociations avec le GIGN.

 

La maison d'arrêt de la Santé de Paris située dans le XIVe arrondissement, hébergeait selon l'Observatoire international des prisons au 1er janvier dernier, 574 détenus pour 469 places.

 

S.P avec agence

Donne ton avis !
Ta note :
Rédige ton avis