Les Dossiers du Mois :

Rapport de Stage

Réussir son rapport de Stage :

➜ Voir le dossier

 

APB 2017

Réussir la procédure APB 2017 :

➜ Voir le dossier

 

Étudier à l'étranger

Comment partir étudier à l'étranger ?

➜ Voir le dossier

 

Comment survivre en prépa ?

Toutes les clés pour réussir sa CPGE !

➜ Voir le dossier

 

 

Réussir et obtenir son code de la route sur Codedelaroute.fr

 

 

étudier à l'étranger

 

Journées portes ouvertes dans toutes les écoles

Testez votre orthographe #21

Testez votre orthographe #21

C'est l'heure du test d'orthographe de la semaine. Pour varier un peu les plaisirs, nous vous proposons un texte très célèbre, le poème "L’Albatros" de Baudelaire... A vous de retrouver les fautes qui s'y sont cachées ! Il y en a 12 en tout !

03 Juillet 2013 à 09h00 | | 0 avis

Testez votre orthographe #21

L'Albatros

Souvent, pour s’amuser, les hommes d’équipages
Prennent des albatros, vastes oiseaux des mers,
Qui suivent, indolents compagnons de voyage,
Le navire glissant sur les goufres amères.

À peine les ont-ils déposé sûr les planches,
Que ces rois de l’asur, maladroits et honteux,
Laissent piteusement leurs grandes ailes blanches
Comme des avirons traînées à côté d’eux.

Ce voyageur ailé, comme il est gauche et veul !
Lui, naguerre si beau, qu’il est comique et laid !
L’un agace son bec avec un brûle gueule,
L’autre mime, en boitant, l’infirme qui volait !

Le Poète est semblable au prince des nuées
Qui hante la tempête et se rit de l’archet ;
Exilé sur le sol au milieu des huées,
Ses ailes de géant l’empèchent de marcher.

Baudelaire



Découvrez les fautes cachées ! 

L'Albatros

Souvent, pour s’amuser, les hommes d’équipage 
Prennent des albatros, vastes oiseaux des mers,
Qui suivent, indolents compagnons de voyage,
Le navire glissant sur les gouffres amers.

À peine les ont-ils déposés sur les planches,
Que ces rois de l’azur, maladroits et honteux,
Laissent piteusement leurs grandes ailes blanches
Comme des avirons traîner à côté d’eux.

Ce voyageur ailé, comme il est gauche et veule!
Lui, naguère si beau, qu’il est comique et laid !
L’un agace son bec avec un brûle- gueule,
L’autre mime, en boitant, l’infirme qui volait !

Le Poète est semblable au prince des nuées
Qui hante la tempête et se rit de l’archer ;
Exilé sur le sol au milieu des huées,
Ses ailes de géant l’empêchent de marcher.

Baudelaire

Alors, connaissiez-vous si bien ce poème ?

Crédit photo :© photogl - Anatoly Maslennikov - Fotolia

Donne ton avis !
Ta note :
Rédige ton avis