En ce moment :

Préparez votre séjour à l'étranger : pensez à votre assurance santé !

 

Les Dossiers du Mois :

Rapport de Stage

Réussir son rappport de Stage :

➜ Voir le dossier

 

Comment survivre en prépa ?

Toutes les clés pour réussir sa CPGE !

➜ Voir le dossier

 

 

Réussir et obtenir son code de la route sur Codedelaroute.fr

 

 

étudier à l'étranger

 

Journées portes ouvertes dans toutes les écoles

Testez votre orthographe #22

Testez votre orthographe #22

C'est l'heure du test d'orthographe de la semaine. On continue à explorer les classiques, saurez-vous retrouver les fautes qui se sont glissées dans ce célèbre roman de science-fiction de René Barjavel ? Il y en a 10 en tout !

10 Juillet 2013 à 09h00 | | 0 avis

Testez votre orthographe #22

La Nuit des temps

Amour.

Ce mot, que la traductrice utilise parce qu'elle ne trouve pas l'équivalent du votre, n'existe pas dans votre langue. Depuis que je t'ai vue vivre auprés de Paikan, j'ai compris que c'était un mot insuffisant. Nous disons "je l'aime", nous le disons de la femme, mais aussi du fruit que nous mangeons, de la cravate que nous avons choisi, et la femme le dit de son rouge à lèvre. Elle dit de son amant :"Il est à moi". Tu dis le contraire :"Je suis à Paikan" et Paikan dit :"Je suis à Elea". Tu es lui, tu es une partie de lui-même. Parviendrais-je jamais à t'en détaché? J'essaie de tintéresser à notre monde, je t'ais fait entendre du Mozart et du Bach, je t'ai montré des photos de Paris, de New York, de Brazilia, je t'ai parlé de l'histoire des hommes, de celle du moin que nous connaissons et qui est notre passé, si bref à côté de la durée immence de ton sommeil. En vain. Tu écoutes, tu regardes, mais rien ne t'intéresse. Tu es derrière un mur. Tu ne touches pas notre temps. Ton passé t'as suivie dans le conscient et le subconscient de ta mémoire. Tu ne pense qu'à t'y replonger, à le retrouver, à le revivre. Le présent pour toi, c'est lui.

René Barjavel

Pub


Découvrez les fautes cachées ! 

Amour.

Ce mot, que la traductrice utilise parce qu'elle ne trouve pas l'équivalent du vôtre, n'existe pas dans votre langue. Depuis que je t'ai vue vivre auprès de Paikan, j'ai compris que c'était un mot insuffisant. Nous disons "je l'aime", nous le disons de la femme, mais aussi du fruit que nous mangeons, de la cravate que nous avons choisie, et la femme le dit de son rouge à lèvres. Elle dit de son amant :"Il est à moi". Tu dis le contraire :"Je suis à Paikan" et Paikan dit :"Je suis à Elea". Tu es lui, tu es une partie de lui-même. Parviendrais-je jamais à t'en détacher? J'essaie de t'intéresser à notre monde, je t'ai fait entendre du Mozart et du Bach, je t'ai montré des photos de Paris, de New York, de Brazilia, je t'ai parlé de l'histoire des hommes, de celle du moins que nous connaissons et qui est notre passé, si bref à côté de la durée immense de ton sommeil. En vain. Tu écoutes, tu regardes, mais rien ne t'intéresse. Tu es derrière un mur. Tu ne touches pas notre temps. Ton passé t'as suivie dans le conscient et le subconscient de ta mémoire. Tu ne penses qu'à t'y replonger, à le retrouver, à le revivre. Le présent pour toi, c'est lui.

René Barjavel

Crédit photo :© Brad Pict - Yves Roland - Fotolia

Donne ton avis !
Ta note :
Rédige ton avis