En ce moment :

Préparez votre séjour à l'étranger : pensez à votre assurance santé !

 

Les Dossiers du Mois :

Rapport de Stage

Réussir son rappport de Stage :

➜ Voir le dossier

 

Comment survivre en prépa ?

Toutes les clés pour réussir sa CPGE !

➜ Voir le dossier

 

 

Réussir et obtenir son code de la route sur Codedelaroute.fr

 

 

étudier à l'étranger

 

Journées portes ouvertes dans toutes les écoles

"Le Service Civique a tenu ses promesses, mais..."

"Le Service Civique a tenu ses promesses, mais..."

16 Mars 2011 à 00h00 | | 0 avis


Le Service Civique aura 1 an en mai prochain. Pour l'instant, le dispositif semble tenir ses promesses, mais sera-t-il pérennisé et atteindra-t-il ses objectifs à long terme ? Philippe Loup, président de la FAGE, répond à nos questions.

Quel premier bilan peut-on faire du Service Civique ?

philippe loup FAGEIl est plutôt positif. Le Service Civique répond à ses promesses, avec 10 000 jeunes qui y ont participé et 40 000 candidatures. Nous sommes aussi satisfaits de voir qu'il y a presque une parité filles/garçons, et une répartition intéressante entre les différents niveaux d'études : 1/3 de jeunes qui n'ont pas le bac, 1/3 au niveau bac, 1/3 en postbac.

Enfin, ces contrats se sont faits sur des missions variées, un peu dans tous les domaines. C'est bon signe.


L'objectif annoncé est de 75 000 Services Civiques en 2014. Est-il atteignable ?

La FAGE est plus réservée sur ce point. Evidemment, nous sommes favorables à cet objectif, mais nous avons peur que la montée en puissance prévue soit trop lente. On risque aussi d'avoir un effet de soufflet si l'on ne met pas assez de moyens tout de suite. Les structures qui accueillent des jeunes aujourd'hui ont encore en tête l'échec du Service Civil Volontaire. Le Service Civique est beaucoup mieux parti, mais...

C'est pourquoi, comme Martin Hirsch, nous souhaitons que l'objectif pour 2011 soit revu à la hausse et passe de 15 000 à 25 000 contrats de Service Civique.


Comment inciter plus d'étudiants à s'engager dans le Service Civique ?

Il n'y a pas eu suffisamment de communication auprès du grand public. De son côté, la FAGE met en place sa propre campagne d'incitation.

Si l'on veut donner de l'ampleur à cette mesure, il faut aller chercher la fibre de l'engagement, mais aussi valoriser et donner une reconnaissance à cet engagement. Nous proposons que les universités fassent un effort dans ce sens, par exemple en intégrant le Service Civique dans une UE libre qui, avec évaluation, validerait quelques crédits ECTS. Ce système existe déjà pour certaines activités associatives.

L'idée, c'est vraiment que dans quelques années le Service Civique devienne incontournable. Il faut que cela devienne une démarche naturelle, que ce soit presque automatique. Cela passe par une meilleure reconnaissance, notamment par les employeurs. A terme, faire son Service Civique devrait être un plus sur un CV.


La FAGE a indiqué que le Service Civique sert parfois de "cache misère", qu'entendez-vous par là ?

C'est le grand hic. Il ne s'agit pas du tout de remettre en cause le Service Civique en lui même, que nous soutenons. Mais il ne faut pas en faire une réponse universelle, ce n'est qu'un des outils à mettre en place dans le cadre d'une politique ambitieuse et globale pour la jeunesse.

On constate aussi que les associations voient leurs subventions revues à la baisse, en parallèle de la mise en place du Service Civique. Cela nous pose question...

You have an error in your SQL syntax; check the manual that corresponds to your MySQL server version for the right syntax to use near 'Le Service Civique a tenu ses promesses, mais..."") AS score , ' at line 1