Les Dossiers du Mois :

Rapport de Stage

Réussir son rapport de Stage :

➜ Voir le dossier

 

APB 2017

Réussir la procédure APB 2017 :

➜ Voir le dossier

 

Étudier à l'étranger

Comment partir étudier à l'étranger ?

➜ Voir le dossier

 

Comment survivre en prépa ?

Toutes les clés pour réussir sa CPGE !

➜ Voir le dossier

 

 

Réussir et obtenir son code de la route sur Codedelaroute.fr

 

 

étudier à l'étranger

 

Journées portes ouvertes dans toutes les écoles

Séquence nostalgie : Les jouets de notre enfan...

Séquence nostalgie : Les jouets de notre enfance #2

Après avoir parlé des Playmobils et de Barbie, entre autres, nous continuons notre petit tour d’horizon des jouets de notre enfance. Ceux qu’on voulait et ceux qu’on a eu. Petit retour dans le passé.

10 Janvier 2013 à 16h02 | | 0 avis

Séquence nostalgie : Les jouets de notre enfance #2

La Game Boy

Elle a été la première console portable et a été vendue à presque 200 millions d’exemplaires. Alors oui, nous aussi on la voulait et on a harcelé nos parents pour l’avoir. Pauvres parents qui, après avoir craqué et nous l’avoir acheté, devenaient fous parce qu’on ne la lâchait plus. Jusqu’au jour où notre propre mère ne voulait plus vous la rendre parce qu’elle était devenue accro à Tetris (à l’époque, le sudoku n’existait pas !).

Heureux ceux qui ont connu les premières versions et qui s’amusaient à souffler dans la cartouche ET dans la Game Boy, parce que le jeu ne voulait pas démarrer…


Le skate-board

Alors, le skate-board (ou planche à roulettes pour les amoureux de la langue française), c’était LE truc avec lequel t’avais la classe américaine. C’étaient donc des parents terrorisés par le risque qu’on se vautre qui nous tendaient cet objet tant convoités. A nous la gloire, la frime et les cheveux dans le vent ! Sauf que non. Apprendre à « skater », comme on dit à Los Angeles, ça demande du temps, de la patience et une passion pour les rencontres genoux/sol. Après avoir un peu rigolé en se faisant des descentes, couché sur le ventre, notre planche est allée pourrir dans la cave.


Le yoyo

On l’a tous connu, le fourbe qui en faisait méga bien dans la cour de récré. On l’enviait à mort et, comme tout le monde, on a tenté le coup. Et ce fut un échec. Après se l’être envoyé dans la tronche 10 fois (ou dans celle de nos proches, nous sommes générosité), on réalise rapidement que, non, on arrivera jamais à faire des loopings, des ascenseurs ou d’autres trucs complètement dingues. Le yoyo, c’est le mal. Quand on y pense, cet objet d’apparence sympathique est un peu un nunchaku pour enfant !


L’élastique

Pour ceux qui n’ont pas connu l’élastique, c’est ça (vous remarquerez l'énergie débordante de cette enfant): 

 

Ca marche aussi avec des vrais gens qui tiennent l’élastique pour vous et qui jugent vos performances. Au fur et à mesure que l’on réussi les sauts (ce qui implique grâce, légèreté et souplesse), on augmente la hauteur de l’élastique. Evidemment, plus c’est haut au moins c’est aisé. Il n’empêche que grâce à ce jeu tout droit venu de Chine, on faisait du sport sans s’en rendre compte ! Et puis on se la pétait grave aussi parce qu'on faisait des trucs dingues avec nos chevilles. Genre je rattrape l'élastique, je tourne, je saute et hop! Ca fait un huit ! Jamais compris...


Les images Panini

 

Feuilleter un vieil album Panini, c'est aussi la joie de découvrir des coiffures aléatoires

A chaque film Disney, à chaque coupe du monde de football, il y avait l’album Panini et les images qui allaient avec. Pour ceux qui auraient vécu dans une grotte, l’album Panini quand on l’ouvre, ne contient aucune image. Après quelques semaines ou mois de harcèlement parental, il se remplit d’autocollants numérotés à mettre dans la bonne case. Ceux qu’on préférait : les autocollants avec des paillettes dorées ! Et si on avait l'image qui manquait à tout le monde (oui, il faut savoir que dans le monde impitoyable des images Panini il y a celles qu’on a TOUT LE TEMPS et celle que personne n’a jamais vue, sauf une fois, une copine de la sœur de la fille de l’épicier…), bref ! Si on est en possession de l’image qui manque à tout le monde, on frime à mort, on mange avec, on dort avec et jamais on ne la colle, elle perdrait de son pouvoir !


Retrouvez nos séquences nostalgie :

Vigane Blakaj

 

Crédit photo: © pakiwa

Donne ton avis !
Ta note :
Rédige ton avis