Les Dossiers du Mois :

Rapport de Stage

Réussir son rapport de Stage :

➜ Voir le dossier

 

APB 2017

Réussir la procédure APB 2017 :

➜ Voir le dossier

 

Étudier à l'étranger

Comment partir étudier à l'étranger ?

➜ Voir le dossier

 

Comment survivre en prépa ?

Toutes les clés pour réussir sa CPGE !

➜ Voir le dossier

 

 

Réussir et obtenir son code de la route sur Codedelaroute.fr

 

 

étudier à l'étranger

 

Journées portes ouvertes dans toutes les écoles

Révocation à vie pour l'ancien président de ...

Révocation à vie pour l'ancien président de l'université de Toulon

C’est une sanction exceptionnelle qui a été prononcée à l’encontre de l’ex-président de l’université de Toulon, Laroussi Oueslati. Le Conseil National de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche (CNESER) l'a révoqué à vie. C’est la seconde fois qu’une telle sanction est prononcée depuis 1945, nous révèle un article du Figaro.

09 Janvier 2013 à 11h37 | | 0 avis

Révocation à vie pour l'ancien président de l'université de Toulon

Une décision extrêmement rare

Laroussi Oueslati, ancien président de l’université de Toulon, a été révoqué à vie. C’est la décision de la CNESER après 4 ans d’enquête. Il a donc été reconnu coupable de trafic de diplômes et de l’admission d’étudiants chinois parlant à peine le français à l’Institut d’Administration des Entreprises (IAE). De plus, Laroussi Oueslati aurait sciemment ralenti le travail des inspecteurs pour freiner l’enquête administrative.

Dans le bulletin Officiel, la CNESER explique que l’ancien président de l’université de Toulon « a mis personnellement en place un dispositif d’instruction illégal des demandes d’inscription d’étudiants étrangers, en particulier chinois, au sein de l’USTV (Université du Sud Toulon Var) ». Les conséquences ? « En facilitant l’arrivée massive d’étudiants chinois ne maîtrisant pas le français, Laroussi Oueslati a contribué à désorganiser la marche de l’USTV, en particulier pour les enseignements et les examens ».

Cette décision de la CNESER est extrêmement rare. En effet c’est la seconde fois qu’elle est prononcée. La première fois, c’était en 1945 à l’encontre d’un enseignant condamné sous le régime de Vichy.


"Une sanction surdimensionnée"

Laroussi Oueslati a donc été révoqué à vie de la fonction publique et cette décision a été accompagnée « d’une interdiction définitive d’exercer toute fonction dans un établissement public ou privé ». Déjà révoqué en 2010 et incarcéré à la prison des Baumettes pendant 7 mois, l’ancien président de l’université de Toulon expliquait à l’époque au journal Var Matin qu’il s’agissait d’une décision « disproportionnée ».

Pour sa défense, il explique que c’est l’Agence Campus France et les services consulaires en Chine qui sont chargés de faire passer les tests de langues aux étudiants désirant s’installer en France. Anticipant la décision du CNESER, les avocats de Laroussi Oueslati ont dénoncé dans une lettre adressée au Ministère de la Justice et de l’Enseignement Supérieur le fait que la défense avait été malmenée.

L’ex-président de l’université de Toulon pourrait faire appel.

 

Crédit photo: © mariusz szczygiel 

Donne ton avis !
Ta note :
Rédige ton avis