Les Dossiers du Mois :

Rapport de Stage

Réussir son rapport de Stage :

➜ Voir le dossier

 

APB 2017

Réussir la procédure APB 2017 :

➜ Voir le dossier

 

Étudier à l'étranger

Comment partir étudier à l'étranger ?

➜ Voir le dossier

 

Comment survivre en prépa ?

Toutes les clés pour réussir sa CPGE !

➜ Voir le dossier

 

 

Réussir et obtenir son code de la route sur Codedelaroute.fr

 

 

étudier à l'étranger

 

Journées portes ouvertes dans toutes les écoles

Rethink : une adolescente trouve une solution a...

Rethink : une adolescente trouve une solution au cyber-harcèlement

Une adolescente de 13 ans fait partie des quinze finalistes du Science Fair 2014 organisé par Google. Son projet : un logiciel qui lutte contre le cyber-harcèlement.

11 Aout 2014 à 11h40 | | 0 avis

Rethink : une adolescente trouve une solution au cyber-harcèlement

"Pensez-y à deux fois"

Trisha Prabhu a 13 ans et elle aurait trouvé une solution pour lutter contre le cyber-harcèlement. Dans le cadre du concours Science Fair 2014, organisé par Google, elle a présenté le logiciel "Rethink" ("Pensez-y à deux fois") et s'est ainsi classée parmi les 15 finalistes.

Ce logiciel est destiné aux adolescents de 12 à 18 ans, premières victimes mais également principaux auteurs de cyber-harcèlement. Si un message prêt à être publié sur internet contient des éléments injurieux, Rethink affiche un message d'alerte à son auteur en lui demandant de le relire, mais aussi de réfléchir à l'impact que ces mots pourraient avoir sur le destinataire. Il met ainsi le jeune internaute face à ses responsabilités, alors qu'il se sent généralement intouchable derrière son clavier.


Des premiers tests très encourageants

Trisha a appuyé son travail sur des recherches scientifiques. Elle a expliqué que, selon plusieurs études, les adolescents n'avaient pas toujours conscience des répercussions que pouvaient avoir leurs actes. En effet, la partie du cerveau qui contrôle le raisonnement et la prise de décision, le cortex préfrontal, n'est pas encore complètement développée. Elle en a donc conclu qu'un jeune alerté sur les conséquences potentielles d'un message injurieux y réfléchirait à deux fois avant de l'envoyer. Et les tests qu'elle a menés lui donnent raison.

Son logiciel a été testé sur 533 ados de 12 à 18 ans. Grâce à lui, 93.4% des jeunes ont finalement choisi de ne pas envoyer leur message. C'est donc un résultat très encourageant. Certains sites très sujets au cuber-harcèlement s'intéresseront peut-être à son projet, à l'heure où celui-ci constitue un véritable problème de société. 

Donne ton avis !
Ta note :
Rédige ton avis