Les Dossiers du Mois :

Rapport de Stage

Réussir son rapport de Stage :

➜ Voir le dossier

 

APB 2017

Réussir la procédure APB 2017 :

➜ Voir le dossier

 

Étudier à l'étranger

Comment partir étudier à l'étranger ?

➜ Voir le dossier

 

Comment survivre en prépa ?

Toutes les clés pour réussir sa CPGE !

➜ Voir le dossier

 

 

Réussir et obtenir son code de la route sur Codedelaroute.fr

 

 

étudier à l'étranger

 

Journées portes ouvertes dans toutes les écoles

Reprendre ses études tardivement

Reprendre ses études tardivement

05 Mars 2012 à 12h03 | | 3 avis

Reprendre ses études tardivement

Quel que soit son âge, on peut reprendre des études à n’importe quel moment de sa vie.
 Il n’y a pas d’âge pour s’y remettre, il n’est jamais trop tard. 
Certes il faut du courage, beaucoup même, de la détermination pour s’investir à fond. 
Les personnes retraitées profitent de leur temps devenu libre pour s’investir et enrichir leurs connaissances.
Encore en forme, disposant de tout leur temps, ils ont envie de rencontrer d’autres personnes qui partagent les mêmes intérêts pour un sujet, de s’initier à de nouvelles technologies tel que l’informatique, de participer à des débats scientifiques ou autres, d’enrichir leur culture générale.
L’Université du Temps Libre
C’est un service de l’Université  mais ayant une comptabilité distincte.
Dans toute la France, il existe des Universités du Temps Libre (établissements ou antennes) où l’on peut trouver divers choix de cours dispensés (informatique, langues, histoire de l’Art, sciences…)
Des conférences traitant de sujet actuel sont organisées régulièrement.
Selon les antennes, d’autres activités culturelles ou ateliers ludiques peuvent être proposés tels que gymnastique, cuisine, botanique,atelier mémoire, randonnées, visites de musées….
Les inscriptions se font vers septembre - octobre, mais une inscription reste possible en cours d’année. Les frais d’inscription varient de 40 € à 120 € (réduction possible pour les personnes non imposables) auxquels s’ajoutent par activité entre 15 € et 75 €.
Ouvertes quel que soit le niveau, ces universités ne délivrent pas de diplôme.
Les cours par correspondance
S’il n’y a pas d’Université du Temps Libre à proximité, ou en cas de difficulté pour se déplacer, les études par correspondance peuvent être une autre solution.
Chez soi, à son propre rythme, les plages horaires sont libres, mais il y a le risque de la perte de motivation seul face à ses livres. Cela nécessite une forte volonté.
Référence dans l’enseignement à distance, le CNED a d’ailleurs développé des partenariats avec l’Université du Temps Libre (enseignements de l’UTL sous forme de CD). 
250 formations sont disponibles auprès du CNED qui en assurent la conception , ainsi que l’accompagnement et l’évaluation de l’élève (80 % sont des adultes).
En fonction des matières et selon les formules choisies, les tarifs sont variables.
L’Université classique
Sans condition d’âge, l’université ouvre ses portes aux étudiants ayant les diplômes ou équivalence requis.
Un accès dérogatoire peut être obtenu, en cas d’absence de diplôme en choisissant le statut d’auditeur libre. Ce statut permet d’assister aux cours magistraux, dans la limite des places disponibles, mais pas de participer aux travaux pratiques ou dirigés ni de passer les examens. Selon l’université l’inscription coûte entre 40 € et 140 €.
Il est possible de demander la Validation des Acquis Professionnels (VAP) ou de l’Expérience (VAE) auprès du services des Equivalences de l‘Université. 
Dans le cadre de la VAP, sur dossier et après entretien, un jury décide de l’équivalence à donner à l’expérience professionnelle, formations suivies et acquis personnels. Il peut proposer une remise à niveau ou dispenser de certains enseignements.
Dans le cadre de la VAE, sans formation complémentaire, un titre ou diplôme peut être obtenu grâce à 3 ans d’expérience professionnelle ou extra professionnelle en relation avec le titre convoité.¨Pour cela, un jury détermine les connaissances et aptitudes acquises et délivre un diplôme : CAP, BTS, diplôme de l’enseignement supérieur.
Ce dispositif peut être payant, variables selon la certification demandée et l’organisme certificateur.
Les moments de découragement peuvent être fréquents. Pour les éviter, attention de ne pas se fixer des objectifs à trop court terme, bien choisir son type d’études, penser aux aspects financiers, à sa disponibilité, au but recherché.
Traduisant un choix et non une obligation, cette reprise d’études se veut agréable et reste de l’ordre de la satisfaction personnelle.

Quel que soit son âge, on peut reprendre des études à n’importe quel moment de sa vie. Il n’y a pas d’âge pour s’y remettre, il n’est jamais trop tard. Certes il faut du courage, beaucoup même, de la détermination pour s’investir à fond. Les personnes retraitées profitent de leur temps devenu libre pour s’investir et enrichir leurs connaissances.

Encore en forme, disposant de tout leur temps, ils ont envie de rencontrer d’autres personnes qui partagent les mêmes intérêts pour un sujet, de s’initier à de nouvelles technologies tel que l’informatique, de participer à des débats scientifiques ou autres, d’enrichir leur culture générale.

L’Université du Temps Libre

C’est un service de l’université, qui a cependant une comptabilité distincte. Dans toute la France, il existe des Universités du Temps Libre (établissements ou antennes) où l’on peut trouver divers choix de cours dispensés (informatique, langues, histoire de l’Art, sciences…). Des conférences qui traitent de sujets actuels sont organisées régulièrement.

Selon les antennes, d’autres activités culturelles ou ateliers ludiques peuvent être proposés tels que gymnastique, cuisine, botanique, atelier mémoire, randonnées, visites de musées…

Les inscriptions se font vers juillet pour une rentrée vers septembre - octobre, mais il est possible de s'inscrire en cours d'année.

Les frais d’inscription varient de 40 € à 120 € (réduction possible pour les personnes non imposables) auxquels s’ajoutent par activité entre 15 € et 75 €.

Ouvertes quel que soit le niveau, ces universités ne délivrent pas de diplôme.


Les cours par correspondance

S’il n’y a pas d’Université du Temps Libre à proximité, ou en cas de difficulté pour se déplacer, les études par correspondance peuvent être une autre solution.

On peut ainsi étudier chez soi, à son propre rythme, les plages horaires sont libres, mais il y a le risque de la perte de motivation seul face à ses livres. Cela nécessite une grande volonté.

Référence dans l’enseignement à distance, le CNED a d’ailleurs développé des partenariats avec l’Université du Temps Libre (enseignements de l’UTL sous forme de CD). 

250 formations sont disponibles auprès du CNED qui en assure la conception, ainsi que l’accompagnement et l’évaluation de l’élève (80 % sont des adultes). On peut obtenir un diplôme.

En fonction des matières et selon les formules choisies, les tarifs sont variables.


L’Université classique

Sans condition d’âge, l’université ouvre ses portes aux étudiants ayant les diplômes ou équivalence requis.

Un accès dérogatoire peut être obtenu, en cas d’absence de diplôme en choisissant le statut d’auditeur libre. Ce statut permet d’assister aux cours magistraux, dans la limite des places disponibles, mais ne permet pas de participer aux travaux pratiques ou dirigés ni de passer les examens.

Selon l’université, l’inscription coûte entre 40 € et 140 €.

Il est possible de demander la Validation des Acquis Professionnels (VAP) ou de l’Expérience (VAE) auprès du service des Equivalences de l‘Université, afin de pouvoir suivre un enseignement qui requiert un diplôme

Dans le cadre de la VAP, sur dossier et après entretien, un jury décide de l’équivalence à donner à l’expérience professionnelle, aux formations suivies et à l'acquis personnels. Il peut proposer une remise à niveau ou dispenser de certains enseignements.

Dans le cadre de la VAE, sans formation complémentaire, un titre ou diplôme peut être obtenu grâce à 3 ans d’expérience professionnelle ou extra professionnelle en relation avec le titre convoité. Pour cela, un jury détermine les connaissances et aptitudes acquises et délivre un diplôme : CAP, BTS, diplôme de l’enseignement supérieur.

Ce dispositif peut être payant, variable selon la certification demandée et l’organisme certificateur.

Les moments de découragement peuvent être fréquents. Pour les éviter, attention à ne pas se fixer des objectifs à trop court terme. Il faut bien choisir son type d’études et penser aux aspects financiers, à sa disponibilité ainsi qu'au au but recherché.

Traduisant un choix et non une obligation, cette reprise d’études se veut agréable et reste de l’ordre de la satisfaction personnelle.

digiSchool a sélectionné pour vous
Les avis sur cet article
NICOLASDU59

20 / 20

C'est un bon moyen pour lutter contre Alzheimer.
Par

NICOLASDU59

- le 06 Mars 21h34
marine1998

20 / 20

Bravo les papys et mamies...
Par

marine1998

- le 06 Mars 20h00
Plus de commentaires
Donne ton avis !
Ta note :
Rédige ton avis