Les Dossiers du Mois :

Rapport de Stage

Réussir son rapport de Stage :

➜ Voir le dossier

 

APB 2017

Réussir la procédure APB 2017 :

➜ Voir le dossier

 

Étudier à l'étranger

Comment partir étudier à l'étranger ?

➜ Voir le dossier

 

Comment survivre en prépa ?

Toutes les clés pour réussir sa CPGE !

➜ Voir le dossier

 

 

Réussir et obtenir son code de la route sur Codedelaroute.fr

 

 

étudier à l'étranger

 

Journées portes ouvertes dans toutes les écoles

La réforme de la formation des enseignants est...

La réforme de la formation des enseignants est décriée

La réforme de la formation des enseignants mise en application en 2009, par Luc Chatel, est aujourd’hui encore décriée. En effet, un bilan dressé par le Syndicat national des enseignements du second degré (SNES) montre les nombreux effets néfastes engendrés par cette réforme.

14 Février 2012 à 14h43 | | 2 avis

La réforme de la formation des enseignants est décriée

Le bilan du SNES

Le bilan du SNES montre que la réforme aurait eu des conséquences néfastes sur la formation des enseignants. Pour rappel, cette réforme était faite dans le but de s’aligner sur le cursus européen et de faire des économies. Pour ce, elle a instauré la « mastérisation » du recrutement des enseignants.

Le SNES explique que le seul résultat de cette réforme est que les stagiaires travaillent à temps plein après seulement 108 heures de stage… quand au Québec les jeunes enseignants ont 700 heures de stage à effectuer20,7% des stagiaires n’ont pas rencontré leur maître de stage avant d’assurer leur premier cours, 38,5% d’entres eux travaillent dans des établissements dits « difficiles »

60,7% des stagiaires indiquent d’ailleurs qu’ils jugent la formation insuffisante (6,5% la jugent suffisante), 34,2% la juge inintéressante et 23,3% la jugent inutile… Cette enquête révèle également que l’écrasante majorité des stagiaires sont parcourus par la fatigue et le stress.

Autre problème : la perte d’attractivité du secteur de l’enseignement. En 2004, 92 039 candidats se présentaient au concours, ils n’étaient plus que 27 923 à se présenter en 2011.

Il s’agit donc d’un bilan alarmant, pourtant la réforme est toujours en place. Si vous voulez consulter l’intégralité de ce bilan, il est disponible ici


La réforme aujourd’hui

En novembre 2012, ce sont trois articles de l’arrêté sur la « mastérisation » de la formation qui ont été invalidés par le Conseil d’Etat. Un de ces articles est celui qui indique que le stage est remplacé par une formation pédagogique minimale.

Pourtant le gouvernement ne souhaite pas revenir en arrière, au contraire. En effet une proposition de loi de Jacques Grosperrin, député UMP du Doubs, déposée le 10 janvier 2012 a été soumise à l’Assemblée nationale les 8 et 9 février et fera l’objet d’un vote ce mardi 14 février.

Cette proposition de loi fait d’ores et déjà polémique. On peut en effet y lire que "la formation des maître est assurée par les établissements d’enseignement supérieur, notamment par les universités" alors que, jusqu’à présent, le code de l’éducation indique que cette formation est assurée par les Instituts universitaires de formation des maîtres (IUFM).

De nombreux syndicats s’opposent à cette proposition de loi mais la décision appartient à l’Assemblée nationale. Nul doute qu’avec ce débat relancé par la proposition de loi de Jacques Grosperrin, la mastérisation de la formation des enseignantssera un point évoqué dans les campagnes des différents candidats aux élections présidentielles.

Sources : Le point et le site du SNES 

Les avis sur cet article
jerem64

20 / 20

Les jeunes ne sont pas assez formés en psychologie pour tenir une classe, de plus en plus de prof baissent les bras ou finissent en maladie.
Par

jerem64

- le 14 Février 21h13
marine1998

20 / 20

Normal que les candidats au concours baissent... ils ont été sacrément éliminés avec le passage à la mastérisation... tous ceux qui s'était arrêtés à la licence ont été éliminés naturellement.
Par

marine1998

- le 14 Février 20h14
Donne ton avis !
Ta note :
Rédige ton avis