Les Dossiers du Mois :

Parcoursup 2018

Toutes les clés pour réussir Parcoursup !

➜ Voir le dossier

 

Rapport de Stage

Réussir son rappport de Stage :

➜ Voir le dossier

 

Comment survivre en prépa ?

Toutes les clés pour réussir sa CPGE !

➜ Voir le dossier

 

A découvrir : Le métier de Consultant en Transformation Digitale

 

 

Réussir et obtenir son code de la route sur Codedelaroute.fr

 

 

étudier à l'étranger

 

Journées portes ouvertes dans toutes les écoles

Réforme du collège : polémique autour de la ...

Réforme du collège : polémique autour de la place de l'Histoire de l'Islam au détriment de l'Histoire de la chrétienté

Nouvelle polémique autour du ministère de l’Education nationale de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, cette fois ci les accusations ne portent pas sur l’enseignement de l’allemand, du grec ou du latin mais sur ce que la ministre de l’Education nationale, Najat Vallaud Belkacem voulait éviter.

Publié le 29 Avril 2015 à 15h03 | | 0 avis

Réforme du collège : polémique autour de la place de l'Histoire de l'Islam au détriment de l'Histoire de la chrétienté

Une polémique que Najat Vallaud-Belkacem espérait éviter

Le 24 avril dernier, Najat Vallaud-Belkacem, ministre de l’Education nationale, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche avait expliqué dans un communiqué vouloir éviter toutes polémiques inutiles concernant les nouveaux programmes, mais il n’aura fallu que quelques jours pour que les premières contestations se déclarent.

Certains détracteurs accusent désormais l’Education nationale de négliger l’Histoire de France au détriment de l’Histoire de l’Islam.

En cause, le programme d’Histoire de 5ème. En effet, si l’enseignement de l’Histoire de l’Islam est présenté comme un cours obligatoire, celui de l’Histoire de la chrétienté au Moyen-Age est facultatif.

Une différenciation qui ne plait pas à tous le monde.

Le Président du Conseil supérieur des programmes dément

« Tout ce qui rappelle tant les racines chrétiennes de la France que le fait national, conflits, annexions de provinces, traités entre Etats, se trouve passé sous silence », explique l’historien Patrice Gueniffey,

« L’Histoire de la France ne sera plus enseignée de la même manière », affirme pour sa part Sébastien Huyghe, porte-parole de l’UMP.

Des affirmations démentis par Michel Lussault, président du Conseil supérieur des programmes, qui affirme que parler d’un passage sous silence des racines chrétiennes de la France est « un mensonge délibéré, proféré pour des raisons idéologiques et politiciennes ».

En effet, les programmes respecteraient bien la chronologie et les élèves découvriraient « les naissances du judaïsme et du christianisme » dans le programme de 6ème et de manière obligatoire.

Michel Lussault expliquait également que les élèves de 5ème et des classes supérieures « reviendront d’ailleurs forcément sur le christianisme et l’Eglise à travers la royauté absolue et même la République. Il serait difficile d’aborder ces thèmes sans évoquer la relation des pouvoirs nationaux avec l’Eglise », poursuit-il.

 

Une réponse qui devrait venir à bout de ce « faux-débat ».

Donne ton avis !
Ta note :
Rédige ton avis