aide les jeunes à réussir leurs examens et leur orientation

 

Les Dossiers du Mois :

Rapport de Stage

Réussir son rapport de Stage :

➜ Voir le dossier

 

APB 2017

Réussir la procédure APB 2017 :

➜ Voir le dossier

 

Étudier à l'étranger

Comment partir étudier à l'étranger ?

➜ Voir le dossier

 

Comment survivre en prépa ?

Toutes les clés pour réussir sa CPGE !

➜ Voir le dossier

 

 

Réussir et obtenir son code de la route sur Codedelaroute.fr

 

 

étudier à l'étranger

 

Journées portes ouvertes dans toutes les écoles

[Mise à jour] Réforme des collèges : appel ...

[Mise à jour] Réforme des collèges : appel à la grève ce jeudi 8 septembre 2016

Ce jeudi 8 septembre le Snes-FSU, Syndicat national des enseignants du second degré, lance un appel à la grève. La rentrée s'annonce d'ores et déjà sous tension entre la mise en place de nouvelles dispositions sécuritaires et les contestations toujours vives à l'égard du projet de réforme des collèges. 

08 Septembre 2016 à 11h40 | | 0 avis

[Mise à jour] Réforme des collèges : appel à la grève ce jeudi 8 septembre 2016

[Mise à jour : Jeudi 8 septembre 2016 11h]

À la suite de l’ensemble des remontées académiques, le ministère de l’Éducation nationale communique les taux de participation au mouvement de grève de ce jour à l’appel de l’intersyndicale du second degré :

  • Enseignants des collèges publics : 4,6%
  • Enseignants des lycées d’enseignement général et technologique publics : 1,1%
  • Enseignants des lycées professionnels publics : 0,4%

Pour rappel, les taux lors du mouvement du 31 mars 2016 étaient les suivants :

  • Enseignants des collèges publics : 9,2%
  • Enseignants des lycées d’enseignement général et technologique publics : 5,6%
  • Enseignants des lycées professionnels publics : 4,7%

Et les taux lors de la journée de mobilisation interprofessionnelle du 26 janvier 2016 :

  • Enseignants du premier degré : 12,2%
  • Enseignants du second degré : 13,6% dont 22,3% pour les enseignants du collège

Le ministère note ainsi, implicitement, une baisse de participation d'enseignants à la grève au fil du temps.

 

Quelles sont les revendications de vos professeurs ?

Les principales contestations de ce texte portent sur le contenu des nouveaux programmes scolaires proposés, ainsi que sur le réaménagement des horaires de travail, désormais consacrées à la réalisation de projets interdisciplinaires en petits groupes.

Ces travaux, nommés accompagnement personnalisé ou EPI (enseignements pratiques interdisciplinaires), empiètent sur le volume horaire de certaines matières et constituent, selon le Snes-FSU, une atteinte considérable à la "liberté pédagogique" des enseignants. Pour exemple, un professeur de français pourrait se trouver plus contraint par ces projets car, ils mêlent plusieurs matières, ce qui demande donc plus de travail et moins de marge de manoeuvre pour l'enseignant, mais également moins de temps pour réaliser le programme de l'année.

De nombreux professeurs rejettent également ce projet par crainte d'un nivellement par le bas de la qualité des enseignements

➜ Sur le même sujet : Réforme des collèges : 5 mesures de la rentrée 2016

Outre la mise en place de ces projets, un autre point sensible de la réforme est la suppression des classes européennes et la mue de l'option latin et grec en "enseignement de complément", avec un horaire réduit et assorti d'un EPI.

A l'opposé, certains syndicats, comme celui de l'Unsa, annonce une rentrée calme. Plutôt favorable à la réforme des collèges, le syndiact préfére laisser le temps à la réforme de faire ses preuves, le projet étant une réponse à un enseignement secondaire qui tend à se dégrader de plus en plus. Leur préoccupation majeure demeure la sécurité, en conséquence, le secrétaire départemental du SE UNSA souhaite avant toute chose que les enseignants soient accompagnés au mieux dans la mise en place des exercices de sécurité.

➜ À voir aussi : Des mesures pour renforcer la sécurité à l'école

 

Pourquoi l'application du texte est-elle confirmée ?

Lors de sa conférence de presse le lundi 29 août dernier, la ministre de l'Education Najat Vallaud-Belkacem a tenu à rassurer les enseignants. Notamment par la création de 60 000 emplois à l'horizon 2017, dont 54 000 dans l'Education Nationale et la réalisation d'un effort budgétaire prévu par le projet de loi finances de 2017, ayant pour objectif l'augmentation des moyens accordés au ministère, s'élévant à plus de 2 milliards d'euros.

La ministre a, d'autre part, confirmé l'application de la réforme des collèges lors de son passage à la rentrée sur RTL car celle-ci demeurerait nécessaire pour moderniser l'enseignement et aurait bénéficié d'un temps assez long pour sa mise en place et sa révision. Pourtant, certains enseignants dénoncent, à contrario, une réforme trop brutale qui, pour la première fois, s'applique à l'ensemble des niveaux du collège et non progressivement, par filière.

➜ À lire aussi : 60 000 postes dans l'éducation, où en est-on ?

A la veille des élections présidentielles, la contestation de cette réforme crystallise le sentiment délétère à l'encontre du quinquennat du président Hollande, qui semble plus que jamais mis en branle.

Donne ton avis !
Ta note :
Rédige ton avis