Les Dossiers du Mois :

Rapport de Stage

Réussir son rapport de Stage :

➜ Voir le dossier

 

APB 2017

Réussir la procédure APB 2017 :

➜ Voir le dossier

 

Étudier à l'étranger

Comment partir étudier à l'étranger ?

➜ Voir le dossier

 

Comment survivre en prépa ?

Toutes les clés pour réussir sa CPGE !

➜ Voir le dossier

 

 

Réussir et obtenir son code de la route sur Codedelaroute.fr

 

 

étudier à l'étranger

 

Journées portes ouvertes dans toutes les écoles

Témoignages : « J'ai redoublé et aujourd'hui...

Témoignages : « J'ai redoublé et aujourd'hui je gagne très bien ma vie ! »

28 Mai 2013 à 09h52 | | 2 avis

Témoignages : « J'ai redoublé et aujourd'hui je gagne très bien ma vie ! »

Pierre et Angélique ont tous les deux la trentaine. Malgré un parcours scolaire chahuté, ils sont tous les deux aujourd’hui cadres dans la région lyonnaise et gagnent très bien leur vie. Pour Media Etudiant, ils reviennent sur leur parcours scolaire et nous livrent, quinze ans plus tard, leur ressenti sur la situation du redoublement.


Comment expliquez-vous votre redoublement ?

Pierre a 36 ans, il est aujourd’hui ingénieur commercial et gagne en moyenne près de 5 000 par mois. Pourtant, derrière cette situation professionnelle établie, Pierre avoue ne pas avoir eu « un parcours scolaire des plus lisses. » « J’ai toujours été un élève moyen, dans le sens où je me contentais d’obtenir la moyenne aux différents contrôles au lycée. Hélas au Bac ça n’est pas passé. J’ai pris l’épreuve du Bac avec beaucoup trop de facilité et j’ai finalement échoué. J’ai donc du redoubler la terminale » nous confie-t-il.

J’ai pris l’épreuve du Bac avec beaucoup trop de facilité et j’ai finalement échoué



Angélique, elle, tout juste 30 ans, confie avoir redoublé la classe de 3ème et la classe de première. « Mon premier redoublement était dû à mon manque de maturité. La 3ème est une classe charnière, je n’étais pas prête à passer au lycée et de toute façon je ne maitrisais pas les acquis nécessaires. J’avais vraiment besoin d’une remise à niveau. » Son second redoublement, Angélique l’explique par une mauvaise orientation. « J’ai intégré une 1ère S, ce qui ne me correspondait pas du tout. J’ai donc redoublé la première pour être orientée en filière ES ».

J’ai intégré une 1ère S, ce qui ne me correspondait pas. J'ai préféré redoubler et être orientée en 1ère ES



« Ce qui a été le plus dur, ça a été de voir mes amis quitter l’établissement. J’ai également été frustré de ne pas pouvoir goûter a la joie de l’après bac et des choses plus concrètes alors que tous les weekends mes amis me parlaient de leur nouvelle orientation » explique Pierre.


Le redoublement, une étape bénéfique et salutaire

Mais au final, Pierre ne garde aucune animosité et considère même cette année supplémentaire comme bénéfique. « Je n’ai aucun regret. L’année supplémentaire à été très bénéfique. Je me suis retrouvé dès le début dans les trois premiers de ma classe et j’ai eu beaucoup de facilité dans toutes les matières. Cette sensation d’être un bon élève m’a remonté le moral » explique-t-il.

Même son de cloche chez Angélique. « J’ai plutôt bien vécu mes redoublements dans la mesure où ils étaient souhaités. Je les ai vécus comme une seconde chance. Ils m’ont apporté maturité et autonomie à tout niveau, d’autant plus que mes parents m’ont énormément aidé à accepter cette situation. Il est très important de ne pas rompre le dialogue avec eux. Ils peuvent se révéler être de vrais alliés » raconte la jolie brunette.


"Un recruteur ne regarde pas l'âge mais la maturité et le savoir-être"

Aujourd’hui diplômée d’un Master 2 d’une école supérieure de commerce et chef de projet en communication, Angélique avoue qu’elle n’aurait peut être pas été aussi loin dans ses études. « Après mon second redoublement je me suis mise à bosser en cours et à apprécier les études, comme un déclic. »

Enfin, lorsque vous demandez à Pierre et Angélique si ce redoublement leur a mis des bâtons dans les roues par la suite, la réponse est claire : Non. « A aucun moment, je me suis senti pénalisé par ce redoublement, ni dans mes études ni dans ma carrière » avance Pierre.

Le redoublement m'a permis de me forger et de me laisser plus de temps dans mon choix d'orientation



Quant à Angélique, elle maintient que le redoublement ne lui a en aucun cas porté préjudice. « Cette situation m’a permis de consolider mes bases et acquis, de me « forger » et d’accroître mes capacités d’organisation, de réflexion… utiles pour le supérieur. Mais aussi de me laisser plus de temps dans mon choix d’orientation. Et puis en sortant des études, un employeur ne regarde pas l’âge mais la motivation, l’expérience et les acquis. »

Les avis sur cet article
RedoublePas

20 / 20

Bonjour,J'ai redoubler la seconde et la premiere et j'en peut plus je suis pas motiver j'ai pas le morale et sa sert a rien de redoubler. Si j'avais fais 2 anne dehors dans la rue sa serait pareil peut etre mieux mais la maturite n'a rien a voir avec le redoublement c'est plutot les capacite et connaissance de l'eleve etvla vonlonte et la motivation je tourne en rond et je vais le regretter plus tard et tout sa de ma faute je l'assume bye.
Par

RedoublePas

- le 24 Aout 11h21
Joe

20 / 20

Ces témoignages sont orientés en faveur du redoublement, ça pue. Personnellement j'en suis à 3 redoublements et 1 triplement (ça fait 5 redoublements en tout) et à vrai dire si je n'avais pas redoublé la première fois peut-être que je n'aurais pas eu ce parcours catastrophique. Bientôt le suicide. Au revoir.
Par

Joe

- le 13 Octobre 21h58
Donne ton avis !
Ta note :
Rédige ton avis