aide les jeunes à réussir leurs examens et leur orientation

 

Les Dossiers du Mois :

Rapport de Stage

Réussir son rapport de Stage :

➜ Voir le dossier

 

APB 2017

Réussir la procédure APB 2017 :

➜ Voir le dossier

 

Étudier à l'étranger

Comment partir étudier à l'étranger ?

➜ Voir le dossier

 

Comment survivre en prépa ?

Toutes les clés pour réussir sa CPGE !

➜ Voir le dossier

 

 

Réussir et obtenir son code de la route sur Codedelaroute.fr

 

 

étudier à l'étranger

 

Journées portes ouvertes dans toutes les écoles

Le projet Saclay ne suscite pas l'enthousiasme,...

Le projet Saclay ne suscite pas l'enthousiasme, bien au contraire

Le projet Saclay, réunissant la crème des grandes écoles et des grands centres de recherche français, doit être inauguré dans moins d'un an. Mais d'après un article de lefigaro.fr, il rencontre un très faible enthousiasme de la part des étudiants et des chercheurs concernés.

12 Mars 2013 à 14h53 | | 0 avis

Le projet Saclay ne suscite pas l'enthousiasme, bien au contraire

Un projet sans précédent

En 2018, le plateau de Saclay ou la "Silicon Valley à la française" doit accueillir un gigantesque campus au milieu des champs. Le but de ce projet initié par Nicolas Sarkozy est d'intégrer le Top 10 du classement des universités de Shangaï. Le meilleur établissement français se situe actuellement à la 37ème place. A terme, il s'agit de pouvoir rivaliser avec des universités comme Harvard ou Cambridge.

Le plateau de Sarclay devrait accueillir dix grandes écoles, dix instituts de recherche et 8000 logements étudiants. Des initiatives séparées se sont déjà installées là-bas, comme le CNRS, le Commissariat à l'énergie atomique, Polytechnique, HEC, le centre de recherche Danone et les laboratoires Thales. Il s'agit de fédérer tout cela, en sachant que d'autres écoles doivent être implantées comme Centrale, l'ENS Cachant et Agro. En 2018, cela devrait représenter 20% des effectifs de la recherche en France.


Le problème des transports

Situé à 25 kilomètres au sud de Paris, Saclay est un peu une zone déserte peu desservie par les transports en commun, ce qui ne réjouit pas tellement les étudiants et les chercheurs. Et depuis le commencement de ce projet en 2010, ils attendent des transports dignes de ce nom.

D'après Pierre Veltz, le PDG de l'établissement public Paris-Saclay qui pilote le projet : "Le coeur du projet est de tout faire pour qu'une synergie se crée entre universités, grandes écoles, chercheurs et entreprises" rapporte-il dans lefigaro.fr. Mais, alors que les dernières grandes écoles sont censées arriver en 2018, le métro du Grand Paris ne desservira pas le plateau avant 2023. De plus, personne ne croit à l'arrivée du métro à la date promise.


Les transports essentiels aux étudiants

Les transports sont le coeur d'une vraie vie de campus. Saclay risque fort de se retrouver déserte et morte les soirs et les week-ends. Les étudiants qui ont encore la possibilité d'étudier en plein coeur de Paris se rendent compte de leur chance car le site est très enclavé et, pour eux, la vie reste à Paris.

La ministre de l'Enseignement Supérieur se veut néanmoins rassurante, des transports plus légers, comme des bus et des RER, seront mis en place en attendant le métro.


Collaboration entre les grandes écoles ?

Même l'objectif d'une synergie entre établissements semble poser problème et n'emballe pas vraiment les étudiants et les chercheurs. Il se dit, par exemple, que les étudiants de Polytechnique et de Centrale ne peuvent pas se supporter.

«On met la charrue avant les boeufs, on veut d’abord mettre les gens ensemble et voir s’ils vont collaborer. Il faut déjà voir s’il y a un sens à collaborer. C’est un processus qui n’a pas de base scientifique», juge Frédéric Baudin.

Geneviève Fioraso assure, elle, que tout le monde est près à faire un effort et se dit "optimiste" pour l'avenir du projet.

Crédits : © Anatoly Maslennikov - Kurhan - Fotolia.com

Donne ton avis !
Ta note :
Rédige ton avis