Les Dossiers du Mois :

Parcoursup 2018

Toutes les clés pour réussir Parcoursup !

➜ Voir le dossier

 

Rapport de Stage

Réussir son rappport de Stage :

➜ Voir le dossier

 

Comment survivre en prépa ?

Toutes les clés pour réussir sa CPGE !

➜ Voir le dossier

 

A découvrir : Le métier de Consultant en Transformation Digitale

 

 

Réussir et obtenir son code de la route sur Codedelaroute.fr

 

 

étudier à l'étranger

 

Journées portes ouvertes dans toutes les écoles

Pluridisciplinarité et autonomie : les clés d...

Pluridisciplinarité et autonomie : les clés de voûte du rayonnement de nos universités

L’Institut Montaigne, think tank indépendant, vient de publier un rapport avec de nombreuses recommandations autour de l’enseignement supérieur français. Il souhaite faire de l’excellence un moteur de l’université et donner davantage d’autonomie à celle-ci.

Publié le 02 Avril 2015 à 12h12 | | 0 avis

Pluridisciplinarité et autonomie : les clés de voûte du rayonnement de nos universités

Pour l’Institut Montaigne, c’est évident, l’enseignement supérieur et la recherche sont indispensables à la bonne marche de notre pays puisqu’ils favorisent tous deux l’insertion professionnelle des jeunes et la formation continue des actifs. Pour les rendre plus efficaces, il faudrait donc élever les niveaux de formation et inciter à l’initiative, l’ouverture d’esprit et la curiosité intellectuelle. Il apparaît que malgré les efforts de ces dernières années, les universités françaises restent à la traîne dans le domaine de la pluridisciplinarité, de l’internationalisation et de professionnalisation.

Les universités françaises mal reconnues à l’international avec un système inadapté

Actuellement l’enseignement supérieur est le troisième poste de dépenses de l’Etat et pourtant les établissements ne parviennent pas à se hisser dans la partie haute des classements mondiaux puisqu’on ne retrouve que 3 établissements français dans le classement de Shanghai et uniquement 2 dans le top 100 du palmarès mondial des universités QS et ce malgré les initiatives d’excellence portées (Idex) par le gouvernement.

L’Institut Montaigne le martèle tout au long de son rapport, il faut investir dans l’innovation, changer les systèmes actuels et cesser de freiner des quatre fers pour chaque réforme alors que l’université française serait en perdition : « Aujourd’hui, la sélection à l’université se fait par l’échec. Les taux de réussite en licence sont extrêmement faibles, notamment pour les bacheliers non généraux : seuls 2,2% des bacheliers professionnels et 7,1 % des bacheliers technologiques obtiennent leur licence en trois ans. »

Le talent des chercheurs français n’est plus à démontrer et ne doit plus être négligé comme il l’a été jusqu’à présent, ils sont la base d’une meilleure autonomie et de parcours adaptés aux besoins de la société.

Les propositions de l’Institut Montaigne pour une nouvelle ambition des universités

L’Institut Montaigne étaye son propos en argumentant et proposant 12 recommandations qui tournent autour de quatre grandes thématiques : mettre l’excellence et la réussite au cœur de l’université, faire des enseignants les moteurs du changement, insuffler davantage d’autonomie dans la gouvernance et renforcer le rôle des universités dans le rayonnement des territoires.

Parmi les propositions de l’Institut Montaigne au sujet des universités elles-mêmes on trouve l’incitation à développer les COMUE, la mise en place de filières sélectives et exigeantes, augmenter les droits d’inscriptions en licence (sans que cela ne touche les étudiants boursiers)…

Pour les enseignants, l’Institut souhaite faire converger les statuts avec les chercheurs pour revaloriser et partager les activités d’enseignement, mais aussi mettre en place des procédures d’évaluation des enseignants-chercheurs.

Côté autonomie, l’Institut désire encourager les expérimentations sur les modes de gouvernance et créer une agence indépendante qui s’occupera de la répartition et la gestion des moyens.

Enfin, pour le renforcement du rôle des universités, l’Institut préconise de renforcer la définition des missions et de leurs indicateurs, de proposer une offre de formation cohérente sur un même territoire et de favoriser et encourager des partenariats durables entre universités et entreprises.

Un rapport qui bouscule et interpelle le ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche mais qui pourrait bien donner un coup de boost à nos universités dans les années à venir.

Donne ton avis !
Ta note :
Rédige ton avis