Les Dossiers du Mois :

Parcoursup 2019

Toutes les clés pour réussir Parcoursup !

➜ Voir le dossier

 

Rapport de Stage

Réussir son rappport de Stage :

➜ Voir le dossier

 

Comment survivre en prépa ?

Toutes les clés pour réussir sa CPGE !

➜ Voir le dossier

 

A découvrir : Le métier de Consultant en Transformation Digitale

 

 

Réussir et obtenir son code de la route sur Codedelaroute.fr

 

 

étudier à l'étranger

 

Journées portes ouvertes dans toutes les écoles

Le plan à 50 millions de la ministre de l'Educ...

Le plan à 50 millions de la ministre de l'Education contre le décrochage scolaire

Najat Vallaud-Belkacem a répondu aux questions du journal Le Parisien et en a profité pour détailler les mesures qu’elle souhaite mettre en place pour lutter contre le décrochage scolaire des jeunes.

Publié le 21 Novembre 2014 à 11h40 | | 0 avis

Le plan à 50 millions de la ministre de l'Education contre le décrochage scolaire

Alors que la ministre de l’Education nationale est en déplacement aujourd’hui au lycée professionnel Robespierre de Lens avec le Premier ministre Manuel Valls, elle en profitera pour lancer son grand plan pour ramener les jeunes dans le système scolaire.

Najat Vallaud-Belkacem a ainsi annoncé débloquer un budget de 50 millions d’euros par an pour « traiter à la fois la prévention du décrochage, le raccrochage et la remédiation ». Ainsi, ce plan s’articule autour de cinq grandes mesures que digiSchool te propose de découvrir.

Le retour en formation jusqu’à 25 ans, mesure majeure contre le décrochage

La ministre évoquait cette problématique qui lui tient à cœur il y a quelques semaines dans les colonnes de L’Obs, un élève sorti du système scolaire doit pouvoir reprendre une formation jusqu’à ses 25 ans. Ainsi, la locataire de la rue de Grenelle annonce que l’Etat s’engage à accompagner les jeunes décrocheurs dans leurs démarches en leur trouvant une place dans la formation adaptée que ce soit pour un retour au lycée, en stage ou en apprentissage.

Najat Vallaud-Belkacem souhaite lutter contre le décrochage scolaire pour offrir à tous les jeunes l’opportunité de progresser et de décrocher plus aisément un emploi. Elle détaille son plan de retour en formation au Parisien : « On ne peut plus perdre de vue un jeune sans solution. Celui qui a quitté les bancs de l’école à 16 ans, ou avant, et qui à 20 ans le regrette, pourra demander à être repris en charge. Il aura un rendez-vous dans les 15 jours avec un conseiller du service public d’orientation régional qui construira avec lui une solution de retour, soit sous statut scolaire, soit comme stagiaire de la formation professionnelle, soit en alternance. »

Raccrocher les élèves sortis du système, prévenir la sortie de ceux en difficulté

Les micro-lycées, peut-être en as-tu déjà entendu parler, sont des établissements accueillant des jeunes de 16 à 25 ans qui ont arrêté l’école depuis au minimum un an mais qui souhaitent reprendre leurs études pour obtenir un diplôme. Au sein de ces classes innovantes, les effectifs sont réduits à un maximum de 15 élèves. Ce nouveau système a déjà fait ses preuves avec un taux de réussite de 78% au baccalauréat. Actuellement seule une dizaine de micro-lycées existent en France, la ministre souhaite donc les développer pour en compter au moins un par académie.

Les parents d’élèves décrocheurs sont souvent désemparés et ne savent pas quoi faire ni comment s’y prendre avec leur enfant. Dans le but de les accompagner et les associer davantage à la scolarité de leur enfant, le ministère de l’Education nationale met à disposition un numéro d’aide pour obtenir des conseils : 0800 12 25 00.

Dans une optique de prévention du décrochage scolaire, Najat Vallaud-Belkacem explique vouloir développer des parcours personnalisés aux jeunes de 15 à 18 ans dont les difficultés scolaires sont avérées et qui sont en passe de sortir du système. Les jeunes seraient alors pris en charge par un tuteur, pourraient faire un stage en entreprise pour s’initier au monde du travail mais aussi un service civique tout en mûrissant leur projet et trouvant une formation adaptée.

On va former les enseignants à détecter précocement les difficultés scolaires, associer les parents à cette démarche ... y compris avec des formations à une meilleure connaissance de l'institution scolaire pour ceux qui en éprouvent le besoin

Des mesures qui arrivent à point nommé alors que les derniers sondage révèlent sans grande surprise que les jeunes les moins qualifiés ont énormément de mal à décrocher un emploi.