Les Dossiers du Mois :

Rapport de Stage

Réussir son rapport de Stage :

➜ Voir le dossier

 

APB 2017

Réussir la procédure APB 2017 :

➜ Voir le dossier

 

Étudier à l'étranger

Comment partir étudier à l'étranger ?

➜ Voir le dossier

 

Comment survivre en prépa ?

Toutes les clés pour réussir sa CPGE !

➜ Voir le dossier

 

 

Réussir et obtenir son code de la route sur Codedelaroute.fr

 

 

étudier à l'étranger

 

Journées portes ouvertes dans toutes les écoles

Ostéopathie : les formations d'ostéopathes en...

Ostéopathie : les formations d'ostéopathes en question

18 Mars 2011 à 00h00 | | 0 avis

Ostéopathie : les formations d'ostéopathes en question

Face à l'augmentation du nombre d'établissements de formation à l'ostéopathie, avec des niveaux de formation et des contenus très variés, il devient difficile de savoir quelle école choisir... Entretien avec Philippe Sterlingot, Président du Syndicat Français des Ostéopathes (SFDO)*, sur la situation actuelle et le flou actuela concernant la formation à l'ostéopathie.

Quelle est la situation des écoles d'ostéopathie en France ?

Philippe Sterlingot SFDO

A vrai dire, elle est complexe. L'ostéopathie a été reconnue en 2002, mais les décrets d'application de la loi ne sont arrivés qu'en 2007. Entre temps, on est passé d'environ 15 à près de 50 établissements de formation.

(ci-contre, Philippe Sterlingot. crédit photo : Denis Rebord)

Le problème, c'est que les contours de la réglementation sont flous, et que l'administration a mal géré le dossier. Il y a, selon nous, beaucoup trop d'écoles agréées, alors que seulement 15 établissements nous semblent sérieux. Depuis 4 ans, nous sommes dans une spirale judiciaire assez complexe car certains établissements ont profité du flou qu'il y a eu pour obtenir une agrémentation, malgré une qualité d'enseignement discutable...

 


Sur quels critères peut-on juger une école "satisfaisante", selon vous ?

Les niveaux de formation sont très hétérogènes, on croise le meilleur comme le pire. Pour aider les étudiants intéressés par l'ostéopathie à faire leur choix, nous leur conseillons de se baser sur des critères objectifs :

  • l'établissement est-il inscrit ou pas au Répertoire National de Certification Professionnelle (RNCP) ? 
  • a-t-il signé une convention Erasmus ou des accords universitaires ? 
  • Délivre-t-il le diplôme d'ostéopathe en 3 ans ? L'OMS recommande 5 à 6 ans de formation, plutôt que 3 (le minimum réglementaire)
  • quelle est la composition de l'équipe pédagogique qui enseigne l'ostéopathie ? Nous considérons, par exemple, que c'est une profession qui ne peut être enseignée par de trop jeunes praticiens, qui manqueraient d'expérience
  • l'établissement peut-il justifier de stages pratiques dans un dispensaire de soins à l'hôpital public ou privé, et/ou dans un dispensaire qui lui est propre ? Cette formation doit être conséquente, l'étudiant doit pouvoir suivre au minimum 120 patients, et ne doit pas se faire seulement chez un ostéopathe à observer son travail

Si nous sommes aussi revendicatifs, c'est parce qu'au bout de la chaîne il y a un patient. Cela pose un vrai problème...

Devenir Ostéopathe ? : Découvrez toutes les écoles


Avez-vous établi une liste des établissements que vous reconnaissez ?

Nous ne pouvons pas le faire, pour des raisons juridiques.


Quelle est la situation du marché de l'emploi des ostéopathes en France ?

On est passé de 9000 ostéopathes autorisés en 2008 à plus de 14 000 fin 2010. Désormais, ce sont environ 2500 jeunes diplômés qui sortent chaque année. Et il est loin d'être facile pour eux de trouver un débouché. Nous voyons de nombreux jeunes qui ont des difficultés financières et prennent un autre emploi à côté, voire arrêtent leur activité.


On entend pourtant que les ostéopathes gagnent très bien leur vie...

La moyenne des revenus des ostéopathes est de 25 000€ par an, avec de fortes disparités entre certains qui peuvent effectivement gagner plus, mais aussi d'autres qui gagnent beaucoup moins... On a l'impression que les motivations évoluent et que, pour les jeunes, le salaire devient un élément important.

C'est dommage, car il faut avoir une vraie vocation pour venir à l'ostéopathie, sinon on risque une grosse désillusion. Par ailleurs, il devient difficile de démarrer. Les étudiants ont manifesté le 17 mars, ils demandent eux aussi une régulation rapide de la situation.

A.S.

Le SFDO, créé en 1973, est le 1er syndicat d'ostéopathes exclusifs en France, avec plus de 1400 membres. Par l'exigence de ses critères d'admission, le SFDO souhaite défendre sa vision d'une ostéopathie de qualité.

Donne ton avis !
Ta note :
Rédige ton avis