Les Dossiers du Mois :

Rapport de Stage

Réussir son rapport de Stage :

➜ Voir le dossier

 

APB 2017

Réussir la procédure APB 2017 :

➜ Voir le dossier

 

Étudier à l'étranger

Comment partir étudier à l'étranger ?

➜ Voir le dossier

 

Comment survivre en prépa ?

Toutes les clés pour réussir sa CPGE !

➜ Voir le dossier

 

 

Réussir et obtenir son code de la route sur Codedelaroute.fr

 

 

étudier à l'étranger

 

Journées portes ouvertes dans toutes les écoles

Vidéo : Le nu censuré dans les livres d'écol...

Vidéo : Le nu censuré dans les livres d'écoles françaises au Koweït

Ce lycée français est victime de la censure au Koweït de la part du gouvernement. C’est le cas notamment d’un grand nombre d’œuvres célèbre dont La liberté guidant le peuple d’Eugène Delacroix. Ce tableau malgré sa grande renommée n’échappe pas à la censure du gouvernement …

15 Juin 2015 à 15h20 | | 0 avis

Vidéo : Le nu censuré dans les livres d'écoles françaises au Koweït

Une censure implacable

Le célèbre tableau de Delacroix n’est pas le seul à avoir subi la censure du gouvernement du Koweit. Ainsi, dans la collection de manuels de sciences de la vie et de la terre (SVT) Lizeaux & Baude, les chapitres concernant « les transformations liées à la puberté » et « le fonctionnement des organes reproducteurs chez la femme », subissent une censure dans les règles de l’art. Pas un sein ni une vulve n’échappe au feutre noir.

Il en va de même pour La Vérité amène la République et l’Abondance, toile de Nicolas de Courteille, dont la triade républicaine au buste dévoilé, subit la même censure. Elle s’applique d’ailleurs bien plus largement à toutes les icônes, les photos, les illustrations qui présentent de la nudité ou un acte sexuel dans les programmes du primaire au secondaire.

Le droit koweïtien prévaut

Fondé en 1988, le lycée français de Koweït City, qui accueille 1 350 élèves du primaire au secondaire, dont environ 13 % de Français fait partie de la liste des établissements d’enseignement français à l’étranger, fixé par l’arrêté du 20 juin 2014.

 Il est sous la tutelle du ministère des affaires étrangères, homologué par le ministère de l’éducation nationale, et fait partie intégrante du réseau d’établissements scolaires coordonné par l’Agence pour l’enseignement français à l’étranger (AEFE) au titre « d’établissement partenaire ». Pourtant, comme son règlement intérieur le précise, il est de « droit koweïtien ».

« Tous les établissements français à l’étranger sont soumis à la loi du pays dans lequel ils sont établis, contrairement aux ambassades ou aux consulats », explique-t-on dans l’entourage de la ministre de l’éducation, Najat Vallaud-Belkacem.

Une réalité parfois difficile à concilier avec les règles d’homologation des établissements français étrangers, définies par ce même arrêté du 20 juin 2014. A l’article 2, il est explicité que la scolarité accomplie par les élèves dans ces établissements, doit être « assimilée à celle effectuée en France dans un établissement d’enseignement public ».

Garant de la fidélité des programmes pédagogiques, le ministère de l’éducation nationale a reconnu que pour les établissements français situés à l’étranger il fallait nécessairement « composer avec la réalité sociale et politique propre à chaque pays » ; soulignant qu’il n’y avait, par ailleurs, « aucune obligation d’enseigner avec des manuels, dont l’usage principal est d’appuyer le travail des enseignants. »

Via Le Monde

Donne ton avis !
Ta note :
Rédige ton avis