Les Dossiers du Mois :

Rapport de Stage

Réussir son rapport de Stage :

➜ Voir le dossier

 

APB 2017

Réussir la procédure APB 2017 :

➜ Voir le dossier

 

Étudier à l'étranger

Comment partir étudier à l'étranger ?

➜ Voir le dossier

 

Comment survivre en prépa ?

Toutes les clés pour réussir sa CPGE !

➜ Voir le dossier

 

 

Réussir et obtenir son code de la route sur Codedelaroute.fr

 

 

étudier à l'étranger

 

Journées portes ouvertes dans toutes les écoles

Mooctivity : la plateforme communautaire dédi...

Mooctivity : la plateforme communautaire dédiée au MOOC

Tuong-Vi est la fondatrice de la plateforme communautaire dédiée aux MOOC, Mooctivity. Elle répond aux questions de digiSchool.

27 Février 2014 à 14h50 | | 1 avis

Mooctivity : la plateforme communautaire dédiée au MOOC

Tuong-Vi Faber, vous êtes co-fondatrice de la plateforme Mooctivity. Pouvez-vous nous en dire
plus?

Tuong-Vi, vous êtes co-fondatrice de la plateforme Mooctivity. Pouvez-vous nous en dire plus ?

Mooctivity est une plateforme communautaire dédiée aux MOOC (Massive Open Online Courses). Pour ceux qui ne connaissent pas encore, les MOOC sont des cours en ligne gratuits et ouverts à tous dispensés par certaines des meilleures universités au monde dont l’École Polytechnique et Sciences-Po en France, ou Harvard et Stanford aux Etats-Unis. La volonté au cœur de notre projet est de faciliter l’accès aux incroyables ressources que sont les MOOC. Comme beaucoup, nous sommes convaincus que les MOOC sont un pas important vers la démocratisation du savoir, et nous souhaitons contribuer à ce mouvement. A ce titre notre objectif est triple.

Nous sommes convaincus que les MOOC sont un pas important vers la démocratisation du savoir, et nous souhaitons contribuer à ce mouvement.

Premièrement, nous voulons rendre les informations sur les MOOC plus lisibles. Nous recensons donc la quasi-totalité des MOOC disponibles sur la toile, tous concepteurs confondus, et offrons un moteur de recherche permettant de les parcourir en fonction d’une multiplicité de critères – un booking.com pour MOOC en quelque sorte. Deuxièmement, en rendant visible les cours de tous concepteurs, peu importe leur taille, et en permettant aux apprenants d’être les seuls juges de la qualité d’un MOOC, nous espérons créer un espace réellement concurrentiel qui contribuera à un nivellement vers le haut de la qualité des MOOC, au bénéfice des apprenants. Enfin, nous avons créé le premier réseau social dédié à l’apprentissage des MOOC, qui permettra aux apprenants de tisser un lien social tourné vers l’accomplissement personnel et professionnel.


 

Les Etats-Unis dominent le marché des MOOC. Quelle est votre vision sur les initiatives qui fleurissent dans le reste du monde, notamment en France avec FUN ?

Beaucoup de personnes critiquent le retard de l’Europe et d’autres régions du monde par rapport aux initiatives américaines telles que Coursera, edX et Udacity. Ce retard nous semble pourtant loin d’être irréductible. D’ailleurs, peu importe de quelle partie du monde elles viennent, toutes les initiatives méritent d’être applaudies. Il ne faut pas oublier que les MOOC sont des ressources gratuites, et que les enseignants et les universités consacrent énormément de temps et de ressources pour créer et transmettre un savoir qu’ils voudraient rendre accessible à tous. Peu importe leur provenance, il ne faut donc pas oublier que chacune de ces initiatives contribue à la création d’une librairie d’enseignements du monde entier, dispensés par des spécialistes tels que l’économiste Esther Duflo du MIT (médaille John Bates Clark) ou le mathématicien Cédric Villani (médaille Fields) et laissant la liberté aux apprenants de choisir les MOOC qui correspondent à leurs besoins.

Peu importe de quelle partie du monde elles viennent, toutes les initiatives méritent d'être applaudies.

Je pense qu’il est important d’encourager cet effort commun, et en tant que français nous sommes fiers de voir la France s’impliquer dans cette mission de diffusion du savoir au travers de la plateforme nationale, France Université Numérique. Nous sommes également heureux de voir un nombre croissant de grandes entreprises françaises et de startup dynamiques comme digiSchool s’investir à leur tour dans cette mission.


 

Comme chez digiSchool, le partage et l’échange sont des valeurs maîtresses de votre initiative. Quel est le rôle de la communauté dans votre modèle ? Et par quels moyens l’incitez-vous à interagir ?

La communauté est au centre de notre initiative. Partant du constat qu’une formation réussie suppose d’abord une bonne information (sur la qualité d’un enseignement, sa difficulté et ses débouchés notamment), il était important pour nous de permettre aux apprenants de se connecter à d’autres apprenants mais aussi à des personnes de confiance (amis, collègues, référents…) afin qu’ils puissent partager leurs conseils et leurs retours d’expérience. Ceci est d’autant plus important que les MOOC sont encore un mouvement récent et qu’il n’existe à ce jour aucune source crédible pour juger de la qualité d’un MOOC.

Les MOOC sont encore un mouvement récent et il n'existe à ce jour aucune source crédible pour juger de la qualité d'un MOOC.

Grâce aux fonctionnalités communautaires de notre plateforme, nous souhaitons offrir un espace unifié de partage de la connaissance et d’échange sur les conditions et l’impact de cet apprentissage.


 

On entend plusieurs débats autour du taux de réussite, du taux d’abandon des MOOC… Quel avenir pour les MOOC selon vous ?

Tout d’abord il est important de donner un peu de contexte aux statistiques qui circulent. Prenons par exemple le taux de réussite faible des MOOC que certains mentionnent. En effet, si nous prenons comme dénominateur le nombre de personnes s’étant enregistré à un cours, alors le taux navigue effectivement autour des 10%. Mais de nombreuses personnes s’enregistrent dans un cours simplement pour voir à quoi il ressemble avant de décider de se lancer (pour voir le format, le descriptif détaillé, etc). Or, comme le souligne une récente étude de Deloitte, si on prend plutôt comme dénominateur le nombre d’étudiants « sérieux » (défini comme ayant rendu au moins un devoir), alors le taux de réussite grimpe à 48% - un chiffre beaucoup plus représentatif selon moi.

Si on prend plutôt comme dénominateur le nombre d'étudiants "sérieux", alors le taux de réussite grimpe à 48%.

Cela étant dit, il y a évidemment encore beaucoup de progrès à faire, autant dans la conception des MOOC que dans la diffusion de l’information sur l’opportunité que peuvent représenter les MOOC pour tous. Mais pour un mouvement tout juste né, je suis optimiste : il est porté par des visionnaires de l’éducation, des spécialistes de l’enseignement, et une volonté commune d’améliorer l’apprentissage pour tous, sans oublier qu’il intéresse déjà des millions de personnes à travers le monde. De nombreuses sociétés par ailleurs commencent à s’intéresser aux MOOC à des fins de formation professionnelle, telles que Yahoo et AT&T pour ne citer que quelques noms. Comme le souligne Deloitte dans leurs prédictions pour 2014-2015, l’avenir des MOOC est prometteur !


 

Connaissiez-vous digiSchool et/ou moocStarter avant notre premier contact ?

Oui j’avais déjà entendu parler de digiSchool, étant passionnée par l’éducation depuis longtemps et en plus Lyonnaise ! En revanche je n’ai découvert moocStarter qu’après notre premier contact, et je suis impatiente de voir à quoi ressemblera la première plateforme de MOOC « à la demande ».

Pour conclure, quel message souhaitez-vous faire passer aux visiteurs de digiSchool.fr ?

Nous les invitons ardemment à rejoindre notre communauté sur Mooctivity.com pour découvrir le formidable éventail d’enseignements à leur disposition !

Les avis sur cet article
tdokhac

20 / 20

"nous voulons rendre les informations sur les MOOC plus lisibles". C'est un objectif louable. L'initiative appartient aux producteurs qui doivent fournir les informations attendues : références bibliographiques, références à d'autres MOOC,... Ce dernier point amène la notion de "MOOC collaboratif" , qui peuvent former différents chemins d'apprentissage. Pour assurer l'efficacité des chemins, on pourrait définir une gouvernance de MOOC, à l'image de celle que l'on a dans les publications scientifiques. Dès lors, on pourrait évoquer la notion de MOOC organique.
Par

tdokhac

- le 27 Février 17h50
Donne ton avis !
Ta note :
Rédige ton avis