Les Dossiers du Mois :

Rapport de Stage

Réussir son rapport de Stage :

➜ Voir le dossier

 

APB 2017

Réussir la procédure APB 2017 :

➜ Voir le dossier

 

Étudier à l'étranger

Comment partir étudier à l'étranger ?

➜ Voir le dossier

 

Comment survivre en prépa ?

Toutes les clés pour réussir sa CPGE !

➜ Voir le dossier

 

 

Réussir et obtenir son code de la route sur Codedelaroute.fr

 

 

étudier à l'étranger

 

Journées portes ouvertes dans toutes les écoles

Malbouffe étudiante : place au rééquilibrage

Malbouffe étudiante : place au rééquilibrage

Les étudiants français sont-ils en train de s'américaniser? Une enquête Usem (Union nationale des mutuelles étudiantes régionales) 2009 sur l'équilibre alimentaire chez les 18-25 ans révèlent des dysfonctionnements dans l'alimentation des jeunes. Ainsi, près de 95% des étudiants avouent grignoter entre les repas. Et près d'un étudiant sur cinq ne prend que deux repas par jour.

16 Mars 2010 à 10h23 | | 0 avis

Malbouffe étudiante : place au rééquilibrage

Accompagnement alimentaire des étudiants

"Il est important d'accompagner les étudiants lors de leur émancipation. Nous pouvons ainsi poser un cadre nutritionnel pour les aider". Olivier Deseine, représentant de l'Observatoire du pain travaille en partenariat avec l'Usem pour poser les bases de l'équilibre alimentaire chez les 18-25 ans. Une étude menée auprès de 12 000 étudiants révèle d'importants désordres alimentaires. En cause, une alimentation déstructurée et des apports nutritionnels déséquilibrés dus au rythme d'études toujours plus soutenu laissant peu de place au temps accordé au repas. Mais aussi "la prise de plus en plus fréquente d'aliments transformés et plats tout prêt au détriment des aliments bruts comme les légumes, les fruits, etc.", souligne Olivier Deseine.

Parmi les sondés, 53,4% consomment chaque jour des fruits et/ou légumes, contre 14% qui déclarent n'en manger aucun chaque jour, ce qui "ramené à la population étudiante globale représente près de 315000 étudiants, ce qui est inquiétant", précise Hélène Chevalier, directrice du département Santé de l'institut CSA (Centre de sondages et analyse). Par ailleurs, près d'un étudiant sur cinq ne prend que deux repas par jour. "Dans 12% des cas, cela est aussi dû à des difficultés financières", ajoute Hélène Chevalier.

Des comportements qui favorisent le surpoids. Près de 95% des sondés avouent grignoter entre les repas dont 21,2% "très souvent". Ainsi, l'enquête Obepi 2009 sur la progression de l'obésité rapport que le tour de taille des Français de 18-24 ans a augmenté de 43,9% entre 2006 et 2009. Et ces troubles alimentaires peuvent déboucher sur des maladies graves. "Nous avons notamment 7% de jeunes filles qui présentent des signes d'anorexie ou boulimie. Des troubles du comportement alimentaire qui sont la première cause de mortalité psychiatrique chez les jeunes filles", explique Marlène Galantier, médecin nutritionniste.

Une augmentation du tour de taille de 43% chez les 18-24 ans

Alors comment agir? L'Observatoire du pain et l'Usem donnent des clés aux étudiants pour manger plus sain. La clé? Le pain. "C'est une valeur sûre de notre alimentation. Une nourriture parfaitement saine qui reste un outil important d'équilibre alimentaire", affirme Olivier Deseine. Et Marlène Galantier de préciser : "La baguette classique à moins de 1% de matières grasses, le pain est l'un des aliments les plus riches en protéines végétales, il contient des fibres bons pour le transit, de la vitamine D et des minéraux".

Et quand on l'interroge sur le fait que le pain fasse grossir, la nutritionniste bondit : "Tout ce que l'on mange fait grossir. A lexception de l'eau. Tout dépend de la quantité que l'on mange et de l'accompagnement choisi. Cette idée a été répandue dans les années 1980 par des médecins généralistes en réponse à leurs patientes qui voulaient perdre du poids. Il faut arrêter de le diaboliser. Nous, les médecins nutritionnistes nous voulons réintégrer les féculents et le pain".

Pour une alimentation équilibrée, les étudiants peuvent consommer une baguette par jour et trois quarts de baguette pour les jeunes filles. Boire 1,5L d'eau par jour, consommer une part égale de féculents et légumes à chaque repas, et ne pas supprimer les graisses. "Je vois beaucoup de jeunes filles qui suppriment tous les aliments gras. il ne faut surtout pas! Ce sont des précurseurs hormonaux qui assurent le bon fonctionnement du système nerveux", insiste la nutritionniste. En revanche, il ne faut pas lésiner sur la qualités des matières grasses utilisées et privilégier des huiles comme l'huile de noix, d'olive, de pépin de raisin...et ralentir sur l'huile de tournesol!

"Le pain ne fait pas grossir. Il faut le réintroduire dans l'alimentation"

Quant aux allergiques au petit-déjeuner, "si vous n'avez pas le temps de manger le matin, ou que vous n'avez pas faim, achetez ou prenez un quart de baguette dans votre sac. C'est mieux que de se ruer sur le pain au chocolat vers 11h", déclare Marlène Galantier. De plus, prendre son petit-déjeuner équilibre le reste de la journée. En effet, "tous les apports sont basculés sur les repas de midi et du soir, alors que le repas du soir est le moins indispensable".

En revanche, si vous faites partie des 60% d'étudiants qui déjeunent dans les restos U, pas de panique! L'Usem et l'Observatoire du pain organisent la 11e édition de la Semaine de l'équilibre alimentaire du lundi 22 au vendredi 26 mars. Marie Portal, coordinatrice nationale de promotion de la Santé de l'Usem, explique: "Le principe c'est de mettre en place des actions participatives dans les restos U.Des étudiants sont formés par nos services pour encadrer d'autres étudiants qui le désirent, à composer leurs plateaux repas suivant un code couleur associé à chaque catégorie d'aliments. Une façon de sensibiliser à l'élaboration d'un plateau repas équilibré". 73 restaurants universitaires participent à cette action à travers toute la France.

 

Stéphanie Perrin

Donne ton avis !
Ta note :
Rédige ton avis