Les Dossiers du Mois :

Rapport de Stage

Réussir son rapport de Stage :

➜ Voir le dossier

 

APB 2017

Réussir la procédure APB 2017 :

➜ Voir le dossier

 

Étudier à l'étranger

Comment partir étudier à l'étranger ?

➜ Voir le dossier

 

Comment survivre en prépa ?

Toutes les clés pour réussir sa CPGE !

➜ Voir le dossier

 

 

Réussir et obtenir son code de la route sur Codedelaroute.fr

 

 

étudier à l'étranger

 

Journées portes ouvertes dans toutes les écoles

L'homophobie chez les étudiants : une réalité !

L'homophobie chez les étudiants : une réalité !

21 Février 2011 à 00h00 | | 0 avis

L'homophobie chez les étudiants : une réalité !

Jeudi 17 février a été publiée la première étude portant sur l’homophobie en milieu étudiant. Selon cette enquête, pour environ 20% des étudiants, l’homosexualité « n’est pas une manière d’aimer comme les autres »..

Un rapport critique

SOS homophobie et la Caélif (une association parisienne pour les gays, lesbiennes, bisexuelles et transsexuels) se sont alliés pour publier la première étude portant sur l’homophobie chez les étudiants. Au total, pas moins de 4 000 personnes ont répondu à un questionnaire en ligne. Cette étude ne concerne que la région d’Ile De France. L’analyse des résultats ne laisse pas de doutes selon SOS homophobie : l’homophobie est bien présente dans l’enseignement supérieur.

Ainsi, un étudiant sur cinq pense que l’homosexualité « n’est pas une manière d’aimer comme une autre » et un peu plus d’un étudiant sur dix pense qu’il s’agit « d’une orientation sexuelle déviante ». Un étudiant sur cinq avoue être choqué de voir un couple du même sexe ensemble dans un lieu public.

L’homophobie : un problème banalisé

Une partie particulièrement intéressante de l’étude fournit un regard croisé sur le ressenti de l’homophobie par les étudiants hétérosexuelles et par les étudiants homosexuelles. La moitié des hétérosexuels  disent ne pas constater d’insultes homophobes sur leur lieu d’étude alors que ce taux est d’un tiers chez la population homosexuelle et bisexuelle. Ceci montre bien que non seulement l’homophobie existe mais qu’en plus elle est banalisée dans une certaine mesure puisque nous ne la voyons même plus. D’ailleurs, à la question « Pour vous, enculé, pédé, gouine, camionneuse, pédale, tapette sont ? », 21% répondent « Des insultes ordinaires sans caractère homophobe ».  

Selon les deux associations qui ont mené cette enquête, de nombreux efforts sont donc à faire dans le milieu de l’enseignement supérieur. Ce rapport conclu donc sur des mesures à mettre en place telle qu’une prise en compte de l’homophobie dans les règlements intérieurs, des campagnes de sensibilisation, une plus grande liberté pour les associations anti-homophobes et interpellent la ministre de l’éducation supérieure pour se pencher sur le problème.


 

Donne ton avis !
Ta note :
Rédige ton avis