Les Dossiers du Mois :

Rapport de Stage

Réussir son rappport de Stage :

➜ Voir le dossier

 

Étudier à l'étranger

Comment partir étudier à l'étranger ?

➜ Voir le dossier

 

Comment survivre en prépa ?

Toutes les clés pour réussir sa CPGE !

➜ Voir le dossier

 

 

Réussir et obtenir son code de la route sur Codedelaroute.fr

 

 

étudier à l'étranger

 

Journées portes ouvertes dans toutes les écoles

Les grandes écoles ciblent les étudiants étr...

Les grandes écoles ciblent les étudiants étrangers

La Conférence des grandes écoles à des velléités de rayonnement à l'international. Elle propose que les établissements de l'Enseignement supérieur français triplent leur nombre d'étudiants extracommunautaires. Et pour ne pas baisser la qualité de l'enseignement tout en augmentant la capacité d'accueil, une augmentation de leurs droits d'inscription.

10 Mars 2010 à 00h00 | | 0 avis

Les grandes écoles ciblent les étudiants étrangers

A l'heure d'une concurrence exacerbée entre les différents établissements toutes nations confondues de l'Enseignement supérieur, chacun veut peser dans la balance. Pour faire de la France, un acteur de premier ordre, la Conférence des grandes écoles (CGE) fait une proposition ambitieuse. Tripler d'ici à 10 ans, l'accueil des étudiants étrangers non européens dans les grandes écoles et universités.Aussi bien dans l'Hexagone, que dans les antennes françaises à l'étranger: soit 750 000 étudiants étrangers contre 200 000 actuellement.

Tripler l'accueil d'étudiants non européens d'ici 10 ans

Une politique qui assurerait non seulement un rayonnement à l'international du Supérieur français, mais aussi une manne financière non négligeable. En effet, la CGE prévoit que le nombre d 'étudiants dans le monde va croître du simple au double dans les prochaines années. Passant de 100 millions en 2000 à 200 millions d'ici à 2016, dont 70 issus d'Asie (majoritairement de Chine et d'Inde). Ainsi, pour financer l'accueil des étudiants extracommunautaires amenés à tripler, la Conférence table sur les frais de scolarité. Elle estime que 80% seraient en mesure de financer leurs frais réels soient près de 12 000 euros.

Cette politique basée sur la diffusion de la qualité de formation de l'Hexagone impactera directement sur le prestige des établissements. Mais sera aussi bénéfique à l'essor des entreprises françaises dans le monde en quête d'étudiants étrangers diplômés d'établissements français.

Stéphanie Perrin

Donne ton avis !
Ta note :
Rédige ton avis