Les Dossiers du Mois :

Rapport de Stage

Réussir son rapport de Stage :

➜ Voir le dossier

 

APB 2017

Réussir la procédure APB 2017 :

➜ Voir le dossier

 

Étudier à l'étranger

Comment partir étudier à l'étranger ?

➜ Voir le dossier

 

Comment survivre en prépa ?

Toutes les clés pour réussir sa CPGE !

➜ Voir le dossier

 

 

Réussir et obtenir son code de la route sur Codedelaroute.fr

 

 

étudier à l'étranger

 

Journées portes ouvertes dans toutes les écoles

Les fournisseurs d'accès contre la loi Loppsi 2

Les fournisseurs d'accès contre la loi Loppsi 2

D'après un communiqué publié le 3 mars, les fournisseurs d'accès s'opposent au blocage des sites pédopornographiques, jugé inefficace. Une intervention qui survient quelques jours après que l'Assemblée est adoptée en première lecture la loi Loppsi 2. Un texte qui veut lutter contre la cyberpédophilie.

05 Mars 2010 à 13h03 | | 0 avis

Les fournisseurs d'accès contre la loi Loppsi 2

La lutte contre la pédopornographie sur Internet est de nouveau au coeur du débat. L'Assemblée nationale a votée en première lecture la nouvelle mouture du projet de loi d'orientation et de programmation pour la performance de la sécurité intérieure (Loppsi 2). L'article 4 stipule que les Fournisseurs d'accès Internet (FAI) doivent bloquer les sites au contenu pédopornographique.

"Le blocage des contenus pédopornographiques n'empêche pas leur mise en ligne"

Un article que les FAI rejettent en bloc. En cause, l'inefficacité du dispositif explique le communiqué de l'association des fournisseurs d'accès (AFA). "Il est toujours plus efficace d’agir à la source même du contenu, en le faisant retirer par l’hébergeur du site internet, plutôt que de le faire bloquer par les FAI français. Lorsqu’un contenu est bloqué, il reste en ligne, et n’est que temporairement inaccessible puisque la mesure de blocage est facilement contournable", explique Carole Gay, la responsable des affaires juridiques et réglementaires de l'association dans leur communiqué.

Avant le vote des députés, deux études venaient confirmées ces affirmations. L'une publiée par la Fédération française des télécoms et l'autre opérée par Fabrice Epelboin, journaliste. Mais elles n'ont visiblement pas pesé dans la balance. Reste le vote du texte par le Sénat.

 

S.P

Donne ton avis !
Ta note :
Rédige ton avis