Les Dossiers du Mois :

Parcoursup 2018

Toutes les clés pour réussir Parcoursup !

➜ Voir le dossier

 

Rapport de Stage

Réussir son rappport de Stage :

➜ Voir le dossier

 

Comment survivre en prépa ?

Toutes les clés pour réussir sa CPGE !

➜ Voir le dossier

 

A découvrir : Le métier de Consultant en Transformation Digitale

 

 

Réussir et obtenir son code de la route sur Codedelaroute.fr

 

 

étudier à l'étranger

 

Journées portes ouvertes dans toutes les écoles

L'ISPEM ferme ses portes suite à l'affaire des...

L'ISPEM ferme ses portes suite à l'affaire des "faux étudiants chinois"

Un peu plus d’un mois après l’arrestation de son directeur, l’école de commerce ferme ses portes en laissent plus d’un millier d’étudiants sans formation.

Publié le 02 Février 2016 à 11h55 | | 7 avis

L'ISPEM ferme ses portes suite à l'affaire des

Le lundi 7 décembre 2015, l’Office Central pour la Répression de l’Immigration Régulière et de l’Emploi des Etrangers Sans Titre (OCRIEST) menait une perquisition dans les locaux de l’ISPEM (Institut Supérieur Privé Européen de Management), une école de Commerce située dans le 15e arrondissement à Paris.

Soupçonné d’avoir mis en place une filière d’immigration clandestine ciblant la Chine, le directeur de l’école Bruno Cavallaro avait été placé en détention provisoire. Selon l’enquête, des intermédiaires implantés en Chine recrutaient des candidats qui obtenaient un visa et un certificat de scolarité en échange du paiement des frais d’inscription à l’école (entre 3000 et 5000 euros). Depuis 2013, ce serait entre 500 et 1000 clandestins Chinois par an qui seraient passés par cette filière.

Des étudiants dans la tourmente

Depuis la perquisition, les étudiants de l’ISPEM ont vu leurs cours annulés les uns après les autres : "En l’absence de direction, aucun contrat n’a pu être renouvelé. Ne sont restés que trois enseignants en CDI, insuffisants pour assurer les cours", témoigne une des représentantes des élèves de FLE (Français Langue Étrangère).

Le 20 janvier 2016, l’administrateur judiciaire provisoire nommé par le Tribunal de Grande Instance (TGI) de Paris communiquait aux étudiants et professeurs sa décision de fermer l’école et de saisir le TGI pour que soit nommé un liquidateur judiciaire. Depuis, ce sont plus de 1000 élèves qui se retrouvent privés de formation en plein milieu d’année scolaire. Pendant que les étudiants de BTS, majoritairement Français, tentent de trouver un établissement d’accueil, les étudiants étrangers eux, s’inquiètent pour le renouvellement de leur titre de séjour.

➜ À voir aussi : La Commission Européenne s'intéresse aux frais d'inscription universitaire

Aucun remboursement des frais de scolarité

Alors que l’ISPEM facturait ses formations entre 3000 et 5000 euros, et que les frais de formation ont déjà été acquittés par les étudiants, les caisses de l’ISPEM sont vides. Cela fait maintenant trois mois que les professeurs ne sont plus payés, et qu’il a été affirmé lors d’une réunion d’élèves qu’aucun remboursement ne serait possible. Certains élèves qui avaient souscrit à la mutuelle étudiante proposée par l’établissement risquent même de se retrouver sans couverture sociale. Aidés par les professeurs encore présents, les élèves de l’ISPEM se mobilisent pour faire valoir leurs droits, quelle que soit l’action juridique nécessaire.

➜ À voir aussi : Bien choisir sa mutuelle étudiante

 

You have an error in your SQL syntax; check the manual that corresponds to your MySQL server version for the right syntax to use near 'faux étudiants chinois"") AS score , C.slug AS subCategory_sl' at line 1