Les Dossiers du Mois :

Rapport de Stage

Réussir son rapport de Stage :

➜ Voir le dossier

 

APB 2017

Réussir la procédure APB 2017 :

➜ Voir le dossier

 

Étudier à l'étranger

Comment partir étudier à l'étranger ?

➜ Voir le dossier

 

Comment survivre en prépa ?

Toutes les clés pour réussir sa CPGE !

➜ Voir le dossier

 

 

Réussir et obtenir son code de la route sur Codedelaroute.fr

 

 

étudier à l'étranger

 

Journées portes ouvertes dans toutes les écoles

Interview : Pierre-Gaël Pasquiou, Community Ma...

Interview : Pierre-Gaël Pasquiou, Community Manager de l'EM Strasbourg

10 Février 2011 à 17h27 | | 0 avis

Interview : Pierre-Gaël Pasquiou, Community Manager de l'EM Strasbourg

Community Manager de l'EM Strasbourg, Pierre-Gaël Pasquiou partage son expérience des réseaux sociaux. Rencontre avec un jeune diplômé au parcours atypique qui milite pour une meilleure utilisation de Twitter par les étudiants...

Quel a été ton parcours avant d'être embauché par l'EM Strasbourg ?

J'ai un parcours qui peut paraître un peu spécial, puisque j'ai fait mon lycée à l'étranger, à Pékin puis Bogota avant de passer un bac Technologique en France, en Hôtellerie. Par la suite, j'ai fait un BTS MUC avant de rentrer à l'EM Strasbourg. Au cours de ma scolarité, j'ai été président de la fédération étudiante de l'école, et j'ai remarqué qu'il manquait un poste web. J'ai donc insisté sur ce besoin et il a fini par être créé. On me l'a alors proposé, et j'ai accepté sans hésiter.

On pourrait croire que j'ai zigzagué, mais je pense qu'il y a un fil rouge dans mon parcours : le contact et l'échange avec les autres. C'est ce qui m'a séduit dans le post de community manager.


Quelles sont tes missions au jour le jour ?

Mon rôle est d'animer les communautés de l'EM Strasbourg sur le web. J'ai différentes cibles, selon les réseaux : sur Viadeo et Linkedin, je suis plutôt au contact de diplômés, en lien avec l'association Allumni, alors que sur Facebook c'est principalement des étudiants. Je dis principalement car cela évolue, il commence à y avoir de plus en plus de jeunes diplômés et même de professionnels qui nous suivent sur notre page.

Sur Twitter, c'est principalement des professionnels et des journalistes. Mais il faut distinguer le compte de l'EM Strasbourg et mon compte personnel, qui me sert à humaniser mon action. Il me sert à faire partager ma veille, à avoir des échanges personnels : ce n'est pas un simple relais des infos de l'école.

Enfin, il y a une partie e-réputation : veille de blogs, forums, sites, retombées presse, répondre aux questions... C'est, en quelque sorte, d'avoir une présence active et utile pour la communauté.


Pourquoi penses-tu que Twitter est mal utilisé par les étudiants ?

twitter community managerIl y a de nombreux étudiants qui sont inscrits sur Twitter, mais je pense effectivement qu'ils n'en font pas tous bon usage, et j'ai notamment écrit un article sur le sujet (voir en bas de page, ndlr).

En fait, il y a plusieurs grands intérêts à Twitter : le fait que de nombreuses offres de stages et emplois y sont relayées, et aussi l'opportunité de pouvoir échanger avec des professionnels. Il est aussi intéressant de pouvoir s'exprimer, partager son avis.

Enfin, il ne faut pas négliger sa présence sur Google, qui est de plus en plus étudiée par les recruteurs.


On reproche souvent à des étudiants d'être maladroits ou prétentieux sur Twitter...

C'est vrai qu'il faut être subtil, il faut se fixer des limites. Par exemple, il ne faut pas être sur Twitter pour dire "je cherche un stage" ou "je veux un emploi". De même, s'exprimer ne veut pas dire "se prendre pour un expert", il faut rester humble je pense.

C'est un peu comme un partie de billard, il ne faut pas être trop direct... ça se joue en plusieurs bandes ! Par coïncidence, on peut se faire recommander par une connaissance de Twitter avec qui on a échangé. Mais, encore une fois, il faut rester dans l'échange et l'expression pour que cela marche !


Est-ce que tu donnes toi même des cours aux étudiants sur le sujet ?

Je ne donne pas de cours à proprement parler, mais j'anime, par exemple, des ateliers Twitter. L'objectif, avec les autres animateurs de ces ateliers, est de faire du cas pas cas. J'ai tenté l'expérience à l'EM Strasbourg et elle s'est déclinée à l'université de Strasbourg. Je conseille aux étudiants d'échanger sur ce qui leur plait. Twitter ne sera jamais une plateforme comme Monster, par exemple.

A.S.

Voir aussi : 

Donne ton avis !
Ta note :
Rédige ton avis