Les Dossiers du Mois :

Rapport de Stage

Réussir son rapport de Stage :

➜ Voir le dossier

 

APB 2017

Réussir la procédure APB 2017 :

➜ Voir le dossier

 

Étudier à l'étranger

Comment partir étudier à l'étranger ?

➜ Voir le dossier

 

Comment survivre en prépa ?

Toutes les clés pour réussir sa CPGE !

➜ Voir le dossier

 

 

Réussir et obtenir son code de la route sur Codedelaroute.fr

 

 

étudier à l'étranger

 

Journées portes ouvertes dans toutes les écoles

Hollande précise ses propositions pour les ét...

Hollande précise ses propositions pour les étudiants et les universités

Le lundi 5 mars au soir, François Hollande a indiqué ses priorités pour l’enseignement supérieur lors d’un déplacement à Nancy en Lorraine. Le candidat à la présidentielle prévoit de réformer la loi LRU, de lutter contre l’échec des étudiants en premier cycle, d’améliorer la condition étudiante ou encore de revaloriser le doctorat et le statut de chercheur.

06 Mars 2012 à 11h50 | | 7 avis

Hollande précise ses propositions pour les étudiants et les universités

François Hollande avait déjà annoncé les points qu’il souhaitait aborder  à propos de l’enseignement supérieur et de la recherche lors de sa campagne électorale (voir cet article). Mais il ne s’agissait que de grands points et nous ne connaissions pas encore le détail de ses propositions.

C’est désormais chose faite, puisque lors d’un discours prononcé à la faculté de médecine de Nancy, le lundi 5 mars il a annoncé les principales mesures qu’il prendra s’il est élu président.

La réforme de la loi LRU

Il l’avait annoncé et il le confirme et le précise désormais : la loi LRU sur l’autonomie des universités « devra être profondément réformée ». Le candidat du parti socialiste précise qu’« il ne s’agit pas de revenir sur le principe d’autonomie » mais bien « sur la façon dont elle a été mise en œuvre ».

François Hollande souhaite ainsi une « gouvernance plus collégiale et démocratique » et des financements « qui ne conduisent pas à accroître les disparités ou à rogner sur les enseignements. »  Alors que les universités se plaignent souvent d’avoir eu de nouvelles charges à cause de la loi LRU, François Hollande annonce qu’il veut « qu’aucune université ne soit mise sous tutelle ».

En ligne de mire : l’aggravation des « disparités et des déséquilibres » qu’ont opéré les investissements d’avenir. Le candidat prévoit donc de « corriger ces inégalités territoriales » pour que la « logique de coopération » remplace « la logique de compétition ».


 

Une « mobilisation générale pour le premier cycle universitaire »

Le candidat avait déjà montré sa volonté de lutter contre l’échec des étudiants en licence. Il a donc « décrété la mobilisation générale pour le premier cycle universitaire ». Dans ce cadre, il souhaite remanier la première année de licence et éviter les spécialisations trop précoces.

Ainsi il annonce que sur les 60 000 postes qu’il souhaite créer dans l’Education nationale, 5000 d’entre eux seront « affectés prioritairement au premier cycle ». Il penche ainsi pour l’accompagnement personnalisé et le tutorat.


 

Le « plan national pour la vie étudiante »

Le candidat à la présidentielle met en exergue un autre point sur lequel il veut agir : la vie étudiante. Il annonce ainsi un « plan national pour la vie étudiante » qui prévoit la création de « 40 000 nouveaux logements étudiants sur 5 ans ».

Il prévoit également la création de « l’allocation d’études supérieures et de formation sous condition de ressources » qui devrait permettre aux étudiants issus de milieux modestes de « construire un parcours d’autonomie ». Ces étudiants devront signer un contrat de réussite pour pouvoir bénéficier de cette allocation.

Il prévoit également d’étendre le chèque santé qui est une aide au financement d’une couverture maladie complémentaire. Enfin il voudrait un prérecrutement des étudiants dans le cadre de l’université : les étudiants, et plus particulièrement ceux qui se destinent à exercer dans l’enseignement, pourront bénéficier d’un soutien financier à condition d’effectuer de courtes missions pour les établissements scolaires.

Aussi le candidat veut favoriser l’accueil d’étudiants étrangers et, pour ce faire, abroger la circulaire Guéant.


La revalorisation du doctorat et du statut de chercheur

Le candidat a enfin affirmé son soutien à la recherche et souhaite que les doctorants puissent « avoir une thèse financée avec un contrat de travail, et donc une protection sociale, et que cela soit compté pour ses annuités de retraite ».

Voilà qui représente une somme considérable de propositions. Reste à voir comment il compte mettre cela en application et ce qu’en pensent ses détracteurs et les universitaires. 

Les avis sur cet article
NICOLASDU59

20 / 20

C'est une question d'orientation.
Par

NICOLASDU59

- le 07 Mars 19h49
sandrine8586

20 / 20

Le soucis de l'échec en première année de licence vient du fait que la plupart y sont par dépît car n'ont pas été pris là où il le désirait ou bien pour continuer des études car ils n'ont pas trouvé leur voie. Du coup, la filière ne les intéresse pas donc ils abandonnent ! J'ai eu le cas de plusieurs personnes dans ma classe quand j'étais en première année ! Donc il faut relativiser ce taux d'échec car pour beaucoup, c'est juste un manque d'intérêt !
Par

sandrine8586

- le 07 Mars 09h43
Plus de commentaires
Donne ton avis !
Ta note :
Rédige ton avis