aide les jeunes à réussir leurs examens et leur orientation

 

Les Dossiers du Mois :

Rapport de Stage

Réussir son rapport de Stage :

➜ Voir le dossier

 

APB 2017

Réussir la procédure APB 2017 :

➜ Voir le dossier

 

Étudier à l'étranger

Comment partir étudier à l'étranger ?

➜ Voir le dossier

 

Comment survivre en prépa ?

Toutes les clés pour réussir sa CPGE !

➜ Voir le dossier

 

 

Réussir et obtenir son code de la route sur Codedelaroute.fr

 

 

étudier à l'étranger

 

Journées portes ouvertes dans toutes les écoles

L'ouverture sociale des Grandes écoles ?

L'ouverture sociale des Grandes écoles ?

15 Décembre 2010 à 07h33 | | 1 avis

L'ouverture sociale des Grandes écoles ?

L’accès au savoir est un droit fondamental. Or, il peut être difficile pour les jeunes issus des « quartiers » d’accéder à la formation à laquelle ils aspirent. En cause, les Grandes écoles qui pratiquent une sélection discriminante, où le nom, l’adresse, et le lycée d’origine sont autant de frein sur le dossier d’acceptation.

Pour remédier à cela, dans une volonté d’égalité des chances entre les divers aspirants étudiants, le ministère de la recherche et de l’enseignement supérieur a mis en place  en 2002 des accords avec les Grandes écoles dans lesquels elles promettent leur ouverture sociale. L’on dresse aujourd’hui le bilan d’une expérience qui promet 30% d’étudiants boursiers au sein des Grandes écoles sous peu.


L’égalité des chances dès le lycée

  • Permettre aux jeunes de milieux sociaux défavorisés d’entrer en Grande école, c’est déjà lui mettre en tête qu’il en a la possibilité et qu’il en est capable. Ainsi la première étape de tout dispositif s’ingénie-t-elle à recruter directement les futurs étudiants dans les lycées en zone dites sensibles, en les informant notamment par le biais du tutorat : un étudiant de Grande école prend sous son aile un lycéen.
  • Les voies d’accès à ces Grandes écoles ont été diversifiées grâce à l’ouverture de classes préparatoires aux concours, ou l’ouverture des critères de recrutements directs à toutes formes de cursus, et ce grâce au développement de nouvelles filières au sein des Grandes écoles. Sont maintenant recrutés des étudiants qui viennent aussi bien de la fac, que de filières technologiques, d’apprentissage, etc.


Des aides personnalisées

  • Une fois recrutés, les jeunes sont accompagnés dans leurs débuts d’étudiants notamment grâce à la mise en place de tutorat.
  • Les Grandes écoles sont en général payantes. Les étudiants boursiers sont donc aidés, notamment par la gratuité des concours d’entrée, l’accès facilité à des prêts, le développement de bourses d’honneur, de formations en apprentissage, etc.


De l’école à l’entreprise

L’ouverture de ces formations dites d’excellences à un panel de jeunes plus large vise, à terme, à l’édification d’une élite diversifiée.  Mais pour ce faire, l’ouverture déjà bien engagée au niveau de la formation doit s’étendre aux entreprises qui recrutent. Sortir d’une grande école n’est pas un critère garant, et les origines sociales modestes de l’étudiant restent encore un frein à l’accès à des postes de dirigeant.

youyoupi


Exemple d'ouverture sociale en grande école :

 

Les avis sur cet article
Swan

20 / 20

"En cause, les Grandes écoles qui pratiquent une sélection discriminante, où le nom, l’adresse, et le lycée d’origine sont autant de frein sur le dossier d’acceptation." Je ne connais pas beaucoup de grandes écoles mais celles que j'ai en tete recrutent leurs élèves sur concours, auxquelles penses-tu en parlant de dossier d'cceptation ? (Ceci dit, ça ne change rien à l'inégalité du recrutement puisque ça le rend officiellement "neutre" - il "suffit" de bien préparer le concours - alors que la plupart de ces concours sont biaisés par les connaissances requises + facilement accessibles aux classes sociales lse + aisées)
Par

Swan

- le 15 Décembre 18h31
Donne ton avis !
Ta note :
Rédige ton avis