aide les jeunes à réussir leurs examens et leur orientation

 

Les Dossiers du Mois :

Rapport de Stage

Réussir son rapport de Stage :

➜ Voir le dossier

 

APB 2017

Réussir la procédure APB 2017 :

➜ Voir le dossier

 

Étudier à l'étranger

Comment partir étudier à l'étranger ?

➜ Voir le dossier

 

Comment survivre en prépa ?

Toutes les clés pour réussir sa CPGE !

➜ Voir le dossier

 

 

Réussir et obtenir son code de la route sur Codedelaroute.fr

 

 

étudier à l'étranger

 

Journées portes ouvertes dans toutes les écoles

Génocide arménien : les jeunes demandent la r...

Génocide arménien : les jeunes demandent la reconnaissance de la Turquie

Ce vendredi 24 avril 2016 l’Arménie commémore le début du génocide qui l’a frappée en 1915, faisant 1,2 million de morts. Les jeunes Arméniens réclament une reconnaissance de ce lourd passé.

24 Avril 2015 à 10h05 | | 0 avis

Génocide arménien : les jeunes demandent la reconnaissance de la Turquie

Il y a un siècle, la Turquie ensanglantait le peuple Arménien

Cent ans se sont déjà écoulés depuis ce qui est considéré, par certains Etats, comme le premier génocide du XXème siècle. François Hollande se rendra aujourd’hui à Erevan, capitale de l’Arménie, pour assister aux cérémonies de commémoration. Tout avait commencé le 24 avril 1915 par l’assassinat de 600 notables arméniens à Constantinople. Les Turcs s’en sont ensuite pris violemment aux Arméniens en les massacrant méthodiquement.

Un siècle s’est écoulé et la Turquie préfère toujours parler « d’événements » et refuse le terme génocide, invoquant que ces meurtres ont été perpétrés au cours de la guerre sans volonté d’éradiquer le peuple Arménien.

Les jeunes, porteurs d’espoir et demandeurs de reconnaissance

Un passé lourd et compliqué transmis par les anciennes générations aux jeunes Arméniens. Ceux-ci ont été bercés par les histoires de leurs arrière-grands-parents et sont toujours en quête de la reconnaissance du génocide.

Pour les jeunes il y a un sentiment très fort d’injustice et l’impression qu’avec ce manque de reconnaissance l’histoire n’a toujours pas de point final. Si le gouvernement turc freine toujours des quatre fers quand il s’agit d’évoquer le massacre des Arméniens et d’en donner le nom de génocide, il semble que la société évolue tout de même. Les jeunes Turcs se montrent plus ouverts sur la question, probablement aussi parce qu’ils ne peuvent pas être considérés comme les coupables d’un crime commis par leurs aïeux, mais le terme précis et juridique de génocide n’est toujours pas employé officiellement.

Un silence, un évitement qui empêche l’Arménie d’avancer vraiment vers l’avenir et de faire le deuil de ce difficile passé. Un sujet qui n’a pas fini de faire polémique en Turquie et Arménie qui cherchent encore l’apaisement dans les nouvelles générations.

Donne ton avis !
Ta note :
Rédige ton avis