Les Dossiers du Mois :

Rapport de Stage

Réussir son rappport de Stage :

➜ Voir le dossier

 

Étudier à l'étranger

Comment partir étudier à l'étranger ?

➜ Voir le dossier

 

Comment survivre en prépa ?

Toutes les clés pour réussir sa CPGE !

➜ Voir le dossier

 

 

Réussir et obtenir son code de la route sur Codedelaroute.fr

 

 

étudier à l'étranger

 

Journées portes ouvertes dans toutes les écoles

Le français : "une langue d'avenir qui ne doit...

Le français : "une langue d'avenir qui ne doit pas disparaître au profit de l'anglais"

Les Français ne sont pas les champions des langues étrangères. Néanmoins, cela a-t-il un réel impact sur leurs carrières et leurs vie ? Ne culpabilise-t-on un peu trop les français pour leur manque d'intérêt pour les langues ? C'est en tout cas ce que pense Daniel De Poli, membre d'une association de défense du français. Il nous a contacté pour exprimer, selon lui, l'importance de protéger notre langue. 

25 Juillet 2013 à 15h40 | | 3 avis

Le français :

Tout commence sur la plus haute marche de l'Etat

Rappelez-vous qu'il avait écrit un seul mot en anglais sur sa lettre de félicitations à Barack Obama pour sa réélection, "friendly" pour dire "amicalement", ce qui est un non-sens.
   
Cela montre bien qu'il faut éviter d'utiliser l'anglais tant que faire se peut. Car les bourdes des Français lorsqu'ils parlent anglais sont innombrables, comme celle de Bernard Kouchner, qui a failli déclencher un incident diplomatique en confondant "eat" et "hit", 
ou Nicolas Sarkozy disant à Hillary Clinton, pour déplorer qu'il pleut : « Sorry for the time ! »

Notre chef de l'Etat, François Hollande, avait écrit un seul mot en anglais sur sa lettre de félicitations à Barack Obama pour sa réélection :"friendly" pour dire 'amicalement', ce qui était un non-sens. Cela montre bien qu'il faut éviter d'utiliser l'anglais tant que faire se peut.

Car les bourdes des Français lorsqu'ils parlent anglais sont innombrables, comme celle de Bernard Kouchner, qui a failli déclencher un incident diplomatique en confondant "eat" et "hit", ou Nicolas Sarkozy disant à Hillary Clinton, pour déplorer qu'il pleut : "Sorry for the time !"


D'après l'Insee, 1/3 seulement des Français estime qu'il est important de savoir parler anglais, en particulier pour faire carrière.

Cependant, l'utilité de l'anglais est largement surestimée en France. En effet, plus de 99% des Français n'utilisent jamais l'anglais dans le cadre de leurs activités professionnelles. Il est donc absurde de le présenter comme nécessaire, encore plus de faire croire qu'on en attend partout une maîtrise parfaite.

Si l'on retire les métiers qui touchent à l'international (où il vaut mieux connaître plusieurs langues), l'anglais est et doit être absent des entreprises françaises. En effet, le code du travail impose l'utilisation du français pour tous les documents, les logiciels et les courriels des salariés français.

Pour avoir bafoué cette obligation et avoir voulu faire travailler ses salariés en anglais, la filiale française de General Electric a écopé d'une amende record de 570.000 euros. De même, la société Europ Assistance a elle aussi été sévèrement sanctionnée car elle voulait imposer à ses salariés français un logiciel anglais sans traduction. La dernière condamnation en date est celle de Danone le 6 juillet 2012.


Quant au classement des Français au test d'anglais TOEFL, où la France arrive 25ème...

Ce classement n'a strictement aucune importance. En effet, la méconnaissance de l'anglais ne pénalise nullement l'économie de la France car notre pays reste malgré tout la cinquième puissance économique mondiale.

Le vrai combat ne réside donc pas dans l'apprentissage massif de cette langue impérialiste, qui ne sert que les intérêts des Anglo-Saxons. Il est de combattre cette hégémonie linguistique scandaleuse et injuste que souhaitent imposer les Anglo-Saxons au reste du monde pour promouvoir leurs intérêts économiques et géopolitiques au détriment des autres. Et ceci alors que leur langue n'est parlée en tant que langue maternelle que par 7% de la population mondiale.


Le français, une langue d'avenir...

Ceci dit, il faut bien comprendre que le poids géopolitique de l'anglais va régresser fortement à l'avenir, surtout en Europe. Car le Royaume-Uni, seule puissance anglophone d'Europe, va très certainement éclater en 2014 suite à l'indépendance programmée de l'Écosse. Si les États-Unis perdent leur statut de première puissance économique mondiale au profit de la Chine dans quelques années, les Français n'ont donc aucune raison de se vassaliser à l'anglais.

En effet le français est une grande langue d'avenir du fait du poids géopolitique grandissant de la France et de la francophonie. Par exemple, selon une étude allemande, la France devancera l'Allemagne en tant que première puissance économique et démographique de l'Europe avant 2035.

De même, l'O.N.U. prévoit 715 millions de francophones en 2050 du fait, entre autres, du dynamisme de la démographie en Afrique. C'est considérable et cela placera le français à la quatrième ou cinquième place du palmarès des langues du point de vue du nombre de locuteurs contre la onzième actuellement. Le français est donc clairement une langue d'avenir. La preuve : il a fait une percée remarquée en Chine et est devenu la deuxième langue enseignée dans ce pays.

Daniel De Poli

Membre de Francophonie Avenir, association de défense du français

Crédits : © Jérôme Rommé - Iuliia Metkalova - Fotolia

You have an error in your SQL syntax; check the manual that corresponds to your MySQL server version for the right syntax to use near 'une langue d'avenir qui ne doit pas disparaître au profit de l'anglais"") AS sc' at line 1