Les Dossiers du Mois :

Parcoursup 2018

Toutes les clés pour réussir Parcoursup !

➜ Voir le dossier

 

Rapport de Stage

Réussir son rappport de Stage :

➜ Voir le dossier

 

Comment survivre en prépa ?

Toutes les clés pour réussir sa CPGE !

➜ Voir le dossier

 

A découvrir : Le métier de Consultant en Transformation Digitale

 

 

Réussir et obtenir son code de la route sur Codedelaroute.fr

 

 

étudier à l'étranger

 

Journées portes ouvertes dans toutes les écoles

G. Fioraso et V. Pécresse veulent en finir ave...

G. Fioraso et V. Pécresse veulent en finir avec la sélection par l'échec

Pour l’Express Geneviève Fioraso, secrétaire d’état en 2007 et Valérie Pécresse, ministre de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche en 2011 débattent sur les faiblesses du système français.

Publié le 09 Janvier 2015 à 16h17 | | 0 avis

G. Fioraso et V. Pécresse veulent en finir avec la sélection par l'échec

Durant l’interview elles sont amenées à répondre à des questions concernant le parcours dans l’enseignement supérieur des jeunes bacheliers.

« 50% à la première année de licence »

Le nombre de bacheliers a augmenté, ce qui est un bon point. Mais concernant la poursuite des études des jeunes bacheliers dans l’enseignement supérieur, il apparaît que le taux d’échec en licence est important. Ce taux pour Genevève Fioraso, ne concerne pas tous les étudiants mais principalement les étudiants issus de filières professionnelles. D’après l’ancienne secrétaire d’Etat, « Nos filières ne sont pas adaptées et leur taux de réussite en licence, 3,5%, est intolérable ». Cet échec concernant l’orientation des jeunes après le bac doit tout fois faire réagir. Les chiffres révèlent « 50% d’échecs à la fin de la première année de licence », en somme un étudiant sur deux échoue la première année de licence. Pour Valérie Pécresse, le réel problème « c’est qu’on laisse s’inscrire à l’université des élèves dont on sait parfaitement qu’ils n’ont pas les moyens d’y progresser avec succès ».

Un problème sans solutions ?

Les chiffres ne sont pas récents mais pourtant aucune mesure n’a permis d’éradiquer le problème. Le premier frein à la bonne orientation des jeunes à l’université était le nombre impressionnant d’intitulés de licences et de masters. Il n’y en a plus autant, le choix sera plus simple et plus implicite. Actuellement les nouveaux bacheliers peuvent choisir entre 254 licences et 400 masters. Geneviève Fioraso se dit favorable à « faire venir des professionnels pour parler aux jeunes de leurs métiers futurs. Il faut aussi accompagner les étudiants issus des familles les plus modestes. D'où les 458 millions d'euros investis pour les bourses, la caution locative étudiante et la relance du plan logement étudiant ».

Sélection à l’entrée des universités ? Pour ou contre ?

Si les deux anciennes, secrétaire d’Etat et ministre, ont trouvé un terrain d’entente concernant les chiffres intolérables de l’échec en licence, elles ne partagent pas l’avis d’instaurer une sélection à l’entrée de l’université, à laquelle Valérie Pécresse est favorable. Selon cette dernière, « Accorder à chaque bachelier le droit d'étudier dans le supérieur, mais pas n'importe où. Continuer à autoriser un bachelier professionnel à s'inscrire en licence de philosophie est un non-sens ». Geneviève Fioraso est plus de l’avis de lutter contre le décrochage des étudiants à l’université et non pas instaurer une sélection à l’entrée. Selon l’ancienne secrétaire d’état, « pour atténuer l'échec en premier cycle, la spécialisation progressive en licence, me semble mieux adaptée et plus juste».

Le débat reste ouvert entre les deux femmes politiques. 

Donne ton avis !
Ta note :
Rédige ton avis