Les Dossiers du Mois :

Rapport de Stage

Réussir son rapport de Stage :

➜ Voir le dossier

 

APB 2017

Réussir la procédure APB 2017 :

➜ Voir le dossier

 

Étudier à l'étranger

Comment partir étudier à l'étranger ?

➜ Voir le dossier

 

Comment survivre en prépa ?

Toutes les clés pour réussir sa CPGE !

➜ Voir le dossier

 

 

Réussir et obtenir son code de la route sur Codedelaroute.fr

 

 

étudier à l'étranger

 

Journées portes ouvertes dans toutes les écoles

Des étudiants se prostituent pour arrondir leu...

Des étudiants se prostituent pour arrondir leurs fins de mois à l'université !

Une recherche de l’université de Swansea au Pays de Galles révèle qu’environ 1 étudiant sur 20 est impliqué dans l'industrie du sexe pour financer son style de vie, s’en sortir ou simplement réduire leurs dettes. Les hommes seraient plus concernés que les femmes par cette tendance.

27 Mars 2015 à 16h44 | | 0 avis

Des étudiants se prostituent pour arrondir leurs fins de mois à l'université !

On relève des activités telle que la prostitution mais aussi le strip-tease ou encore les sex-Cam.

L’étude payée par la « Big lottery Fund » a été menée sur 6 750 étudiants.  5% d’hommes et 3,5% de femmes ont dit avoir travaillé dans l’industrie du sexe.

Des motivations diverses et variées

Dr Tracey Sagar, directeur de l’étude, a dit  "Nous avons maintenant des preuves solides de l’engagement des étudiants dans l’industrie du sexe sur l’ensemble du Royaume uni. La majorité de ces élèves préfèrent garder leurs activités secrètes à cause de la stigmatisation sociale et la crainte d’être jugé par sa famille et ses amis".

Environ 2/3 des étudiants concernés ont dit exercer ces activités dans le but de financer un style de vie. 56% le font pour payer le nécessaire pour vivre alors que 2/5 y sont dans l’optique de réduire leurs dettes.

L’argent n’est pas la seule motivation, en effet un total de 54% le font par curiosité tandis que 44% pour satisfaire leur plaisir sexuel.

Des difficultés à s’en extraire

Le rapport explique qu’un quart des concernés ont estimé rencontrer des difficultés pour se ranger tandis qu’un quart disent qu’ils ne se sentent pas en sécurité pendant leur activité.

Néanmoins, il est rapporté que 21% des étudiants ont été aidé dans ce cadre là.

Mais les universités n’ont pas de politiques spécifiques pour répondre à ce problème.

Sagar, un professeur en criminologie explique que : « le but de notre recherche n’a pas été d’encourager les élèves à se lancer dans cette industrie. Le fait est que ces étudiants ont besoin de conseils, de soutien et parfois de l’assistance pouruitter cette industrie »

une info de The Guardian

Donne ton avis !
Ta note :
Rédige ton avis