Les Dossiers du Mois :

Parcoursup 2018

Toutes les clés pour réussir Parcoursup !

➜ Voir le dossier

 

Rapport de Stage

Réussir son rappport de Stage :

➜ Voir le dossier

 

Comment survivre en prépa ?

Toutes les clés pour réussir sa CPGE !

➜ Voir le dossier

 

A découvrir : Le métier de Consultant en Transformation Digitale

 

 

Réussir et obtenir son code de la route sur Codedelaroute.fr

 

 

étudier à l'étranger

 

Journées portes ouvertes dans toutes les écoles

Etudier à l'étranger : expériences de voyage.

Etudier à l'étranger : expériences de voyage.

Vous connaissez peut-être la fondation Zellidja et vous avez envie de tenter votre chance pour l'an prochain. Cependant, avant de vous jeter à l'eau, vous souhaitez connaître les expériences de voyageurs déjà partis, leurs conseils ou encore des idées de thème…

Publié le 23 Mars 2011 à 00h00 | | 5 avis

Etudier à l'étranger : expériences de voyage.

Faire ses études en France

Agathe, 19ans, est restée en France lors de son premier voyage Zellidja. Elle explique les raisons qui l'ont poussé à étudier le thème qu'elle a choisit. "J'ai toujours été passionnée par les cétacés et les relations entre nous les humains et ces mammifères extraordinaires m'intriguaient.

Au départ, mon projet consistait à faire le tour complet de la Mer Méditerranée à la recherche de ces relations, comprenant légendes, pêche, protection, autisme, tourisme, etc. Mais une fois passée devant le jury, j'ai compris que mon projet était trop ambitieux pour un  mois de voyage avec un budget comme le mien.

Alors, je me suis concentrée sur la France. Je ne regrette pas, car cela m'a apporté davantage de confiance en moi et je suis désormais prête  pour un voyage seule à l'étranger." Mais même en France, on peut se demander si partir seule n'est pas dangereux, imprudent, irresponsable.

Agathe est sûre d'elle : "Oui, il faut faire attention à tout car nous ne sommes jamais à l'abri d'un danger. Mais j'ai remarqué qu'en voyageant seule avec un gros sac à dos et sa tente permet aux gens d'être plus ouverts, ils se méfient moins de vous et si vous savez vous y prendre, ils vous offrent d'incroyables récits de vie !

 Cela crée des rencontres formidables auxquelles on ne s'attend pas. Le seul problème que j'ai rencontré était dans la gare SNCF à Hyères, non loin de Toulon. Il était très tard. Le train est tombé en panne et je ne savais pas où dormir.

J'ai eu de la chance, mais jusqu'au dernier moment j'ai vraiment cru que j'allais dormir sur un rond point avec un SDF…" Si les mauvais instants sont mémorables, il reste cependant beaucoup de souvenirs incroyables : "Le meilleur souvenir est difficile à déterminer. Il y en a tellement ! Je dirai que j'ai eu la possibilité de partir trois jours en mer sur un voilier avec l'association Baleines et Dauphins sans Frontières. Il faisait nuit et nous étions à la dérive.

J'étais de quart. Alors que je lisais un livre avec ma lampe de poche pour m'efforcer de ne pas fermer les yeux, j'ai entendu un énorme "PPPPchchchchchchch !!" , c'était magique. Un groupe de baleines était là, tout près de moi, et même si  dans la nuit obscure je ne pouvais pas les voir, c'était un moment extraordinaire !" 


Partir en Allemagne avec une bourse

 Juliette, 20ans, est partie en Allemagne en Juillet 2010. Son sujet d'étude ? Une question simple, mais qui trotte dans la tête de tout un chacun : Que reste-t-il du mur de Berlin ?  Mais alors, quand on quitte son pays natal pour une contrée inconnue, comment faire face à la barrière de la langue ? "Je ne parle pas allemand mais je me débrouille en anglais donc j'ai réussit à interviewer beaucoup de gens sur place, explique Juliette, mais avant tout, quand on ne se comprend pas, on parle avec des gestes, des grimaces, des signes, c'est très drôle."

Quand au sujet d'étude, Juliette donne quelques conseils pour mener à bien son enquête : "Avant de passer devant le jury, l'idéal est de justifier de quelques contacts que l'on a sur place : amis, famille, amis d'amis ou encore personnes rencontrées par Couchsurfing ou Hospitality club.

Ensuite, lorsque l'attribution de la bourse est confirmée, il ne faut pas cesser les recherches, un mois, c'est court et long à la fois, il faut bien le remplir ! Mais avant tout, pendant le voyage, on rencontre les contacts déjà eu, mais il faut laisser place à la chance, l'opportunité, le hasard.

Ce sont eux qui font la moitié du travail ! Par exemple, je dormais chez un couchsurfer devant le mur. À mon réveil, je jetais un coup d'oeil par la fenêtre et là, une cérémonie avec des personnes importantes concernant le sujet se tenait devant mes yeux. J'ai eu la chance de pouvoir en interviewer quelques uns, par hasard..." 


L’après voyage : le carnet de route

Juliette et Agathe sont étudiantes. À leur retour, ce voyage leur a permit d'écrire un carnet de route et un rapport d'étude sur le thème choisi. Mais l'écriture leur a prit du temps.

Comment concilier les études avec Zellidja ? "Je suis en première année de psychologie par correspondance, c'était facile de travailler quand je le voulais sur mes comptes rendus de Zellidja. Cependant, cela prend du temps si on veut faire du bon travail.

Il faut faire la part des choses, explique Agathe. "Pour ma part, je suis en troisième année d'anglais LLCE et la rentrée étant début octobre, j'ai fournit le maximum pendant les mois de Août et Septembre". 


 

Lisez aussi

Les avis sur cet article
Jb

20 / 20

Sydney ;)
Par

Jb

- le 23 Mars 16h45
Jb

20 / 20

8 mois de stage en australie pendant ma césure, génial !! Pour les bourses de voyages, je sais que les régions/département en proposent souvent, malheureusement je n'entrais pas dans les critères, je ne sais plus pourquoi exactement, mais dans mon souvenir, c'était un peu comme les contrats d'assurance qui t'indemnisent si ta maison brule que si les flames étaient bleues et pas blanches ! Faut avoir du bol ;)
Par

Jb

- le 23 Mars 16h19
Plus de commentaires
Donne ton avis !
Ta note :
Rédige ton avis