Les Dossiers du Mois :

Rapport de Stage

Réussir son rapport de Stage :

➜ Voir le dossier

 

APB 2017

Réussir la procédure APB 2017 :

➜ Voir le dossier

 

Étudier à l'étranger

Comment partir étudier à l'étranger ?

➜ Voir le dossier

 

Comment survivre en prépa ?

Toutes les clés pour réussir sa CPGE !

➜ Voir le dossier

 

 

Réussir et obtenir son code de la route sur Codedelaroute.fr

 

 

étudier à l'étranger

 

Journées portes ouvertes dans toutes les écoles

Étude : notre cerveau jugerait les gens avant ...

Étude : notre cerveau jugerait les gens avant même de les voir vraiment

Une étude publiée par deux universités américaines dans le Journal Neuroscience dévoile que le cerveau détermine immédiatement si la personne en face de nous est fiable ou non. Le cerveau humain n'aurait donc pas besoin d'identifier le visage (ou seulement partiellement) pour se faire un avis. 

08 Aout 2014 à 11h39 | | 0 avis

Étude : notre cerveau jugerait les gens avant même de les voir vraiment

Jugerait-on trop rapidement les gens ?

Le Dartmouth College et l'Université de New York ont longuement étudié le cerveau humain. Dans leur étude, ils constatent que le cerveau analyse les choses à la vitesse de l'éclair ! Dès le premier aperçu d'une personne, sans même avoir bien eu le temps de voir son visage, le cerveau détermine directement si elle est fiable. Le jugement se fait alors très rapidement.


Sourcils vers le haut et pommettes saillantes = visages fiables

De nombreuses personnes ont été mobilisées pour participer à une expérience. Des chercheurs leurs ont montré une série de visages et ont scrupuleusement analysé leur réaction. Ils ont pu remarquer que les visages aux sourcils pointant vers le haut et aux pommettes saillantes sont jugés instantanément fiables par notre cerveau. Au contraire, les visages aux traits inverses rendent les gens plus sceptiques au premier abord.


30 millisecondes pour se faire un avis

L'étude a été plus loin. Les chercheurs ont montré à d'autres participants exactement les mêmes photos de visages mais en écourtant la durée de visionnage à 30 millisecondes. De plus, ces photos étaient suivies d'une autre image quelconque. Au cours de l'expérience, les chercheurs ont analysé l’amygdale des participants, cette partie du cerveau étant essentielle à la capacité de ressentir et de percevoir les émotions et jouant un rôle dans les comportements sociaux. Malgré la vitesse à laquelle défilaient les images, l'activité de l'amygdale était très active et le cerveau réagissait déjà différemment en fonction des visages. Ces chercheurs en ont conclu que le jugement se faisait dès la première seconde,avant même d'avoir eu le temps de voir à quoi ressemblait vraiment le visage et d'identifier la personne.

Donne ton avis !
Ta note :
Rédige ton avis